Comment ça marche l'influence sociale ?

L’influence sociale est composée par l’influence normative, le conformisme et l’influence informationnelle. 

  • L’influence informationnelle est une forme d’influence basée sur la prise en compte de la réponse des autres à titre informatif. L’individu est influencé par les autres suite à un conflit cognitif.
  • Le conformisme est une attitude qui correspond à un comportement attendu d’un individu ou d’un groupe dans une situation donnée.

Qu’en est-il de l’influence normative ? 

Lorsque nous prenons un engagement, nous faisons le maximum pour conserver notre position afin d’être perçu comme cohérent, rationnel et digne de confiance au regard des autres. 

Cependant, lorsque notre prise de position est publique et qu’une incohérence dans notre discours apparaît, nous réfléchissons à deux fois avant de nous désavouer. C’est ce qu’on appelle l’influence normative. 

Voici quelques points abordés par Deutsch et Gérard (1955) suite à l'expérience de Asch sur le conformisme qu’ils ont quelque peu modifiée (Expérience de Asch — Wikipédia (wikipedia.org)). 

L'influence normative se définit comme « l’influence de se conformer aux attentes positives de quelqu’un d’autre (individu ou groupe) ». Le groupe peut décider de punir un membre qui n’adhère pas à ses valeurs, ce qui induit l’importance de l’image sociale.

L’influence sociale normative sur les jugements individuels sera plus grande parmi les individus formant un groupe que parmi une agrégation de personnes qui ne compose pas un groupe.

L’influence sociale normative sur le jugement individuel sera réduite lorsque l’individu perçoit que son jugement ne peut être identifié ou, plus généralement, lorsque l'individu ne perçoit aucune pression pour se plier à l’avis du groupe.

L'influence sociale normative de soi-même pour se conformer à son propre jugement peut être considérée comme un processus social intériorisé dans lequel l'individu a des attentes en ce qui concerne son propre comportement.

Plus l'individu est incertain de la justesse de son jugement, plus il est susceptible d'être sensible à la fois aux influences sociales normatives et informationnelles dans la formulation de son jugement.

Plus l'individu est incertain de la justesse du jugement d'autrui, moins il est susceptible d'être sensible à l'influence sociale informationnelle dans la formulation de son jugement.

Les résultats expérimentaux de l’étude de Deutsch et Gerard indiquent que lorsqu'une situation de groupe est créée, les influences sociales normatives sont grossièrement augmentées, produisant considérablement plus d'erreurs dans le jugement individuel.

"Au cours de cette expérience, les expérimentateurs montraient à des étudiants plusieurs lignes dont ils devaient évaluer la longueur. Après quoi, un groupe d’étudiants devait, pour que leur évaluation représente un engagement public, l’inscrire sur une feuille de papier, signée de leur nom, qu’ils remettaient aux expérimentateurs. Les étudiants d’un deuxième groupe devaient également s’engager sur leur première estimation, ce qu’ils faisaient en l’écrivant sur une ardoise magique, en effaçant ensuite sans que personne ait pu lire ce qu’ils avaient écrit. Un troisième groupe d’étudiants ne s’engageaient pas du tout sur leurs premières estimations ; ils se contentaient de garder les chiffres en tête. Par ce procédé, certains étudiants s’engageaient ainsi publiquement, d’autres secrètement et d’autres pas du tout vis - à -vis de leurs choix initiaux. (...) On leur donna de nouvelles indications, leur permettant de se rendre compte que leurs premières estimations étaient inexactes, et on leur laissa la possibilité de réviser leur réponse. Les résultats furent très clairs. Les étudiants qui n’avaient pas écrit leur réponse furent les moins fidèles à leur décision, ceux qui avaient écrit leur décision l’espace d’un moment sur l’ardoise changeaient d’avis moins volontiers, bien qu’ils se soient compromis que de façon totalement anonyme, et les étudiants qui avaient exprimé publiquement leur position refusaient le plus résolument de les renier par la suite (R. Cialdini, “Influence et manipulation”, pocket 2014)”.

Deutsch, M., & Gerard, H. B. (1955). A study of normative and informational social influences upon individual judgment. The Journal of Abnormal and Social Psychology, 51(3), 629–636. social-conformity.pdf (motamem.org)

 

Reseaux sociaux


 

 

Ajouter un commentaire