Quelles différences entre les psys ?

Vous avez décidé de consulter un psy mais quel psy ? A quelle qualification correspondent ces différents titres ou nom de métier. Comment s’y retrouver ?


Psy…chiatre, Psy…chologue, Psy…chothérapeute, Psy…chanalyste, Psy…chopraticien

 

1) Les titres réglementés par la loi :

 

Le PSYCHIATRE est un médecin spécialiste en psychiatrie, il peut diagnostiquer  et traiter des maladies mentales comme les psychoses, la schizophrénie, les maniaco-dépressions. Il peut faire usage de la psychothérapie mais n’est pas obligatoirement formé. Il peut proposer une hospitalisation dans un centre spécialisé si nécessaire.

 

Le PSYCHOLOGUE a effectué un cursus de 5 ans en faculté de psychologie et choisi une spécialité. S’il existe des psychologues du travail, de l’écologie, en gérontologie ou autres spécialités très nombreuses, le psychologue clinicien peut pratiquer en libéral ou en institution, parfois sur ordonnance médicale. Il propose des entretiens et il est la seule spécialité qui peut faire passer des tests pour cerner la personnalité. La profession est réglementée par la loi depuis 1985.

 

Le titre de PSYCHOTHERAPEUTE n’a été réglementé que par l’article 52 de la loi du 9 août 2004 (décrets d’application en 2010)

Ce nouveau métier émergeait depuis les années 70, et les qualifications requises pour le pratiquer avaient été travaillées et débattues au sein des différentes instances regroupant les praticiens (dont le SNPPsy, syndicat historique).

Les préconisations des professionnels n’ont pas été suivies par le gouvernement de l’époque, on peut le déplorer, car cela a semé la confusion aussi bien dans le grand public que chez les professionnels.

L’accès à ce titre a été réservé aux médecins et aux détenteurs d’un master II en psychologie ou en psychanalyse, moyennant quelques modules de formation complémentaire. Les principaux critères préconisés par la profession n’ont pas été retenus.
Pas d’obligation de thérapie personnelle, ni de supervision principalement, formation principalement théorique sans expérimentation des techniques pratiquées.

Attention cela ne veut pas dire que les praticiens portant ces titres ne répondent pas aux critères préconisés par les organisations professionnelles, mais cela est laissé à leur initiative.

 

2) Les titres réglementées par la profession :

 

Le PSYCHANALYSTE pratique une forme particulière de psychothérapie basée sur la théorie freudienne, historiquement la plus ancienne. Le profession est auto organisée, nul ne devient psychanalyste sans avoir été lui-même analysé puis il doit faire l’objet de « contrôle » (autre nom pour la supervision).

 

Le nom de métier de PSYCHOPRATICIEN regroupe tous les autres "psy" pratiquant la psychothérapie.
Les écoles et méthodes sont variées et très diverses. Certains préfèrent se référer uniquement à leur méthode (gestalt thérapeute, art thérapeute, analyste transactionnel, hypnothérapeute, thérapeute familial, analyste tridimensionnel, …), d’autres ont une pratique intégrative ou multiréférencielle.

 

Notre syndicat agrée  des PRATICIENS EN PSYCHOTHERAPIE RELATIONNELLE (quelque soit leur titre) qui doivent obligatoirement remplir les critères qui selon nous garantissent la qualité, la compétence et le professionnalisme.

Ce sont ces critères que nous aurions souhaité voir adopter pour le titre de psychothérapeute.

– Un travail sur soi suffisamment conséquent,

– Une formation non seulement théorique mais aussi pratique voire expérientielle,

– Un dispositif de supervision,

– Un engagement à respecter notre code de déontologie,

– Une reconnaissance par ses pairs (passage devant une commission).

Il ne s’agit pas seulement du savoir-faire, mais aussi du « savoir-être » nécessaire pour cette pratique si particulière où tout se joue dans la relation.

source : SNPPsy

Date de dernière mise à jour : 24/10/2019