colère

Relation de causalité entre la frustration et l'agression

L’agression. Une des réponses possibles à la frustration qui prend toutes sortes de formes, de l’homicide à l’insulte. Active ou passive, physique ou verbale, directe ou indirecte, elle est un « comportement destiné à blesser intentionnellement un autre individu, ce dernier étant motivé à en éviter les effets supposés aversifs (Barn et Richardson, 1994). » Elle peut être déplacée d’un objet à un autre, dans le sens psychanalytique du terme, c’est-à-dire qu’elle vise une personne en particulier mais elle est produite sur une autre.

Sa fonction est double. Hostile, donc impulsive, ou instrumentale, donc réfléchie. Hostile dans la mesure où elle est destinée à faire du mal sous l’émotion de la colère. Instrumentale parce qu’elle est produite sur une personne mais dans l’unique but d’acquérir un objet, un bien ou un gain.

Dès la petite enfance, les enfants agresseurs sont rejetés par les autres enfants (Kupersmidt, Burchinal et Patterson, 1995). Ce rejet anticipe de futurs comportements hostiles qui nuiraient à la cohésion du groupe. Malheureusement, ce n’est pas sans conséquences pour les tumultueux parce qu’en les ostracisant, cela va renforcer leurs frustrations et nourrir leur colère (prophétie auto réalisatrice).

De surcroît, ce comportement agressif, s’il vient à perdurer, aura un impact sur l’implication éducative des parents. Ils se montreront moins attachés (Patterson, Capaldi et Bank, 1991). Ce qui aura également pour effet de renforcer le caractère agressif de leur progéniture (Rohner, 1975). La renonciation des parents dans l’éducation de leurs rejetons est aussi la conséquence de faits de vie et de facteurs socio-économiques (chômage, décès, dépendance à l’alcool, à la drogue…).

Ensuite, dans une optique d’inclusion et de reconnaissance, les enfants agressifs vont se rapprocher d’autres qui auront un profil semblable, chacun s’influençant. Ils finiront par constituer un groupe dont la dynamique ne sera pas développée ici, mais leur individualité se perdra au profit de l’identité du groupe.

L’explication de ce comportement agressif est à trouver dans l’intensité proportionnelle de la relation de cause à effet, entre la frustration et l’agression. Plus la frustration est grande, plus l’agression le sera. La frustration est nécessaire à la vie en société. Robert Merton (1957) a établi que le comportement d’agression est la conséquence d’expériences sociales frustrantes. Il y a eu un écart significatif entre l’envie, le désir et le but qui n’a pas été atteint. Cela tient aux barrières psychologiques (manque de ressource), aux barrières physiques (mauvaise auto régulation des émotions), au manque de reconnaissance, aux échecs subis, aux humiliations ou encore à la confrontation à des facteurs environnementaux (comme le bruit, vétusté de l’habitat, pauvreté…). Des chercheurs ont également montré que des personnes qui jouent à un jeu vidéo violent, avec un faux pistolet au lieu d’une simple manette, sont plus agressives par la suite (Barlett, 2008).

Quelles solutions alors ? J’en vois 3…

Tout d’abord le renforcement positif par des félicitations, des récompenses, de la motivation, de l’accompagnement.

Mais c’est également punir quand cela est nécessaire afin d’inhiber le comportement agressif. La punition doit être expliquée, mesurée, avec une date de fin. Elle ne doit pas mettre en jeu l’intégrité de l’enfant, elle ne doit pas être avilissante ni humiliante.

Il est aussi fondamental de développer les fonctions exécutives de l’enfant afin de développer sa capacité d’attention, de concentration, de curiosité et de créativité tout en veillant - autant que possible - d’éviter l’injustice.

Cette guidance va contribuer à mettre en place et développer l’autorégulation émotionnelle nécessaire à une bonne socialisation, une bonne estime de soi, une meilleure perception de soi et l’empathie. Avant Dolto, l’enfant n’était pas considéré, il devait s’adapter. Après Dolto, nous avons compris que l’enfant était une personne à part entière mais nous sommes tombés dans l’excès inverse en termes d’éducation. A trop laisser l’enfant faire, il est devenu un roi incapable de gérer ses frustrations. L’immédiateté, l’instantanéité peuvent être une bonne chose pour autant qu’elles ne soient pas systématiques. Tout est une question de curseur.  

Mais gardons bien à l’esprit qu’en tant qu’agresseur, victime, parent ou tierce personne, c’est la personnalité qui domine la situation, le choix existe mais il peut être gourmand en énergie psychologique, cognitive et émotionnelle.

 

Kid with gun

Réf. :

"L'agression humaine", L. Bègue, éd. Dunod

"L'éthologie humaine", JD de Lannoy, éd. PUF

"Pulsions et destins des pulsions", S. Freud, éd. PBP classiques

Crédit photo : inconnu

 

 

"Je suis allé au bout de mes engagements politiques" : Henri Guaino en colère ?

Les propos d’Henri Guaino sur l’électorat de droite « à vomir » font le buzz. Il a depuis confirmé ses propos en les explicitant et d’après lui, sans colère. Or, la gestuelle inconsciente lors des différentes interviews que j’ai visualisées infirme cela.

 

Anamnèse    

Quels besoins fondamentaux ? Rapide focus sur le passé d’Henri Guaino : comment et sur quoi il s’est construit.

HG est né en 1957, une période après-guerre où il était nécessaire de tout reconstruire. Ce n’était pas des années de légèreté intellectuelle ni comportementale et encore moins d’opulence matérielle.

HG est d’origine italienne et n’a pas connu son père. C’est une information particulièrement importante pour comprendre la construction et le développement de son identité.

Comment se construire sans une figure paternelle dont la fonction est de donner un cadre, des repères, des valeurs et d’être un exemple pour son enfant ?

HG est donc élevé par sa mère femme de ménage – même si elle se remarie, être élevé par un homme qui n’est pas votre père naturel et n’a pas de filiation avec vous reste une phase complexe, encore plus à cette époque - et sa grand-mère, concierge.

Il se construit en se donnant les moyens de ses ambitions avec pour objectif de s’en tirer par le haut. HG obtient une licence d’histoire à Paris-Sorbonne et sort diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Voyez comment sa ligne de conduite est droite et déterminée, tournée totalement vers son besoin d’appartenance et de reconnaissance. Soulignons qu’il ne s’agit pas de vouloir être reconnu par ses pairs (jeu de mot conscient et voulu avec « père » évidemment), mais par ceux qui évoluent dans le cercle « supérieur ». Ce point est très important. Appartenir à un cercle de politiciens qui œuvre pour la reconstruction de la France représente un summum dans la reconnaissance personnelle. Pour accéder à un tel rêve, il est primordial de faire montre de ténacité et de persévérance !

Pour résumer cette première partie, les 2 maîtres mots sont : identification et reconnaissance.

 

A l’envers de ses fondamentaux identificatoires ?

HG est fondamentalement Gaulliste et assimilassionniste. Qu’est-ce donc ?

C’est un « mouvement d’idées qui avait pour objectif de faire disparaître tout particularisme culturel et d’imposer l’assimilation culturelle aux minorités d’un pays » (wikipedia). Plus simplement, issu d’une famille italienne, HG est persuadé que les migrants doivent s’intégrer par le travail d’abord, sans mettre en avant leurs convictions religieuses pour se « fondre dans la communauté d’adoption ».

Voilà ce qu’il faut avoir à l’esprit lorsque vous regardez l’interview d’HG, dont les propos sont certes déplacés mais contextualisés mais qui gardent tout leur sens. Vous comprenez que pour lui, qui n’est pas animé par la langue de bois, il est difficilement compréhensible que les électeurs soient plus fidèles à leur intérêt personnel qu’à leurs idées, leurs présupposées convictions politiques - ce qui sociologiquement s’explique très bien. Disparition de certaines règles, de certaines valeurs mais également disparition de la contrainte du temps et des frontières. A cela vous ajoutez la surreprésentation de l’image et vous avez un terreau fertile pour l’angoisse identificatoire.

Aujourd’hui, les électeurs en particuliers et plus généralement les personnes « connectées » sont plutôt parties prenantes pour suivre un projet sans clivage et novateur. Synonyme d’ouverture d’esprit et de World spirit. Si en plus ce projet peut faire table rase des vieux mammouths de la politique politicienne inflexibles et incapables de s’adapter ou alors juste en adoptant le port de la barbe… alors banco !

Nous sommes dans une société économique et sociale portée par l’internet global et la libre circulation des citoyens. Cette nouvelle façon de voir l’avenir est en totale contradiction avec l’ancien monde dans lequel HG s’est construit. Ainsi naît sa colère clairement exprimée dans ses propos tenus et confirmés depuis dans d’autres émissions.

 

L’analyse des gestes forts

Malgré mes recherches, je n’ai rien trouvé sur une quelconque maladie qui expliquerait cette notable différence entre l’hémi visage droit et gauche. Cette différence est particulièrement visible, vous l’aurez vous-même noté, sur les paupières et sur la bouche. Effectivement, les fermetures des paupières se font asymétriquement et l’œil gauche d’HG est très souvent plus fermé que le droit. Egalement, le côté gauche de la bouche est sensiblement plus fermé que le droit. Ainsi, je ne relèverai pas cette asymétrie, je constate juste le nombre de clignements de paupières importants et appuyés.

 

« Je suis allé au bout de mes engagements politiques ».

 

Lorsque le journaliste lui pose clairement la question : « vous arrêtez HG ? » à 17 sec., le coin extérieur droit de la bouche d’HG est descendant, signe d’une émotion négative liée à l’extérieur.

« Même si l’électorat qui a voté dans la 2ème circonscription de Paris, 6, 5 et 7ème est à vomir… », à 22 sec. est asséné avec une main gauche active et un menton levé. Il se place ainsi au-dessus de cet électorat qui ne représente pas la droite traditionnelle qu’il défend. Le comportement de ces électeurs lui est incompréhensible et le touche profondément dans ses valeurs (main gauche qui illustre la spontanéité et les valeurs personnelles).

HG exprime du dégoût pour ces « bobos qui sont dans l’entre soi » à 43 sec., teinté d’agressivité avec cette lèvre de chien sur « fini l’hypocrisie » à 49 sec. Sentiment appuyé par un menton encore levé et une main droite qui rejette.

Nous retrouvons cette main droite active, avec une tension décelable dans les doigts et le tranchant de la main à 1mn, lorsqu’il évoque la « bourgeoisie traditionnelle de droite » et les électeurs de Patrick Balkany.

HG affirme son positionnement d’homme libre et le rappelle à la journaliste à 1min. 33 sec. : « vous n’allez pas me donner des leçons ce soir ?! » avec une tension très forte dans les lèvres, notamment la lèvre supérieure.

Enfin, à 1 min. 49, le rejet est à nouveau exprimé mais cette fois avec les 2 mains sur « contrairement à tous leurs préceptes moraux ».

 

La couleur des sentiments

Colère, déception, dépit, ressentiment, rancœur, consternation, déconvenue et enfin désillusion ! Tous ces synonymes sont une sous-rubrique de la colère clairement exprimée par Henri Guaino contre cet électorat infidèle. Ce n’est ni plus ni moins qu’un fort sentiment d’abandon que peut ressentir un enfant face à l’absence du père… une crise identificatoire en somme.

 

Henri guaino

Liens vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=YgYAvlNF-no

https://www.youtube.com/watch?v=4hlxU4JdQwo