Forcenés par imitation !

La “décharge à violence” ne cesse de se remplir. Forcenés, violences conjugales, féminicides… Comment expliquer cette violence au quotidien ? L’Etat régalien est-il impuissant ? La France s’ensauvage-t-elle ?

Le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales définit le forcené comme un trait physique ou psychologique qui rend une personne très violente. Selon M Réty, patron du GIGN, le profil des forcenés est bien connu et fait apparaître des problèmes familiaux, financiers, sociaux, d’addiction, passage à l’acte lié à l’impact de la crise du COVID-19 qui crée de l’anxiété dû au confinement. Le passage à l’acte ferait suite à une décompensation qui est une rupture de la structure physique. C’est une désorganisation d’un système qui n’arrive plus à rester en équilibre, à s’autoréguler par ses modes habituels de défense. 

Je ne partage pas cet avis pour l’ensemble de ces violences abjectes qui ne cessent de s’additionner sans montrer de signe de faiblesse, d'infléchissement, pour la simple raison que tous ces individus qui passent à l’acte sont déjà dans un système personnel violent, depuis des années. Il n’y a pas à proprement parler d'événement déclencheur, c’est leur trait de caractère, leur fonctionnement. Ce sont des récidivistes de fait ! 

Le profil de ces individus est simple : ils aiment les armes (quelles qu’elles soient), sont peu empathiques, ils ont une faible résistance à la frustration, leurs valeurs sont très manichéennes, simplifiées, sans nuance et évidemment patriarcales jusqu’à l’excès ! Ils agissent par opportunisme et ne sont jamais sortis des clivages que fait vivre l'adolescence.

La faute à qui ?

Je vais tenter de simplifier ma vision des choses : violences intrafamiliales dans l’enfance (dans toute l’acception du terme) + intolérance à la frustration + immaturité + mauvaise gestion des émotions + manque de confiance en soi + environnement direct en vase clos + réactance + contribution des médias mainstream = passage à l’acte violent probable.

Je m’arrête sur la réactance

“On suppose que si la liberté de comportement d’une personne est restreinte ou réduite, cela déclenche une réactivité émotionnelle. Celle-ci va engendrer une motivation à défendre sa liberté. La peur de perdre de nouvelles libertés peut déclencher cette réactivité et motiver la personne à transgresser l’interdit pour rétablir sa liberté. Cet état de révolte comportemental est appelé “réactance psychologique”. (...) La théorie de la réactance suppose qu’il existe des “comportements libres” que les individus perçoivent et auxquels ils peuvent prendre part à tout moment. Pour qu’un comportement soit libre, l’individu doit avoir les capacités physiques et psychologiques pertinentes pour y participer et doit savoir qu’il peut s’y engager en ce moment ou dans un avenir proche. Le “comportement” comprend tout action, et inclut les comportements cognitifs (prises de décisions internes, et planification).

Il n’est pas toujours clair, pour un observateur ou pour les individus eux-mêmes, s’ils détiennent une liberté particulière de s’engager dans un comportement donné. Lorsqu’une personne souhaite accomplir un comportement perçu comme libre, elle est susceptible de ressentir une réactance chaque fois que ce comportement est restreint, éliminé ou interdit avec élimination. Plus un comportement libre est important pour un certain individu, plus l’amplitude de la réactance sera grande. La suppression d’une liberté pouvant déclencher la peur de perdre d’autres libertés, c’est la perte de liberté imaginée (et non réelle) qui prédit le degré de réactance de l’individu.”

La réactance est donc une tendance à se rebeller qui peut se poursuivre tout au long de la vie, même si c’est bien à l’adolescence que cette tendance est la plus marquée. Lorsqu’une séparation se passe difficilement et que l’un des deux ex-conjoints a refait sa vie, l’autre ne peut intégrer ni accepter cette nouvelle situation. Il va nourrir du ressentiment et considérer qu’il est privé de sa liberté de disposer de l’autre, voire de ses enfants. Chaque élément qui viendra renforcer cette impression sera un biais de confirmation pour l’individu qui nourrira cette passion destructrice. Plus il y a de pression autour d’une séparation, d’un divorce, plus ce ressentiment, cette réactance grossie. 

Quand la liberté se trouve limitée dans un certain domaine, l’individu ressent un désir accru d’obtenir les objets qui lui sont devenus inaccessibles. On peut retrouver cette défense en éthologie canine où la protection des ressources est une importante source de motivation - nourriture, progéniture, reproduction, groupe. L’attention est tellement concentrée sur cette ressource que la conscience, le champ de vision s’en trouve étriqué. Lorsque le psychisme est emprunt à une agitation, à une préoccupation, à une frustration, il doit trouver une voie de décharge qui passera par un passage à l’acte. Alors au lieu d’aller taper dans un ballon ou dans un sac de frappe, ces individus immatures et incapables de gérer leurs débordements vont s’en prendre à l’objet (dans son acception psychologique) perdu.

 

Le rôle des médias

Je reprends un article de Bollen en 1974, qui a donné lieu à différentes études à propos des vagues de suicides qui font toujours suite, jusqu’à 10 jours après, à ceux rapportés par les médias. Cette étude appelle ces passages à l’acte : suicides par imitation. 

Aujourd’hui, le parallèle avec notre actualité semble évident. Les histoires bien viriles - selon les radicalisés - relayées par les médias fournissent des exemples, un élan, une dynamique motivant les individus au bord de la rupture. Ils ne sont que des opportunistes et agissent comme tels.

Est-il possible de modifier l’approche de l’actualité dans les médias ?

Le profil de ces individus violents, criminels, est le même que les radicalisés islamistes, sauf qu’on ne traite la radicalisation en France que du point de vue de l’islamisme… 

En prenant enfin en compte les violences sur conjoint - sur les femmes clairement - nous pourrions anticiper des passages à l’acte quels qu’ils soient.

Si en plus une autre solution plus restrictive, et plus sérieuse, que celle des bracelets électroniques était mise en œuvre...


 

Gign

Références : 

cnrtl.fr

The behavioural immune system and the psychology of human sociality - Mark Schaller - Published :12 December 2011https://doi.org/10.1098/rstb.2011.0029

Cévennes, Dordogne: pourquoi les faits divers impliquant des forcenés se multiplient en France (bfmtv.com)

Déconfinement : le spectre d’une décompensation individuelle et sociétale – Libération (liberation.fr)

Théorie de la réactance - Institut Pi|Psy (pi-psy.org)

Brehm, J. W. (1966). A theory of psychological reactance. Academic Press.

Brehm, S. S., & Brehm, J. W. (1981). Psychological Reactance: A Theory of Freedom and Control. Academic Press.

Driscoll et al. (1972).

Imitative Suicides: A National Study of the Effects of Television News Stories - Kenneth A. Bollen and David P. Phillips, American Sociological Review, Vol. 47, No. 6 (Dec., 1982), pp. 802-809 (8 pages), Published By: American Sociological Association

 

 

émotion actualité

Ajouter un commentaire