Blog

A la recherche de l'intentionnalité et de l'engagement

La thérapie d’aujourd’hui doit être pragmatique en plus de répondre à un besoin d’écoute du patient. Pragmatique veut dire que le patient vient non seulement pour un échange, mais qu’il  attend également des solutions rapides à mettre en place pour qu’il puisse voir les résultats rapidement. Est-ce que ça veut dire que la thérapie se doit d’être brève ? La mise en œuvre des solutions doit en tous les cas être rapide et un début de résultat visible sur le court terme.

Il est donc primordial de décrypter et d’analyser rapidement la personne, que ce soit dans un contexte thérapeutique que personnel et même professionnel. Que ce soit pour un patient, un manager, un dirigeant de société, un enquêteur de la police/gendarmerie, un professionnel quel qu’il soit, votre conjoint ou votre adolescent. Identifier la motivation grégaire d’une personne va permettre de la faire grandir, de lui donner de la reconnaissance, de la valoriser, de l’aider à atteindre son but en lui faisant adapter ses stratégies comportementales ou son coping face aux évènements stressants.

Ce qui fait la différence dans l’analyse comportementale, à mon sens, c’est la recherche systématique et fondamentale sur ce qui est au commencement de l’action face à un évènement.

Pour ma part, ma démarche consiste à identifier des marqueurs gestuels et psychologiques pour tenter de remonter jusqu’à la source, consciente ou inconsciente, de l’action. Quels gestes la personne fait lorsqu’elle est dans telle interaction ou lorsqu’elle parle d’un sujet spécifique ? Quels sont les mots qu’elle emploie ? L’ensemble de ces interrogations génère un questionnement socratique que j’aurais avec la personne.

Pour arriver à cette identification de la motivation grégaire, l’intention et l’engagement sont les deux déterminants incontournables de l’action. Ils peuvent être inconscients, on parle de mécanismes de défense, ou conscients, on parle alors de coping. « Les mécanismes de défense sont considérés comme des traits de personnalité et les processus de coping comme des états liés à la situation. » Les mécanismes de défense sont principalement mis en œuvre pour lutter contre les pulsions, leurs représentations et leurs affects. Le coping est la cognition derrière les moyens utilisés pour faire face à une situation.    

Gardons à l’esprit, pour mener à bien cette quête du « vrai self », de l’authenticité, c’est que les individus prennent en considération les implications de leurs actions avant de s’engager dans un comportement donné, que ce soit conscient ou inconscient (et j’insiste exprès).

En psychologie, l’intentionnalité se définit comme une « relation active de la conscience à un objet existant, adapté à un projet. » La conscience est la capacité à se représenter mentalement un objet et de pouvoir le restituer verbalement. L’objet peut être interne ou externe. Interne, c’est la représentation intériorisée que la personne se fait de son environnement, qui lui est qualifié d’objet externe. « Environnement » dans le sens large puisqu’il peut s’agir d’une personne ou de toute chose inanimée. Ce qui est primordial dans cette définition parce que ça qualifie le sens donné à l’intention, c’est la notion de « projet ». Il fait écho fatalement à un manque, à un besoin grégaire, primaire, originel.

Pour bien appréhender ce qu’est le comportement, nous pouvons dire qu’il est la conséquence de trois facteurs :

  • L’intentionnalité,
  • L’habitude,
  • La présence de conditions qui facilitent ou qui empêchent le comportement.

Pour ces deux derniers facteurs, il n’est pas nécessaire que je développe. En revanche, l’intention se définit par quatre facteurs très clairs et qui sont d’une importance capitale dans la quête du projet que l’individu porte, en passant ou non à l’action :

  • Une composante cognitive et affective qui génère une analyse subjective des avantages et des inconvénients de l’adoption du comportement, mais également à la prise en compte de la réponse émotionnelle inhérent à l’adoption du comportement,
  • Des croyances normatives qui renvoient aux attentes que la personne a, par rapport à un groupe de personnes référentes, ou une seule personne référente, qui approuveront ou non l’adoption du comportement,
  • Des croyances aux rôles sociaux, c’est-à-dire le degré auquel la personne perçoit qu’il est opportun ou approprié de réaliser le comportement au regard des personnes qui ont une position sociale similaire,
  • Les convictions personnelles.

Ce dernier facteur a également son importance dans la mesure où il fait appel à l’intensité de l’engagement que l’on mettre dans l’adoption du comportement. Qu’est-ce que l’engagement si ce n’est de se reconnaître libre ou non de faire quelque chose et d’en assumer la signification ?

Plus le projet derrière le comportement est important, que ce soit en termes de besoins/manques que de conséquences et de coûts, plus l’engagement sera important.

Plus le comportement sera visible socialement, plus l’engagement sera important.

Toutes les raisons motivationnelles externes désengagent, comme faire miroiter une récompense ou menacer d’une punition ne fonctionnent pas ! Ce ne sera que du renforcement positif ou négatif mais jamais la personne ne sera engagée de manière intensive (avis aux managers et aux parents…).

En revanche, la moindre raison intrinsèque a un pouvoir intense d’engager la personne à adopter un comportement, quel qu’il soit, dans la mesure où la personne nourrit un besoin de reconnaissance et d’inclusion. C’est le cas lorsque la personne est convaincue que si elle se transforme en bombe humaine, elle recevra l’Amour éternel de Dieu. C’est aussi le cas lorsqu’un parent explique à son enfant que l’effort est souvent récompensé et vient enrichir l’image de soi.

Analyser les comportements, c’est qualifier l’intention et l’intensité de l’engagement que l’on met à adopter un comportement. Cela a un impact significatif quant à la responsabilité d’une personne dans n’importe quel contexte professionnel ou personnel.  Mais cela a aussi le privilège de rendre la communication interpersonnelle plus fluide, plus authentique et certainement plus bienveillante (bien que ce mot commence à être galvaudé). Enfin, analyser les comportements permet de se donner assez de recul face à une situation pour pouvoir en anticiper les conséquences.

 

Strategie

Références :

« Mécanismes de défense et coping » - Chabrol et Callahan – Dunod, 3ème éd.

« La soumission librement consentie » - Joule et Beauvois – PUF 2009.

« De l’acte à la pensée » - Henri Wallon – Flammarion 1970.

« Stratégie de la thérapie brève » - Watzlawick et Nardone – Seuil 2000.

Que nous apprend Milgram sur l'obéissance ?

L’obéissance à l’autorité (Milgram, expériences effectuées entre 1950 et 1963)

 

Découverte : La propension extrême des adultes, hommes ou femmes, à la soumission quasi inconditionnelle aux ordres de l’autorité. Son point de départ se situe à l’apparition de la division du travail (début 20ème).

57% des sujets obéissent s’ils ne sont pas en contact avec la victime.

30% des sujets obéissent s’ils sont en contact avec la victime.

L’obéissance à l’autorité, souvent prônée comme une vertu, revêt un aspect bien différent quand elle est au service d’une cause néfaste.

Ceux qui ont administré des chocs électriques à la victime l’ont fait, non pour assouvir des tendances agressives, mais parce que l’idée qu’ils avaient de leur obligation les y contraignaient moralement. Rares sont ceux qui possèdent les ressources intérieures nécessaires pour lui résister, parce que toute une gamme d’inhibition s’oppose à une éventuelle révolte.

 

Qu’est-ce qui contraint le sujet à rester à l’état de soumission (agentique) ?

  • Désir de tenir sa promesse, la politesse, l’engagement moral pris,
  • Préserver la relation, désir de se montrer à la hauteur qui s’accompagne d’une diminution sensible de la préoccupation de l’éthique morale,
  • Se concentrer sur les caractéristiques techniques immédiats pour perdre de vue les conséquences lointaines,
  • La normalisation de l’acte par sa continuité.

Ainsi, chaque sujet inhibe son fonctionnement autonome et il devient alors un autre individu qui accepte le contrôle total d’une personne ayant un statut plus élevé.

 

Quel est le processus de l’obéissance ?

  • Elle est transmise par l’éducation,
  • Les agents sociétaux, dès que l’enfant sort du cocon familial, il est transféré dans un système d’autorité institutionnel dans lequel la soumission est indispensable, explicite ou implicite à une entité impersonnelle,
  • La structure de récompense/châtiment,
  • La perception de l’autorité qui doit être « légitime »,
  • « L’idéologie » de la situation,
  • La responsabilité redirigée. Le sujet se sent engagé vis-à-vis de l’autorité mais pas responsable du contenu des actes que celle-ci lui prescrit.

 

Comment expliquer la baisse de l’obéissance à mesure que la victime se rapproche ?

  • L’empathie du sujet envers sa victime,
  • Agrandissement du champ cognitif, il est plus difficile de faire abstraction de la victime,
  • La proximité génère une inhibition passive, de la honte et de la culpabilité, contrairement à l’éloignement qui provoque un rapprochement entre le sujet et la personne représentant l’autorité,
  • Conscientisation des causes et des conséquences.

Le seul danger qui menace le fonctionnement d’un système hiérarchisé, c’est la possibilité que la défection d’un de ses éléments en entraîne d’autres, d’où la nécessité de l’isoler et de la punir sévèrement.

 

Faire la différence entre « obéissance » et « conformisme »

L’obéissance survient à l’intérieur d’une structure hiérarchisée alors que le conformisme détermine la conduite parmi des gens de statuts égal (avec souvent une pression implicite du groupe).

"Leaving Neverland" : témoignages authentiques ?

Cet article porte sur « Leaving Neverland » que M6 diffusera le 21 mars prochain.

A l’origine, j’aurais dû livrer les résultats de mon analyse lors de l’émission sur C8 : « balance ton post », cependant pour des raisons de ligne éditoriale, il n’en a pas été ainsi. Je vous la partage, elle porte sur la structure du langage corporel des victimes présumées Wade Robson et James Safechuck.

Aujourd’hui, les 2 victimes présumées ont compris qu’elles avaient été abusées sexuellement et manipulées psychologiquement par celui qu’elles idolâtraient. C’est le même processus que nous retrouvons dans le syndrome post traumatique et qui explique pourquoi, au bout de plusieurs dizaines d’années, les victimes finissent par tout révéler.

Que ressentent Wade et James ? Leur témoignage peut-il être qualifié d’authentique alors que leurs détracteurs leur opposent l’appât du gain ?

Avant de répondre à cette question, je souhaite rappeler quels sont les marqueurs gestuels que nous retrouvons lorsqu’une victime témoigne.

Tout d’abord, il y a l’emploi du « je » qui confère une responsabilité à celui qui l’emploie, responsabilité dans le sens où le témoin s’associe pleinement au discours, ce qui n’est pas le cas lorsqu’un mensonge est dit. Wade et James l’emploient systématiquement.

Les clignements de paupières plus nombreux témoignent d’une émotion fortement ressentie et dans le cas présent, c’est de la tristesse. C’est le cas lorsque la « masturbation » est évoquée et le fait que cela doive rester un secret. Le clignement de paupières est même bien plus long qu’à la normale. C’est encore le cas lorsque Wade évoque les abus sexuels subis dès les premiers jours et c’est toujours le cas lorsque James témoigne avec la boîte à bijoux dans ses mains.

Les gestes projectifs sont également un élément important de la véracité d’un discours. Ce sont des gestes faits plutôt près du corps, plutôt arrondi, paumes des mains tournées vers soi et qui permettent  de s’associer à son discours. Ces gestes projectifs sont nombreux dans les 2 témoignages, notamment lorsque James parle d’un matin où il se réveille et que MJ n’est pas à ses côtés.

Ce qu’on appelle les gestes de cognition incarnée ou située,  sont des gestes qui reproduisent l’espace et l’emplacement d’objets, de personnes pour vous faire visualiser la scène. C’est exactement ce que fait Wade lorsqu’il évoque la scène avec MJ ou encore lorsque Wade parle des masturbations subies ou des caresses lors de leur routine sexuelle.

Et puis il y a les autres gestes… les nombreuses mises à distance lorsque Wade et James élèvent leur sourcil droit, les émotions composites comme la tristesse qui se lit dans les yeux de Wade à l’évocation des masturbations, alors que sa bouche trahit son mépris pour l’acte. Les genoux qui sont systématiquement mis en protection, une jambe sur l’autre pour les 2 victimes présumées. C’est aussi lorsque James évoque « a film park in someone tales» et qu’il nous en fait comprendre toute l’ironie par son index gauche qui vient faire un mouvement de rejet, en se déplaçant de la base du nez vers le haut. C’est aussi la vive colère qui se manifeste sur le visage de Wade lorsqu’il se rappelle la sensation de ses mains dans les cheveux de MJ ou encore quand Wade se mord l’intérieur de la lèvre gauche, signe d’une forte émotion négative ou enfin lorsque James refait ce geste de rejet avec son index sur son nez lorsqu’il termine par « I was 7 ».

Alors ceux qui ont l’habitude d’observer les gestes se disent que c’est quand même bizarre que, si souvent, Wade et James placent leur regard sur leur droite (les images ne sont pas inversées), en futur cognitif ou émotionnel ce qui voudrait dire qu’ils cherchent comment orienter leur discours, qu’ils cherchent leurs mots, voire qu’ils inventent en même temps qu’ils relatent.

Mais là, ils se trompent, leur regard fuit l’image qu’ils se représentaient de leur idole. Ils placent MJ à l’extérieur de leur bulle, ils le mettent à distance, ils le chassent.

Que ressentent Wade et James, les 2 victimes présumées de MJ ? Leur témoignage est-il authentique ?

Ils aiment et idolâtrent un artiste de génie mais qui par ses manipulations et ses abus leur a causé un traumatisme psychologique dont ils mesurent aujourd’hui les dégâts. Lorsqu’ils étaient enfants, ils n’avaient pas le discernement nécessaire pour s’opposer à leur Dieu, ils voulaient juste lui faire plaisir pour que Dieu les estime et les aime. Leur témoignage peut-il être qualifié d'authentique ? Il en contient tous les marqueurs gestuels. Et les familles ? A minima, elles sont coupables d’une naïveté criminelle… un adulte ne dort pas avec un enfant.

 

Doc leaving neverland

Retour sur "Ethologie, biologie du comportement"

Dans cet article, je reprends quelques idées marquantes largement développées dans « Ethologie, biologie du comportement » d’Irenäus Eibl-Eibesfeldt (éd. Naturalia et biologia, 3ème édition). J’ai regroupé ces idées en 3 parties, certaines phrases peuvent être reprises telles quelles, je l’assume pleinement. L’objectif de cet article est d’éclairer celles et ceux qui aimeraient lire le livre, mais également celles et ceux qui souhaitent disposer de l’information sans pour autant le lire. Ce qui est intéressant, c’est que le contenu trouve un large écho dans notre société contemporaine, également dans la discipline de la Synergologie quant à son approche.

L’auteur autrichien (1928-2018) a été le fondateur de l’éthologie humaine et fut le premier à appliquer la méthode d’observation et de raisonnement de l’éthologie au comportement humain (wikipédia). C’est évidemment ce qui m’a attiré dans cette bible éthologique extrêmement bien documentée, qui fait suite aux travaux de Konrad Lorenz, grâce à laquelle nous pouvons faire des extrapolations avec nos comportements humains.

L’observation des comportements dans leur milieu

Le comportementaliste, l’éthologue, observe un animal au cours d’une activité déterminée et se demande pourquoi il agit ainsi et pas autrement. Il observe l’animal aussi bien dans son milieu naturel qu’au cours d’expériences qui visent une activité spécifique. C’est d’ailleurs ce que nous faisons en Synergologie lorsque nous voulons trouver un sens à un ou plusieurs gestes. Nous codons ce geste, nous l’observons en milieu naturel et dans des conditions recréées puis nous en déduisons un horizon de sens. « L’apparition d’un signe, d’un geste, dans le champ de perception d’un sujet provoque toujours une réponse qui annule les effets du signe perçu, ce qui met fin à l’action. C’est par exemple le cas lorsque le message porteur de signes est du domaine alimentaire, il est annulé en étant dévoré, sinon il est anéanti car lorsque la satiété intervient, les récepteurs sensoriels cessent de le percevoir. » Dès que la réaction au signe s’est produite, le cycle (l’action) a été accompli et s’éteint. Le cas échéant, le cycle reste en quelque sorte en suspens, créant ainsi une frustration qui ne demandera qu’à se décharger et tant qu’elle ne le sera pas, elle enflera.

L’éthologue a créé l’éthogramme comme un inventaire des comportements dont chacun doit rendre compte de chaque détail de l’action. Pour qu’il soit le plus complet possible, l’analyse s’effectue sur vidéo visionnée au ralenti ou en accéléré donnant des renseignements que l’observation directe n’est pas capable de fournir (c’est exactement le même procédé que nous réalisons en Synergologie).

Les comportements pour communiquer ?

Entre membres d’une même espèce, il existe des forces qui peuvent agir aussi bien dans le sens de l’attraction que dans la répulsion. Les individus sont souvent porteurs de signaux évocateurs agressifs, opposant une barrière perceptible, inconsciemment ou consciemment, à toute approche. Cette barrière devra être levée à un moment donné pour la bonne gestion du groupe, la cohésion sociale, l’organisation des différentes tâches. Une abondance de types de comportements et de signaux joue le rôle de tampon, aussi bien lors des nouvelles prises de contact que dans le maintien de la continuité de ces relations. Ceux des signaux qui règlent les actions intra spécifiques, servant au maintien de l’isolement de l’espèce, sont en général tellement spécifiques qu’ils peuvent être compris que par les membres de l’espèce. Là, j’attire votre attention sur le parallèle évident à faire avec les humains en termes de communautarisme. Chaque groupe d’individus possède son langage verbal et non verbal, ses valeurs qu’il va défendre bec et ongles contre d’autres groupes perçus comme une menace et les exemples ne manquent malheureusement pas aujourd’hui (gilets jaunes, extrémisme, djihadisme, communautarisme, féminisme…).

Pour prendre l’exemple des corbeaux, les sons appris leur servent à la communication avec d’autres espèces. Cependant, lorsqu’une situation critique/vitale apparaît, les appels émis ne peuvent pas être remplacés par ceux qui ont été appris. Ce sont les comportements instinctifs propres à un système, à un groupe ou une espèce qui vont s’exprimer naturellement en premier. Par extrapolation, si une personne d’un naturel peureux se forme à un système d’autodéfense, en cas de situation vitale engagée il est probable que sa peur grégaire dicte sa réaction face à l’agresseur (fuite ou immobilité) nonobstant ce qu’elle a appris, sauf si elle s’est confrontée à cette situation de façon répétitive et dans des conditions proches de la réalité (et donc pas en dilettante).

Par ailleurs et parce que l’agressivité sous toutes ses formes régit la survie de l’espèce, le rire est une cérémonie d’accueil dérivée d’un mouvement de menace, ce qui est rendu possible par le fait de montrer les dents (Lorenz). N. Bolwig l’interprète comme une morsure ritualisée parce que l’extériorisation rythmique de la voix fait penser à celle des sons similaires produits par un groupe de primates quand ils menacent un ennemi à l’unisson. Le rire, par ce qu’il véhicule inconsciemment comme possibilité de défense et donc d’agression, permet de faire descendre la tension lors d’une confrontation (le rire voire le sourire et pas la moquerie qui elle génèrera une réaction agressive).

Agressivité et rire pour moduler les relations mais parfois, une situation stimulante est telle que différentes appétences sont activées simultanément, comme par exemple les désirs d’attaquer et de fuir. De tels types de comportements directement opposés entrent en conflit les uns les autres, et le résultat peut prendre différentes tournures. On peut parler d’ambivalence simultanée dans lesquels les deux systèmes activés l’emportent simultanément. On parle de masquage si un comportement en supprime un autre, sans pour autant les empêcher d’apparaître tous les deux ensembles. En psychologie, on parle de somatisation, en Synergologie ce hïatus de communication est connu comme étant une chimère.

Chez les animaux comme chez les humains, ce flux d’excitation antagoniste est déchargé sous forme de gestes comme la recherche d’appui, se frotter, s’essuyer, se gratter avec la main, les yeux, la bouche, de passer la main sur la barbe (présente ou pas). Ces mouvements de dérivation ne se produisent pas seulement quand les conduites antagonistes sont activées mais également quand le « but » d’un comportement est atteint trop vite. C’est le cas lorsque le rival, avec lequel l’animal est engagé dans un combat, s’enfuit trop rapidement ou quand un stimulus attendu ne se manifeste pas. Ce moment-là est particulièrement intéressant à décrypter, à analyser pour comprendre ce qui l’a provoqué.

Les comportements : éléments essentiels à la survie de l’espèce ?

Selon Lorenz, le comportement des individus dépend beaucoup plus des composantes innées qu’apprises. "L’exemple est flagrant de l’homme par la disproportion entre ses énormes succès dans la domination de son environnement et son incapacité à résoudre les problèmes inhérents à son espèce."

C’est également le cas pour ce qui est de l’agression dont le comportement est toujours le résultat de frustrations (Dollard et coll., 1939). De ce point de vue, l’agression est donc réactionnelle et non l’expression d’une pulsion spontanée. Cependant, ce concept s’oppose à l’instinct dynamique d’agression que défendent Freud et Lorenz qui pour eux, serait la production d’excitations endogènes et le comportement appétitif correspondant. Pour une bonne inclusion et nous l’avons précédemment évoqué, il existe des voies de décharges de cette agressivité, comme de proférer des insultes ou de regarder des films au contenu agressif. Toutefois, la diminution de l’intensité des pulsions agressives n’est que temporaire parce qu’à terme, la régularité de la possibilité de décharge occasionne une sorte d’entraînement à l’agression. Ainsi, cette pulsion tend à se normaliser si elle n’est pas maîtrisée et le passage à l’acte devient probable.

Il existe une différence entre l’agression interspécifique et l’agression intraspécifique. Un carnivore combat différemment ses semblables et ses proies. Il est rare que les animaux, avec la force ou les armes naturelles dont certains sont dotés, les utilisent contre un congénère sans qu’il y ait inhibition. « L’existence des combats ritualisés fait ressortir la force de pression sélective du comportement agressif. Faute de quoi, dans les espèces qui, par leur comportement agressif, sont capables d’endommager leurs congénères, il y aurait eu une contre-sélection ; en fait, les techniques de combat les plus compliquées se sont développées en vue de permettre que les combats tiennent lieu de mécanismes d’espacement. » Cette notion d’espace, de territoire, est primordiale. Notons que l’habitude d’attaques émerge graduellement au cours du développement infantile, quand les animaux font l’expérience de la douleur au travers de la compétition pour la nourriture, mais aussi dans les jeux.

La cause du comportement agressif est la désorganisation sociale, parce qu’à l’intérieur d’un groupe, l’agression est souvent neutralisée par le développement d’une hiérarchie. D’autre part, la conscience de groupe dans une société bien organisée augmente l’agressivité contre les étrangers (H D Schmidt, 1960). La hiérarchisation ne suppose pas seulement que quelques membres du groupe gagnent leur autorité, soit par des combats ou par des performances particulières, mais aussi que les subordonnés reconnaissent et acceptent cette hiérarchie. Seule cette faculté avec la disposition à la subordination rend possible la formation de sociétés stables.

Voilà ce que je pouvais rapporter comme informations sur ce livre, mais il y en a tant d’autres encore. Sans organisation sociale, pas de société stable, donc une évolution compromise. Les rapports sociaux sont gérés par l’agressivité à différents curseurs et leurs substituts. Reconnaître et comprendre les comportements permettent de donner de l’information et d’aider les personnes à y voir plus clair, à s’adapter, à vivre mieux si possible.

Le rapport aux autres est aujourd’hui violent, l’individualité et le communautarisme sont plébiscités. Ce sont des valeurs refuges parce qu’ils permettent de se rassurer, ce qui n’est pas la solution à moyen/long terme. Alors je me pose la question : le communautarisme est-il si gênant ? La réponse est « oui » tant que les membres d’une même communauté n’auront de cesse de vouloir s’étendre et diffuser LEUR bonne parole.

Que faut-il combattre hormis la sécularisation qui fonctionne de pair avec le prosélytisme ?

D’un point de vue purement psy, à la base est le traumatisme de la naissance (Otto Rank) mais ça, c’est une autre histoire…

 

Bonobo 2

Ancien combattant de l'EI : analyse comportementale !

Ils sont un nombre important de jeunes adultes et d’adultes à avoir souffert d’une non-reconnaissance de la société. Que ce soit pour des raisons de cellule familiale défectueuse ou d’une situation économique précaire, ils n’ont pas su investir leur déception/désillusion/rancune vers des voies socialement plus acceptables. Pourquoi ? Parce qu’ils tiennent les institutions pour responsables de leur situation et que, le cerveau étant un adepte de l’économie d’énergie psychique, la victimisation les renforce dans leur comportement.

Donc la voie la plus rapide à emprunter pour la reconnaissance de leurs pairs, et la plus rémunératrice dans un temps très court, c’est la délinquance. Et la voie la plus simple et aussi la plus rapide pour conforter leurs valeurs patriarcales, archaïques et machistes, c’est le salafisme.

Lorsque l’Etat Islamique entre en guerre, c’est alors la solution toute trouvée qui s’offre à eux. Mais aujourd’hui, ces guerriers opportunistes ont été faits prisonniers par les kurdes et ce n’est pas la même chanson, ce qui les poussent à vouloir demander, avec une espèce d’évidence, à retourner dans le pays (qu’ils ont combattu soit dit en passant).

 

Pour quelles raisons ? Ont-ils soudainement retrouvé le chemin des valeurs démocratiques et républicaines ? Envisagent-ils réellement que la femme est l’égale de l’homme ? Que la laïcité passe avant la religion ?

Dans ce témoignage, nous pouvons voir l’ancien combattant islamique assis naturellement sur sa chaise, bien appuyé contre le dossier. Nous n’observons aucune tension musculaire dans les épaules, il est donc apparemment détendu, sûr de lui et de son discours, de ses intentions. Ses mains sont confortablement posées sur ses cuisses, les doigts entrelacés toujours sans raideur. Notons que ses jambes sont largement écartées illustrant une posture archaïque du « dominant » et une estime de soi très affirmée. Comprenez « dominant » dans le sens animal du terme bien sûr !

A 28 sec., il parle de ses anciens amis mais les places à sa droite avec sa tête, donc en dehors de son cercle intime. Il parle de la religion qu’il place à sa gauche, c’est donc toujours un élément fondamental dans sa vie. L’injustice est également une valeur importante pour lui, ses pouces s’élèvent lorsqu’il l’évoque à 41 sec. avec un léger sourire ironique/sarcastique/cynique. Dans ces échanges, l’ancien combattant de Daech est dans le lien tout en gardant un certain sens critique, sa tête penche sur sa gauche mais il parle avec l’hémi visage droit, le menton bien relevé confirmant la haute estime qu’il se porte. C’est un homme fier.

 

Ça se gâte…

« Vous avez tué des gens pendant que vous étiez combattant ? » L’axe de tête de l’homme passe de gauche à droite, ce qui traduit un changement émotionnel… là, il y a matière à creuser la question ! Toujours avec sa tête, il confirme le « non » mais en débutant le mouvement par sa droite, c’est un « non » pour faire plaisir, empathique.

A nouveau, lorsque le journaliste lui demande : « comment on fait pour être combattant et ne jamais tirer sur des gens ? » Le regard se baisse sur sa gauche, se remémorant certains événements, puis « pourquoi tu veux tirer sur des gens ? (…) J’ai tué personne » avec un « non » empathique et sa main gauche qui recouvre sa main droite, signifiant que si le sujet l’implique bien personnellement, il ne doit pas céder à la spontanéité. C’est aussi une question à approfondir : quelle a été sa réelle implication en tant que combattant dans les rangs de Daech ?

 

Un peu de sincérité

Parce qu’il y en a à la question : « aujourd’hui, regrettez-vous d’avoir rejoint les rangs de Daech ? » le « oui » effectué avec le mouvement de tête est sincère, cependant les raisons de ce regret ne sont pas celles que l’on pourrait croire, c’est-à-dire la recherche d’un Etat où la religion est au-dessus de tout. D’autant qu’à 2 min. 44, sur comment va se sentir sa femme sans lui, c’est bien avec l’avant-bras gauche élevé qu’il assène : « elles sont faibles les femmes ! »

Par ce nouveau témoignage et de ce que j’en ai encore observé, lorsque certaines valeurs, certains comportements sont si profondément ancrés   dans la personnalité, il est vain de vouloir changer les choses. Malgré la communication qui est faite, le corps ne ment jamais, il est alors temps que la justice passe.

 

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=8dwxl7kiVlM

 

Ancien daech

 

Le regard vaut tous les mots !

Certains témoignages nous interpellent sans que l’on ne sache vraiment pourquoi. Ils nous touchent par le processus identificatoire, par la véracité et l’intensité de l’émotion qu’ils véhiculent.

Aujourd’hui dans les médias, la publicité est interdite. Dès lors, certaines images peuvent être inversées, ce qui rend la perception de la situation, de l’émotion, différente. En quoi est-ce réellement important ? Eh bien parler de sa main gauche implique l’activation d’un hémisphère du cerveau différent de celui de la main droite. L’incidence quant au rapport de la personne à l’événement est grande. Soit l’individu est concerné à titre personnel, soit il pose une distance, ce qui implique une volonté de contrôle de son discours. Et donc, la perception que l’on aura du témoignage sera différente.

C’est la même chose avec le regard. Par exemple, lorsque vous vous remémorez un souvenir, votre regard s’oriente immédiatement vers la gauche. Alors que si vous cherchez des arguments, il partira vers la droite. Cependant, certains ressentis, certaines émotions, certains rejets sont si forts que le regard de la personne contredit la logique précédemment décrite… Voyons cela plus en détails avec le témoignage d’Ivo Magalhaes, le pompiste qui a été braqué par les frères Kouachi.

Dans celui-ci et au premier visionnage, j’ai été interpellé par certains regards qui partaient sur sa droite, bien qu’il évoquait des souvenirs. J’ai demandé confirmation au journaliste concerné si certaines images avaient été inversées, ce qui n’était pas le cas. Il me fallait donc reprendre séquence par séquence…

Tout d’abord, ce qui apparaît d’Ivo Magalhaes, c’est son regard hébété, les yeux grands ouverts avec des clignements de paupières appuyés. Dès les 1ères secondes, je constate une mise à distance de l’événement par l’élévation de son sourcil droit, puis gauche.

A 33 sec., son œil droit cligne très rapidement 3 fois lorsqu’il évoque « qu’il reste encore des douleurs internes. » Cligner 2 voire 3 fois très rapidement sur le même temps se fait lorsque la personne parle d’un sujet négatif.

Plusieurs fois au long de l’entretien, Ivo Magalhaes lève sa lèvre supérieure droite, ce qui traduit un réel mal être lié à un évènement extérieur : « tous les matins je me réveille, je pense à ça, j’ai les images qui me reviennent tous les jours. »

A 49 sec., lorsque la journaliste lui demande de quelles images il s’agit, le regard d’Ivo Magalhaes part sur sa droite, ce qui peut paraître totalement incohérent, sauf si on considère qu’il rejette ces images traumatisantes pour lui. Son regard les revoit, les fixe et les saisit pour les rejeter à l’extérieur de sa bulle, donc sur sa droite. D’ailleurs, 10 sec. plus tard, Ivo Magalhaes cherche ses arguments pour justifier le délai de 4 ans pour se décider à écrire un livre. Là, son regard part bien à droite mais dans un futur cognitif, il cherche ce qu’il va dire.

Ce rejet constaté par ce marqueur gestuel qu’est le regard, est systématiquement sur tous les termes qui concernent le braquage dont il a été victime : « il n’ a pas eu véritablement de suivi (1min. 54) » ; « l’aide qu’on aurait pu m’apporter pour la reconstruction, sans avoir certains déclics que j’ai prononcé dans le livre (2min. 06) ; « j’ai été livré à moi-même, je me suis retrouvé seul, même pour partir des lieux, il fallait que je bifurque… des chemins de traverses (2min. 47). »

Puis à partir de 5min. 23sec. jusqu’à 6min. 11sec., ce ne sont pas moins de 15 regards rapides jetés sur sa droite, sur des mots tels que « douleur » ou « ressenti. »

 

Un hémivisage gauche inexpressif, un regard exorbité qui rejette hors de sa bulle chaque mot/image qui ont un rapport au braquage : le trauma est toujours vif !

 

Ivo magalhaes

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=EulxShVgkNo

 

Analyse de la gestuelle du Président Macron - voeux 2019

Les vœux du Président Emmanuel Macron étaient très attendus, s’inscrivant dans un contexte particulier pour lui et certainement pas à son avantage. Cependant, il ne faut pas oublier que c’est un exercice qu’il affectionne, pour autant qu’il délaisse certains mauvais conseils de communication.

Le corps parle bien avant que les mots ne le fassent. Alors quels ont été son attitude, son style ?  

Déterminé et combattif

La détermination ne peut être feinte si elle est enrichie de gestes qui marquent son engagement. En dépit de toutes les critiques que ses opposants pourront faire au Président Macron sur le contenu de son discours, ses gestes d’affirmation de soi assurés, voire agressifs attestent de son investissement.

Regardez ses gestes fréquents et simultanés effectués avec ses 2 mains. Ils traduisent un désir d’unir mais ce qui est plus intéressant encore, ce sont les pouces qui se lèvent, qui l’affirment dans sa fonction mais également dans sa détermination à titre personnel.

Cet investissement est également perceptible lorsque ses mots s’accompagnent de mouvements de sa main gauche, alors que la droite reste en retrait. C’est bien lui, à titre personnel, en tant qu’individu, qui s’affirme.

A 1 minute 45 : « pour changer en profondeur les règles d’indemnisation du chômage, afin d’inciter davantage à reprendre le travail », ça lui tient à cœur.

A 2 minutes 49 : « notre pays veut bâtir un avenir meilleur reposant sur notre capacité à inventer de nouvelles manières de faire et d’être ensemble », ses doigts sont en pince (l’extrémité de l’index et du pouce se touchent) relevant ainsi son désir de précision, de justesse, d’importance. Ce geste reviendra souvent dans le dernier tiers de l’allocution.

La détermination s’illustre encore davantage lorsque le Président Macron pointe le sol avec ses 2 index pour souligner l’urgence à agir immédiatement : « alors même qu’il nous faut bâtir aujourd’hui de nouvelles réponses à ce phénomène. (…) Je suis intimement convaincu que nous avons à inventer une réponse, un projet, profondément français et européen (à 3 minutes 50). »

Enfin à 8 minutes 31, la détermination peut tourner à une marque d’agressivité lorsqu’il frappe sa paume droite de son poing gauche, geste qu’il exécutera plus d’une fois sur le dernier tiers de son discours : « on peut débattre de tout mais débattre du faux peut nous égarer, surtout lorsque c’est sous l’impulsion d’intérêts particuliers. »

Dynamique et authentique

Le Président Macron use d’une gestuelle économe, simple, pas trop stéréotypée mais plus dans un souci de ne pas trop en faire.

Comme vu plus haut, les mouvements de sa main gauche attestent de son implication personnelle. C’est bien le cas à l’évocation des « victoires sportives », de la « célébration de l’armistice. » C’est également le cas à son axe de tête qui tend légèrement sur sa gauche et qui n’a d’autre objectif que celui d’adoucir son discours. Il se veut empathique. Ses mains restent très majoritairement à l’horizontal, il se met au même niveau que son public. Ses doigts ne montrent pas de tension particulière, ses sourcils s’élèvent régulièrement pour marquer certains mots.

Le Président peut également se montrer agacé en tirant subrepticement sa langue, comme c’est le cas sur la « colère contre les changements profonds » (à 2 minute 49), ironique par certains petits sourires en coin qu’il affectionne, ou encore chafouin lorsqu’il tire rapidement une langue de délectation avant d’aborder son 3ème vœu, celui de la vérité.

Froideur et distance

Certaine personne ont cette faculté à mettre une distance entre eux et les autres. Ça tient à peu de choses, peu de gestes, cependant le ressenti est bien là. Certains vont la nommer snobisme, sentiment de supériorité, alors que pour d’autres ce sera de la pudeur. En tous les cas, il s’agit bien d’une adaptation comportementale pour se protéger du monde extérieur, perçu comme trop agressif.

Son illustration est très simple, c’est la main droite qui vient couvrir la main gauche pendant le discours, c’est mettre en avant son hémi visage droit pendant qu’on parle.

Voyez Laurence Ferrari qui présentait le journal avec le même hémi visage face caméra. Elle garde une image froide alors que Claire Chazal qui présente systématiquement son hémi visage gauche est bien plus dans le lien avec les téléspectateurs. Ca fait toute la différence et ça ne se contrôle pas, sauf à prendre des cours de théâtre pour se réconcilier avec son corps et apprendre à laisser sortir ses émotions.

Les gestes sont révélateurs de l’état émotionnel sur l’instant, du degré d’implication de la personne et si les mots qui viennent suppléer ces gestes sont concordants, alors la communication est réussie. De ce point de vue, c’est bien le cas.

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=iIS9JatcYeU

 

President macron

Relation de causalité entre la frustration et l'agression

L’agression. Une des réponses possibles à la frustration qui prend toutes sortes de formes, de l’homicide à l’insulte. Active ou passive, physique ou verbale, directe ou indirecte, elle est un « comportement destiné à blesser intentionnellement un autre individu, ce dernier étant motivé à en éviter les effets supposés aversifs (Barn et Richardson, 1994). » Elle peut être déplacée d’un objet à un autre, dans le sens psychanalytique du terme, c’est-à-dire qu’elle vise une personne en particulier mais elle est produite sur une autre.

Sa fonction est double. Hostile, donc impulsive, ou instrumentale, donc réfléchie. Hostile dans la mesure où elle est destinée à faire du mal sous l’émotion de la colère. Instrumentale parce qu’elle est produite sur une personne mais dans l’unique but d’acquérir un objet, un bien ou un gain.

Dès la petite enfance, les enfants agresseurs sont rejetés par les autres enfants (Kupersmidt, Burchinal et Patterson, 1995). Ce rejet anticipe de futurs comportements hostiles qui nuiraient à la cohésion du groupe. Malheureusement, ce n’est pas sans conséquences pour les tumultueux parce qu’en les ostracisant, cela va renforcer leurs frustrations et nourrir leur colère (prophétie auto réalisatrice).

De surcroît, ce comportement agressif, s’il vient à perdurer, aura un impact sur l’implication éducative des parents. Ils se montreront moins attachés (Patterson, Capaldi et Bank, 1991). Ce qui aura également pour effet de renforcer le caractère agressif de leur progéniture (Rohner, 1975). La renonciation des parents dans l’éducation de leurs rejetons est aussi la conséquence de faits de vie et de facteurs socio-économiques (chômage, décès, dépendance à l’alcool, à la drogue…).

Ensuite, dans une optique d’inclusion et de reconnaissance, les enfants agressifs vont se rapprocher d’autres qui auront un profil semblable, chacun s’influençant. Ils finiront par constituer un groupe dont la dynamique ne sera pas développée ici, mais leur individualité se perdra au profit de l’identité du groupe.

L’explication de ce comportement agressif est à trouver dans l’intensité proportionnelle de la relation de cause à effet, entre la frustration et l’agression. Plus la frustration est grande, plus l’agression le sera. La frustration est nécessaire à la vie en société. Robert Merton (1957) a établi que le comportement d’agression est la conséquence d’expériences sociales frustrantes. Il y a eu un écart significatif entre l’envie, le désir et le but qui n’a pas été atteint. Cela tient aux barrières psychologiques (manque de ressource), aux barrières physiques (mauvaise auto régulation des émotions), au manque de reconnaissance, aux échecs subis, aux humiliations ou encore à la confrontation à des facteurs environnementaux (comme le bruit, vétusté de l’habitat, pauvreté…). Des chercheurs ont également montré que des personnes qui jouent à un jeu vidéo violent, avec un faux pistolet au lieu d’une simple manette, sont plus agressives par la suite (Barlett, 2008).

Quelles solutions alors ? J’en vois 3…

Tout d’abord le renforcement positif par des félicitations, des récompenses, de la motivation, de l’accompagnement.

Mais c’est également punir quand cela est nécessaire afin d’inhiber le comportement agressif. La punition doit être expliquée, mesurée, avec une date de fin. Elle ne doit pas mettre en jeu l’intégrité de l’enfant, elle ne doit pas être avilissante ni humiliante.

Il est aussi fondamental de développer les fonctions exécutives de l’enfant afin de développer sa capacité d’attention, de concentration, de curiosité et de créativité tout en veillant - autant que possible - d’éviter l’injustice.

Cette guidance va contribuer à mettre en place et développer l’autorégulation émotionnelle nécessaire à une bonne socialisation, une bonne estime de soi, une meilleure perception de soi et l’empathie. Avant Dolto, l’enfant n’était pas considéré, il devait s’adapter. Après Dolto, nous avons compris que l’enfant était une personne à part entière mais nous sommes tombés dans l’excès inverse en termes d’éducation. A trop laisser l’enfant faire, il est devenu un roi incapable de gérer ses frustrations. L’immédiateté, l’instantanéité peuvent être une bonne chose pour autant qu’elles ne soient pas systématiques. Tout est une question de curseur.  

Mais gardons bien à l’esprit qu’en tant qu’agresseur, victime, parent ou tierce personne, c’est la personnalité qui domine la situation, le choix existe mais il peut être gourmand en énergie psychologique, cognitive et émotionnelle.

 

Kid with gun

Réf. :

"L'agression humaine", L. Bègue, éd. Dunod

"L'éthologie humaine", JD de Lannoy, éd. PUF

"Pulsions et destins des pulsions", S. Freud, éd. PBP classiques

Crédit photo : inconnu

 

 

L’influence sociale dans le suicide de l’adolescent…

Il n’est pas admissible qu’un(e) adolescent(e) se suicide après avoir été victime de harcèlement de la part d’un groupe d’élèves ou d’une seule personne ! Le harcèlement débute à l’école, pourchasse jusque dans la sphère publique pour acculer et triompher dans la sphère privée.

Les harceleurs utilisent aussi bien les réseaux sociaux que l’intimidation physique et verbale.

S’il est important de comprendre le cheminement psychologique de la victime, il est aussi vraiment nécessaire que les parents en général, ceux des harceleurs en particulier, se posent les bonnes questions. Mais comment savoir si mon enfant est victime ou bourreau ? Clairement, tout parent est à même de distinguer le caractère de son enfant, intro/extraverti, aime montrer qu’il domine, réservé… Il est impératif de se poser quelques questions factuelles : comment mon enfant utilise son portable ? Quelle est la qualité de ses relations sociales ? Quelle est son attitude, son comportement en groupe ? Ce n’est pas l’affaire de l’école, c’est bien au sein de la famille que tout commence, qu’elle soit reconstituée, monoparentale ou avec les parents d’origine. Ce qui est sûr, c’est qu’aussi bien du côté du harceleur que du côté du harcelé, les parents doivent s’interroger.

Les statistiques sont certes en baisse depuis 2003 mais en 2014, ce sont 8 885 suicides en France alors que les décès liés aux accidents de la route sont de 3 384… c’est la 2ème cause de mortalité chez les 15-24 ans. La pendaison est la méthode la plus utilisée, 6 cas sur 10 ! Lorsqu’on y réfléchit un instant, le harcèlement confine, étouffe de la même manière qu’un nœud coulant vient comprimer la trachée et provoque la suffocation, la mort. Les tentatives de suicide sont 20 fois plus nombreuses que le nombre de suicides. Les causes évoquées ? La solitude, la dépression, la maladie physique, les problèmes de couple ou de famille.

Le suicide est un fait social déterminé par ce qui relève de l’intime et du relationnel, la religion et la famille protègent du suicide parce qu’elles l’interdisent et fédèrent les personnes autour d’un enjeu collectif qui suscite un profond sentiment d’appartenance. Le sentiment d’appartenance/d’inclusion est ainsi un élément déterminant dans le passage à l’acte.

Selon Durkheim, et même si cela a été sujet à controverse, il existe 4 catégories de suicides :

- le suicide égoïste qui fait suite à un défaut d’intégration, comme une personne célibataire qui s’est complètement isolée et se sent exclue de la société,

- le suicide altruiste qui fait suite à un excès d’intégration, comme les fanatiques,

- le suicide anomique qui fait suite à un défaut de régulation, de normes, de règles,

- le suicide fataliste qui fait suite à un excès de règles qui viennent empêcher toute expression individuelle.

Pragmatiquement, si on garde à l’esprit la relation étroite entretenue par l’individu et son environnement, cette catégorisation fait sens.

La personne qui se suicide est guidée par des raisons, des causes qui ne sont pas les bonnes d’un point de vue extérieur. Elle est donc dans un état psychologique confus, poussée par des justifications collectives qu’elle a intériorisé dans un désir de reconnaissance absolu, « à tout prix ».

Que l’on retienne cette classification ou non, on peut faire une seule distinction, le suicide impulsif et le réfléchi. Ce qui pousse au suicide ce sont des faits, des circonstances, des sentiments ou des pensées qui isolent la personne des autres.

La mélancolie ! Selon Freud, le suicide est une dépression profonde et douloureuse, une suspension de l’intérêt pour le monde extérieur, la perte de la capacité d’aimer, l’inhibition de toute activité et la diminution du sentiment d’estime de soi (1958).

La mélancolie est l’acmé de l’état dépressif, la situation sociale est déterminante pour le passage à l’acte. C’est le cas lors d’un deuil ou d’un évènement traumatique où la personne va ressentir un profond désespoir et ne va pas en parler à son entourage.

Le suicide résulte d’un deuil inabouti. Deuil de la reconnaissance dont le point de départ est le groupe auquel la victime s’était identifiée. Il servait à étayer son Moi et son narcissisme. La perte c’est l’exclusion,  le rejet ou encore l’humiliation. Elle est vécue comme un effondrement psychologique.

Bien entendu, toute mélancolie ne mène pas au suicide ni à une tentative de suicide, cependant la personne connait des phases où l’idée suicidaire est prégnante. L’idée est là !

La mélancolie, ce profond sentiment de solitude, de ne pas être écouté, ni entendu. On observe que nos proches ne sont pas attentifs à notre comportement alors que nous sommes intimement/viscéralement convaincus qu’ils devraient l’être. C’est ça qui plonge la personne dans un gouffre de désespoir sans fond. Et si elle en parle, le risque est que le proche minimise le fait, « c’est pas si grave »… « tu te fais des idées »… « sois moins nombriliste »… alors le gamin se replie sur lui-même, se renferme. Il a la boule au ventre le matin en partant à l’école avec la peur qui devient son fidèle ami. Le gamin anticipe les conséquences sur ses parents, sur sa famille… alors il fait mine le soir que tout va bien.

Alors comment identifier cette tristesse, cet abattement, ce comportement à la limite du passage à l’acte ? En observant les réactions de l’enfant lorsqu’on discute avec lui. Il est important de garder à l’esprit que 2 comportements sont possibles : un repli sur soi avec une attitude hypotonique (c’est-à-dire sans tension musculaire), le menton relevé ou baissé ; ou un comportement faussement extraverti avec une attitude tonique et un regard qui soutient le vôtre. Il est également important d’observer si la personne cligne des paupières ou très peu. Si ce n’est pas le cas, cela traduit une « absence », la personne semble être présente alors que seul son corps est là, son esprit est perdu ailleurs et elle n’intègre pas les informations qui lui parviennent de l’extérieur.

Dans le cas où le parent a pu observer ces signes précurseurs mais qu’il les a niés, c’est qu’il a subi l’influence sociale pour vérifier et valider son ressenti. Si les autres personnes de la fratrie, de la famille ou même du cercle social proche, n’ont eux-mêmes pas observé ces signes, alors le parent se range de leur côté et infirme ses observations. « S’agissant d’une réalité sociale aussi bien que physique (Festinger, 1950), le principe fondamental guidant cette épistémologie de sens commun (…) serait donc celui du consensus. Si l’heuristique du grand nombre (Chaiken, 1987) semble dominer le processus de validation subjective, il faut cependant envisager que celle-ci puisse aussi reposer sur un autre principe épistémologique, celui de la coordination des points de vue (Mugny, Huguet, Perez – Influence sociale et processus de décentration – bulletin de psychologie, 1992, vol. 45, n°405, p. 155 à 163). »

Mais le parent a aussi pu passer à côté de ces signes précurseurs en préférant, inconsciemment, les éluder, les éviter. L’évitement et le déni sont une fuite émotionnelle. C’est comme vouloir revenir au moment précédent les évènements pour ne pas s’y confronter, c’est nier la réalité qui ne manquerait pas de nous placer en déséquilibre psychique. Se confronter à la réalité provoquerait un nécessaire changement si couteux émotionnellement. Il s’agit là d’un renforcement négatif, en termes comportementaliste : « j’ai peur, j’évite/je fuis, je n’ai plus peur… » pour autant, le problème reste entier. Se confronter à la réalité, c’est devoir faire un choix qui entrainera inévitablement un renoncement et renoncer, c’est perdre quelque chose et en faire le deuil.

Il n’est pas admissible de laisser la violence physique et morale s’étendre, se développer au sein des écoles et des familles. Il n’est pas admissible de laisser les enfants se débrouiller seuls trop tôt dans une société où l’avoir prime sur l’être. Il appartient à chacun de se questionner, de se positionner en tant que parent responsable, garant des limites qui sont là pour la cohésion sociale autant que pour rassurer. Comprendre le processus suicidaire permet d’en appréhender sa complexité. C’est aussi se donner la possibilité d’agir et de lutter contre ce sentiment d’impuissance qui transpire de cet acte.

« Je qualifie la violence dont je parle de fondamentale car je pense qu’elle touche aux fondations de toute structure de la personnalité, quelle que puisse être cette structure. La violence dont il est question ici correspond étymologiquement à une force vitale présente dès l’origine de la vie (Bergeret). »

Sources :

Cairn.info / logique des homicides dits altruistes

DE LARA – Le mélancolique et le risque suicidaire

Georges GENIL-PERRIN

Charles VALLON

Le Monde.fr – Alexandre POUCHARD – 09/02/2016

Le Monde.fr – François BEGUIN – 05/05/2018

Mucchielli, Renneville – Les causes du suicide : pathologie individuelle ou sociale ? Durkheim, Halbwachs et les psychiatres de leur temps (1830-1930).

cps-le-faubourg.org/wp-content/uploads/Les-phases-du-processus-suicidaire.pdf

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/suicide-au-lycee-saintes-notre-fille-etait-harcelee-c-est-cela-qu-elle-s-est-pendue-1485247.html

 

Noeud de pendu

 

 

Le Comportementalisme pour les Nuls !

Le comportementalisme (ou encore le behaviorisme) est né à la fin du 19ème siècle, début du 20ème.

Son paradigme originel est que le comportement d’un individu est conditionné par une réponse réflexe à un stimulus, puis il a évolué avec l’introduction de l’interaction avec l’environnement.

L’objectif du comportementalisme est la prédiction et le contrôle du comportement, en faisant abstraction de l’économie psychique de l’individu. C’est donc se doter d’un pouvoir prédictif et d’une possibilité de modifier le comportement, de  l’induire.

Aujourd’hui, dans sa forme évoluée, ce sont les Thérapies Comportementales et Cognitives. A titre personnel, j’ajouterais que l’apport de l’outil de la Synergologie est une option forte pour affiner l’analyse du comportement.

Pour ma part, je situe les débuts du comportementalisme dans l’établissement de Jacques Belhomme, fin 18ème. Un lieu où sont regroupés les aliénés et les criminels, sans distinction et sans objectif thérapeutique. Ils vivent dans des conditions insalubres, ils sont maltraités et enchaînés et surtout, il faut qu’ils restent à la marge de la société. Ce type d’établissements se posait comme régulateurs sociaux.

C’est dans ces lieux que Philippe PINEL, s’appuyant sur l’expérience d’un surveillant – Jean-Baptiste PUSSIN, va intervenir pour développer ce qui sera le précurseur de la psychothérapie. PINEL considère que les aliénés peuvent être compris et soignés, et ça doit commencer par leur ôter leurs chaînes.

Le comportementalisme passe par les travaux d’Edward THORNDIKE (théorie connexionniste), d’Ivan PAVLOV (conditionnement répondant), de John Broadus WATSON (behaviorisme radical) et de Burrhus Frédéric SKINNER (conditionnement opérant).

SKINNER apporte les bases d’un conditionnement opérant, plus complexe que le conditionnement répondant Pavlovien. Il montre que les conditions qui entourent une action ont des conséquences sur celle-ci, et inversement. Les actions du conditionnement répondant sont en fait des réflexes, alors que celles du conditionnement opérant sont des conduites complexes qui interagissent avec leur milieu.

L’occurrence d’une réponse à un stimulus et à ses effets sur l’environnement accroît la probabilité qu’elle se renouvelle. C’est donc un ensemble de conditions et de conséquences qui déterminent le renouvellement du comportement et le renforce en tant que réponse adaptative.

Par exemple, l’agressivité, l’angoisse, la peur, le besoin compulsif d’ «avoir» se développent parce que l’environnement direct les a renforcés en y répondant favorablement. Il les a donc encouragés à se reproduire.

Ce qui est intéressant lorsqu’on ajoute à l’analyse comportementale le facteur « économie psychique », c’est que les mécanismes de défense que sont le refoulement et la sublimation revêtent la fonction de régulation et de transformation des pulsions en des voies plus acceptables socialement.

Ainsi, en agissant sur le comportement d’un individu, son système (en tant qu’environnement direct) et ses mécanismes de défense, le comportementaliste a la possibilité de ramener une personne dans un équilibre psychologique plus efficient.

J’observe aujourd’hui que les neurosciences travaillent à vouloir localiser dans le cerveau sa partie incriminée dans un comportement adapté et  inadapté. Les applications sont nombreuses, comme dans le domaine de la psychiatrie, de l’éducation… Cependant, le public profane pourrait croire que les neurosciences font l’impasse sur tout ce que nous avons vu plus haut et de surcroît, à cause d’une surmédiatisation des travaux réalisés et de leur vulgarisation, cela peut contribuer à diffuser des informations qui peuvent être mal interprétées par le public profane. Les projets développés sont passionnants, néanmoins je pense que l’individu peut en profiter pour se dédouaner de toute responsabilité quant à ses actes… mais ça, c’est un autre débat !

 

Comportementalisme

Liens :

http://cogimage.dsi.cnrs.fr/projets/dyco/index.htm

http://cogimage.dsi.cnrs.fr/projets/nemesis/index.htm

https://www.youtube.com/watch?v=QMJzZB2oQSA

https://www.youtube.com/watch?v=sFiPTGQnE08

https://www.revmed.ch/RMS/2006/RMS-82/31342

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/autisme

http://www.blog-lecerveau.org/blog/2014/05/19/deux-perles-de-vulgarisation-scientifique/

http://www.slate.fr/story/108511/mefiez-vous-neurosciences-education

 

http://www.psychologies.com/Dico-Psycho/Comportementalisme

http://www.synergologie.org/

http://psy-enfant.fr/comportementalisme-behaviorisme-tcc/

 

 

 

 

Portes Ouvertes des Artistes de Ménilmontant

Du 27 au 30 septembre, de 14h à 20h (nocturne jusqu'à 22h le 28), les Artistes de Ménilmontant organisent des Portes Ouvertes !

Je vous invite à venir découvrir les différentes activités qui y sont pratiquées, notamment le CERCE.

Le CERCE est un collectif regroupant 3 artistes art-thérapeutes, Véronique TAT (violoncelliste concertiste, enseignante et musicothérapeute) - Alessandra LANEVE (peintre, art-plastique, calligraphe japonaise, graphiste et art-thérapeute) - Patrick LAURIN (peintre, art-thérapeute, formateur et superviseur en art-thérapie) qui ont la gentillesse de m'accueillir pour débuter mon activité de psy en libéral dès le mois d'octobre.

La complémentarité entre la psychothérapie et l'art-thérapie n'est plus à démontrer... lorsqu'en plus cela se pratique dans un cadre doté d'une âme bienveillante !

 

Venez donc nombreux nous rencontrer et nous nous ferons un plaisir de vous présenter nos activités.

 

Po menilmontant

 

https://ateliersdemenilmontant.org/adm/portes_ouvertes/portes_ouvertes.htm

https://cerce-collectif.org/

 

 

La force d’un témoignage investi et authentique !

Article qui aurait également pu s’intituler : « Reconnaître le dysfonctionnement du lien mère-fille au travers d’un témoignage relatif à un TCA », dans la mesure où ce dysfonctionnement est clairement désigné au travers d’un geste spécifique, à 2 moments uniques de cette interview. Nous verrons quel est ce geste un peu plus loin.

Double objectif aussi pour cette analyse qui pointera les marqueurs gestuels témoins de la véracité d’un témoignage, ici un trouble du comportement alimentaire, et l’évocation inconsciente d’une information connexe non prévue, ici le lien mère-fille dans l’enfance.

Rappelons que dans le mensonge, il est fréquent que l’individu regarde significativement son interlocuteur pour constater si son histoire est crue par l’autre. Il emploie plus volontiers des pronoms impersonnels et se dissocie de l’évènement qui est généralement une histoire peu complexe illustrée par des mots à teinte négative.

En revanche, dans la vérité l’emploi du « je » est fréquent, la personne assume sa responsabilité dans l’événement et le regard se défocalise involontairement (défocalisation passive) et fréquemment.

Ely Killeuse est bloggeuse et témoigne, pour le Huffington Post, de sa relation avec ses parents lorsqu’elle était en proie à un trouble du comportement alimentaire.

A noter qu’il n’y a pas d’image inversée si je me réfère au t-shirt en début de séquence et à son livre qu’elle tient devant elle.

« Quand ma mère s’est aperçue que je me faisais vomir… »

Nous constatons immédiatement cette défocalisation passive du regard, véritable témoin de la véracité du discours. A l’évocation de sa mère, la bloggeuse se démange nettement la base du nez (N20 à 36 sec.), marqueur gestuel spécifique qui signifie que tout n’est pas dit.

L’évènement est décrit tout d’abord avec la main gauche (40 sec.) puis ce sont les deux mains qui sont employées (cognition incarnée) ; main gauche qui nous indique que le sujet la touche particulièrement.

Ely Killeuse montre une certaine rigidité (liée à elle, à son histoire) par le côté extérieur gauche de sa bouche qui s’étire (40 sec.). Cette gêne liée à l’image renvoyée aux autres et à soi est aussi visible par la lèvre inférieure qui s’étire vers le bas, laissant apparaître les dents (45 sec. avec la vitesse réduite à 25%). Cette gêne ressentie est un mélange de peur et de dégoût que nous pourrions réinterpréter comme une révulsion ressentie face à sa maladie.

« Ensuite, j’allais me faire vomir et vu que mes parents travaillaient tard, ils ne s’en rendaient pas compte. »

A nouveau, Ely Killeuse défocalise son regard, témoin de son sentiment de culpabilité. Les sourcils se lèvent pour souligner les propos (53 sec.). A la fin de l’évocation de son souvenir, sa bouche se ferme avec une tension visible dans la mâchoire, ce qui indique qu’elle ne souhaite pas en dire davantage.

Lorsqu’elle parle des vomissements répétitifs et des conséquences sur la santé, sa bouche se ferme pour en dévoiler peu sur ce sujet et sa langue sort très rapidement en son centre (1 min. 14 sec.). Est-ce une langue de vipère ou une langue de délectation ? J’opte pour le fait qu’elle savait ce qu’elle encourait mais qu’elle n’en avait pas pris conscience. Sa langue sortie vient donc nous dire « oui je le savais mais je l’ai fait quand même, parce qu’à ce moment-là, j’en avais besoin pour mon équilibre psychologique.» Et c’est ce qu’elle nous confirme juste après lorsqu’elle dit que « l’envie d’être mince était plus intéressante que de prendre soin de ma santé. »

« Ce qui m’a vraiment aidée, c’est quand ma mère m’a emmenée faire du shopping… »

Voici le second moment important de l’interview, lorsqu’elle évoque sans en avoir conscience sa relation dyadique mère-fille. Ce qui est intéressant, c’est à nouveau cette micro démangeaison faite avec son index gauche (l’index est le « je » personnel, celui qu’on tend lorsqu’on veut prendre la parole) à la base du nez (N20) et qui nous indique des propose cachés, des non-dits. Elle déglutit, sa mâchoire se crispe quand elle avoue qu’elle se faisait mal autant qu’aux autres, ses yeux sont humides et sa bouche se ferme pour ne plus trop en dire (1 min. 34 sec.).

« Mon père rentre tard, ma mère, elle, elle a l’avantage de travailler en poste… »

Ce coup-ci, c’est son majeur droit qui vient gratter la base de son nez alors que ses propos font référence à son père ET à sa mère. Ce geste m’interroge, effectué de la main droite il induit l’environnement, le monde extérieur tandis que le majeur fait référence à la libido, au couple…

Pour ma part, je comprends qu’il y a une tension à la base dans la relation dyadique mère-fille, comme je l’ai précédemment dit, et que cette tension a grandi du fait du TCA de Ely. Ce geste traduit inconsciemment un reproche adressé à sa mère, un manque qui a été ressenti avec force et qui a été à l’origine du TCA. Le manque, qui fut source d’une grande angoisse pour la bloggeuse, a été redirigé vers le corps, vers une action (décharge pulsionnelle de l’agir) pour satisfaire son homéostasie.

Quelques dizaines de secondes après (2 min. 24 sec.), Ely se démange une partie du corps qu’on ne voit pas du fait du cadrage de la caméra, lorsqu’elle dit qu’il est nécessaire d’aller consulter un médecin bienveillant. Elle marque ainsi son regret de ne pas en avoir trouvé un, ou de ne pas l’avoir fait.

« Malheureusement, dès l’enfance on instruit un rapport compliqué à l’alimentation… »

C’est par ailleurs un autre moment important de cet entretien parce qu’il témoigne d’un vrai rejet. Le regard se détourne franchement à sa droite, semblant vouloir éviter son propos. Elle place ainsi de facto l’alimentation, qu’elle aime et qu’elle vante, sur sa gauche (côté cœur bien sûr).

Les mains s’activent à nouveau, paumes dirigées vers elle et formant ainsi une bulle imaginaire protectrice. Ainsi, elle s’associe à son discours.

Dans cette analyse, nous avons vu que les marqueurs gestuels mis en avant, de façon inconsciente, par la bloggeuse traduisent un discours vrai, un témoignage de son expérience personnelle mais dévoilent également de façon insidieuse l’origine de son TCA.

Ces marqueurs sont perceptibles à l’œil nu pour autant que nous soyons entraînés à y faire attention. Ils sont importants parce que leur appréciation permettra un meilleur questionnement du thérapeute, notamment sur les non-dits du patient, mais également dans un cadre judiciaire.

Pour information à propos des TCA, Irène Chatoor et l’école de Washington ont établi la classification nosographique la plus reconnue en France et à l’étranger des TCA, qui permet un meilleur diagnostic :

  • Le trouble alimentaire de la régulation des états,
  • Le trouble alimentaire associé à un manque de réciprocité mère-nourrisson,
  • Les aversions sensorielles alimentaires,
  • Le trouble alimentaire associé à des conditions médicales concurrentes,
  • Le trouble alimentaire post-traumatique.

Pour une bonne prise en charge, le thérapeute se doit de :

  • Ne pas exclure la possibilité d’une cause organique,
  • Evaluer l’intensité du trouble relationnel et les répercussions sur l’enfant de la personnalité des parents,
  • Proposer une guidance maternelle et la requalification des compétences paternelles.

Pour la suite me concernant, je serai en formation sur la prise en charge du trauma psy en septembre et dès novembre j’aurais l’honneur de participer à une certification à l’entretien cognitif (une première en France), dispensée par le Pr. Jacques Py. L’entretien cognitif a été récemment utilisé en France pour une affaire pédo criminelle et a déjà démontré sa très grande utilité outre atlantique.

 

Ely killeuse

Lien vers la vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=AjqKlyPHfow

Liens vers les articles connexes :

http://elykilleuse.fr/

https://projet.chu-besancon.fr/pmb/PMB_Ecoles/opac_css/doc_num.php?explnum_id=171

https://www.cairn.info/revue-perspectives-psy-2007-4-p-354.htm

https://recherche.univ-paris-diderot.fr/actualites/les-troubles-du-comportement-alimentaire-lies-la-relation-parentale

http://www.lemangeur-ocha.com/wp-content/uploads/2012/04/AlimAdos-Meryem-Sellami3.pdf

newman et al 2003 – Lying words : Predicting deception from linguistic styles

http://psychotemoins.inist.fr/?Ameliorer-la-qualite-des-portraits

Analyse Flash : Redouane Faïd, braqueur un jour, braqueur toujours !

3 images simples pour illustrer qui est Redouane Faid, l’enfant qu’il a été et le braqueur qu’il sera toujours.

 

Redouane faid 1

« Je me suis toujours gardé de véhiculer une aura et une légende en disant que c’est bien de faire ça… »

Il le scande comme un mantra mais il énonce simplement le symbole qui le guide lui, et vers ce à quoi il veut tendre : être plus le plus reconnu de tous les braqueurs !

Les propos sont dits posément, sans agressivité qui elle, est lisible sur son corps. Sa langue sort de sa bouche pour y rentrer rapidement, une image presque imperceptible mais dont le sens est : je ravale mes propos.

Axe de tête latéral droit ajouté à un axe de tête rotatif droit, lesquels sont renforcés par un axe sagital supérieur. Il se croit et se place au-dessus des autres, guidé par l’ambition et la quête de reconnaissance : il se voit comme un rebelle et le dit avec le sourire.

La position du buste en arrière et vers sa droite montre qu’il est dans une posture analytique, réfléchie. Son sourcil gauche est relevé par rapport au droit, ce qui le met à distance des autres. Il se veut à part, différent.

 

Redouane faid 2

« Quand vous grandissez dans une cité, on fait pas attention à vous… »

Le voilà son point de départ d’adaptation sociale, son T0 qui motive son ambition. C’est ce que je tente de clamer, de relayer haut et fort que l’enfant a besoin d’attention, de bienveillance et d’inclusion. Le cas échéant, nul ne peut prédire les voies créatives qu’il peut emprunter pour arriver à exister.

Son menton est froncé en une moue de regret, de dépit qui transmet au fond une tristesse ressentie et contre balancé par un sourire ironique qui revient très souvent tout au long de ses interviews. Il nous rit au nez ! Sa tristesse est domestiquée et surmontée à grand renfort de clivage bien versus mal, vision pour le moins binaire et enfantine du monde vu par un petit gars de la cité (rien de péjoratif dans mes propos, je vous rassure). C’est malheureusement trop souvent la loi de la débrouillardise et du plus fort qui l’emporte dans cet environnement.

 

Redouane faid 3

« Je me suis fait arrêter et ça m’a servi à stopper tout ça… »

Aller, pour un peu on pourrait y croire… Non ? Non, pas une once de vérité dans tout cela. Comment serait-ce possible lorsque la tête se désaxe tellement pour venir se placer à l’opposé de ce que les yeux regardent ?! Ses paroles vont dans un sens, ce qu’il pense réellement va dans l’autre sens.

 

Criminel un jour, criminel toujours !

 

Lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=_WJytJmlOqs

 

Affaire de 8 infanticides : Dominique Cottrez

Le fait divers criminel est toujours/souvent l’occasion d’un débat/intérêt passionné et fascinant. L’amour peut y côtoyer la mort et certains crimes peuvent rester incompris du grand public, à cause de la nature même du crime, du scénario joué ou encore de l’auteur(e) et des victimes.

C’est le cas de l’infanticide. C’est un crime à traiter à part des autres, qui eux, sont souvent la conséquence de frustration, de jalousie, de haine. Mais qu’en est-il lorsqu’il est la conséquence de l’amour sur fond de crypte ? Comment comprendre cet acte d’une mère à l’encontre de son nouveau-né ? Pour tenter de comprendre ce passage à l’acte, il faut faire preuve d’une profonde et réelle empathie cognitive (et non émotionnelle).

 

Rappel des faits

Les acquéreurs d’une maison découvrent, en réalisant des travaux dans leur nouveau jardin, deux sacs en plastiques contenants les cadavres de deux bébés. Cette maison appartenait au père de Dominique Cottrez, qui reconnaîtra être la mère des bébés, de même qu’elle reconnaîtra la présence de six autres corps dans son garage et sa chambre à coucher.

Aucun des corps ne porte de trace de violence. Dominique Cottrez (DC – je n’y peux rien…) explique au juge avoir été victime d’inceste pendant très longtemps (propos niés par la suite, cependant il ne faut pas oublier l’état de sidération que peut provoquer un traumatisme psychique, et donc la possibilité d’état de confusion dans lequel se trouve la victime, même des années après les faits) et avoir agi par crainte que les enfants ne soient de son propre père.

Après deux ans de détention provisoire, DC a été remise en liberté et placée sous contrôle judiciaire.

 

De l’économie psy

Chaque affaire d’infanticide ne doit pas faire appel à des statistiques, parce qu’elle est empreinte d’un contexte familial lourd et propre à chacun.

Ainsi, le profil de la mère infanticide (meurtre d’un bébé de moins de trois jours) concernerait des femmes jeunes, célibataires, sans antécédent psychiatrique et accouchant seules suite à un déni de grossesse. Le profil de la mère liberticide (meurtre d’un enfant âgé de un à onze ans) concernerait des femmes plus âgées, qui passent à l’acte dans un contexte pathologique dépressif sévère (Besnier, 2004).

Ces profils ne s’appliquent pas à DC. En premier lieu parce qu’il ne s’agit pas d’un déni de grossesse mais d’une dissimulation de grossesse. DC reconnaît et a conscience de ses grossesses mais elle est incapable d’en parler à quiconque. Dans le cas de DC, le passage à l’acte est un aveu de ne pas pouvoir établir de lien primaire, propre à la mère et à son nouveau-né. Elle aime trop ses enfants, même si cela semble paradoxal, pour les laisser exister/vivre en tant que conséquences de viols.

Au même titre qu’il existe des suicides altruistes, il existe (et c’est ici le cas) des meurtres altruistes. Ils sont la conséquence de carences affectives importantes et mortifères, d’un sentiment d’abandon profond et vraisemblablement de traumatismes qui datent de l’enfance et non traités. Traités suite à une résilience ou par une intervention extérieure. Il a été impossible à DC d’extérioriser/verbaliser ses épisodes traumatiques. La seule voie d’expression fut la somatisation dans le meurtre, somatisation paroxysmique des traumas subis.

Le refoulement peut avoir des effets délétères si l’évènement n’est pas pris en charge. Pour DC, accoucher et tuer ses enfants seraient comme taire ses mots/maux révélateurs du trauma. Elle est dans l’impossibilité de nommer ses enfants victimes parce qu’ils sont la représentation insupportable de la mauvaise mère, l’incarnation du mauvais sein, d’où une image de soi fortement dégradée, insupportable, confortée par un physique qui n’est plus une représentation féminine.

 

Le silence tue !

Garder les corps à proximité d’elle était comme se donner la possibilité de hurler ses mots/maux quand nécessaire, en posant simplement un regard sur les cadavres gardés à demeure et à l’insu (déni ?) de sa famille, son mari en particulier.

 

 

Dominique cottrez

 

Affaire Alexia DAVAL : Enquête Criminelle W9

 

Lire la suite

Tout est la faute de la Femme !

« Le 23 mai 2014, Elliot Rodger poignarde successivement ses deux camarades de chambre ainsi qu'un de leurs amis alors qu'ils rentraient dans son appartement. Quelques heures plus tard, il se rend à un café Starbucks où il achète un café. Il retourne ensuite dans sa voiture et met en ligne, grâce à son ordinateur portable, un manifeste et une vidéo dans lesquels il expose ses motivations.

Armé de plusieurs pistolets, Elliot Rodger se rend alors à une maison de sororité à la porte de laquelle il frappe, avec l'intention de tuer les étudiantes à l'intérieur. Ne recevant pas de réponse, Rodger tire sur trois étudiantes qui passaient devant la maison, tuant deux d'entre elles et blessant la troisième. Rodger retourne dans sa voiture et se rend à un bâtiment inoccupé vers lequel il tire, pensant pouvoir y atteindre d'éventuels occupants. Le tueur continue de rouler jusqu'à un magasin, où il abat un homme. Elliot Rodger conduit à vive allure à travers la ville, parfois du mauvais côté de la route.

Il tire sur les passants et renverse volontairement piétons, skateboarders et cyclistes.

Il échange deux fois des coups de feu avec la police et est blessé à la hanche lors de la seconde altercation. Il renverse un cycliste et sa voiture finit par rentrer dans un véhicule stationné.

Un adjoint au shérif retire alors Rodger de la voiture pour le menotter et constate sa mort, le tireur s'étant suicidé d'un tir de fusil à pompe dans la tête. »

Lien vidéo Elliot Rodger : https://www.youtube.com/watch?v=G-gQ3aAdhIo

 

Mais quel est le lien entre les « incels » et Elliot Rodger et plus récemment Alek Minassian, l’auteur de l’attaque à la voiture bélier le 23 avril dernier ?

C’est le rapport conflictuel aux femmes et à la sexualité plus particulièrement. Je devrais même dire l’absence de sexualité parce que c’est bien son absence qui mène à la violence contre les femmes. Le ressentiment, la frustration, des mécanismes assez simples mais insidieux et ravageurs et toujours les mêmes victimes :

 

les femmes !

 

« Les incels sont la contraction de involuntary celibate, des hommes reprochant violemment aux femmes leur célibat de longue durée, jusqu’à leur vouer une haine féroce. (…) Curieusement, le terme qui les rassemble a été inventé dans les années 1990 par une femme, Alana, une canadienne. (…) En 1993, la jeune femme n’a jamais eu de relation sexuelle, ni de petit ami. (…) A la fin des années 1990, elle crée un site, « Alana’s Involuntary Celibacy Project », qu’elle voulait comme une plate-forme d’entraide ouverte à ceux dont la vie sexuelle a été marginalisée à cause de normes de genre trop rigides ou de difficultés relationnelle. Les années passent et plus à l’aise socialement, elle finit par céder son site à un inconnu… » (Emilie Brouze – 26 avril – L’Obs)

Lien vers l’interview d’Alana : https://www.theguardian.com/world/2018/apr/25/woman-who-invented-incel-movement-interview-toronto-attack

 

Ce qui n’était au départ qu’un blog qui rassemblait des témoignages de jeunes n’ayant que peu de connaissances des codes sociaux, qui n’ont pas la chance d’avoir un physique « agréable » ou en tous les cas « dans la norme », s’est mû en un groupe d’hommes plus radicaux. Chaque membre participant à la dynamique malsaine de désigner ceux qui « réussissent » comme leurs ennemis.

Flashback... L’adolescence est marquée par ce désir de faire partie d’un groupe dans lequel l’individu s’identifie et y voit comme une reconnaissance, une appartenance. Il s’identifie à ses membres. L’inclusion est la vie ; le rejet est la mort. L’adolescence est aussi la période des premiers amours. Si chacun arrive dans l’adolescence avec son vécu familial, cette période particulière nécessite de reconnaître puis de s’approprier les codes sociaux. A défaut de schémas précoces adaptés, ce n’est ni plus ni moins que le rejet qui guette l’individu et ce rejet pourra être vécu comme violent/traumatisant.

Amour propre, estime de soi, valorisation sont les enjeux de l’inclusion et cela peut vite dégénérer en frustration, auto-dévalorisation, ressentiment ou encore conduite addictive et appétence traumatophilique. Ainsi, l’absence de relation affective, sentimentale, amoureuse, sexuelle créée une vive tension psychologique qui ne fera que s’exacerber à moyen et long terme, si l’individu ne réinvesti pas sa libido dans une voie socialement acceptable, et s’il ne se remet pas en question, alors la tension deviendra mortifère.

A ce stade-là, il existe différentes solutions proposées par notre belle et (si juste) société de consommation ! Là où tout se vit dans l’instantanéité, dans la possession et dans l’individualité, les sites pornos connaissent un essor fulgurant, les applications de rencontre se portent très bien alors même que hommes et femmes ne recherchent évidemment pas la même chose en s’y inscrivant. Même au niveau du simple plan Q, la femme va vouloir une certaine « bienséance » faisant office de préliminaires alors que l’homme peut aborder le date beaucoup plus « simplement » et zapper cette phase de « reconnaissance ».

Dans le traitement/l’assimilation d’une simple déception amoureuse ou même face à l’absence d’un quelconque intérêt affectif/amical envers un(e) individu(e), la différence entre genre est flagrante. Si la jeune femme peut se replier sur elle-même, consulter sa mère ou ses amies, le jeune homme va être envahi par une certaine violence créée par la frustration.

Pour des personnes influençables et "pauvres intellectuellement", le passage à l’acte violent est une option malheureusement de plus en plus choisie. Il s’agira alors de trouver un bouc-émissaire, de se victimiser, de partir à la recherche d’autres qui vivent le même malaise ou encore de s’endoctriner (religion), tout cela pour trouver une justification à son mal-être, pour décharger cette tension psychologique devenue invivable et pour être reconnu !

Pourtant, s’ouvrir aux autres, s’intéresser à l’art, à la littérature, faire du sport, du théâtre ou toute autre activité provoquera nécessairement une remise en question et permettra d’être plus ouvert, plus curieux, plus empathique.

 

En conclusion les gars, soyez moins cons !

 

 

Tintin

 

 

 

Subversive pudeur !

La pudeur est un sentiment de réserve, de retenue, de honte et de délicatesse (source : wikipédia), un sentiment plein de sincérité. Elle se manifeste par une attitude spécifique observable par les mouvements du corps. Mais elle tranche également aujourd’hui avec les attitudes ostentatoires où nombreux sont ceux qui croient que parler haut et fort rend plus respectable, plus incroyable et confère une certaine légitimité.

La sincérité et la pudeur apparaissent particulièrement à l’évocation d’un thème très personnel. C’est encore plus vrai lorsque ledit thème a quelque chose de subversif, qu’il existe une tension, un clivage qui peut nous pousser à en ressentir une légère honte à l’évoquer.

C’est parce que j’aime cette pudeur que l’interview de Romain Duris, par Patrick Cohen, m’a plu et que je souhaitai en partager l’analyse avec vous. Le sujet évoqué est le recueil des dessins érotiques de l’acteur qui a fait l’objet d’une parution et d’une exposition fin 2017.

« Pulp » en est le titre, abordé bien sûr par le journaliste dans le sens le plus explicite de la nudité crue, voire du porno. Il n’a pas totalement tort puisque c’est bien le thème des dessins de Duris et c’est ce qui met l’acteur dans l’embarras.

Il s’agit donc de défendre ses productions artistiques dans un contexte social a minima pudibond qui prône une neutralité de toute chose, voire à une ségrégation du corps par des pseudo-neo-religieux…

Voyons quels sont les marqueurs gestuels de la pudeur ressentie et affichée.

 

« Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de révéler vos œuvres, alors que vous dessinez depuis toujours ? »

Sa main gauche vient poser index et majeur au travers de sa bouche, s’interdisant la parole pour l’instant. Vous pouvez même observer une tension dans les lèvres qui s’avancent rapidement sans jamais s’ouvrir (à 9 sec. mais presqu’imperceptible à vitesse normale). Romain Duris va devoir se justifier, ce qui ne manque pas de lui faire ressentir de la gêne. Sourcils relevés parce qu’il est dans la relation mais qui signifie également une prise de distance pudique, corroboré par la lèvre supérieure gauche ascendante qui marque une certaine rigidité liée à l’extérieur. Il se donne le temps de la réflexion. L’index et le majeur de la main gauche viennent gratouiller le menton pour traiter ce sujet qui est très personnel, nous l’avons vu. Le regard part vers le bas, comme très souvent lors de cette courte vidéo, Romain Duris va puiser dans ses souvenirs émotifs nécessaires à sa justification. Ce regard est aussi un retour sur soi, un peu comme une fugue dissociative. Enfin, la position du buste est très parlante, au centre et sur sa gauche, ce qui signifie que l’acteur est dans l’expression de la timidité.

 

« Ce métier, le cinéma, est arrivé par hasard… »

Là, le sujet du cinéma semble poser question à Romain Duris, pour quelle raison ? Je lui aurais bien posé la question. Sa main droite entre en action afin de contrôler son discours, elle vient gratter sa mâchoire inférieure, ce qui est un signe plutôt d’agressivité, et son épaule droite s’élève, ce qui marque un effort d’expression sur un sujet objet d’un certain malaise. Est-ce qu’il ne souhaitait pas aborder le sujet ? Est-ce qu’il se dit que son étiquette d’acteur va prendre le dessus dans cette interview au détriment de son recueil de dessins ?  

Quelques secondes plus tard (à 18 sec.), on peut voir (à vitesse diminuée de moitié) sa lèvre gauche inférieure descendre et laisser apparaître ses dents. C’est l’expression d’une émotion négative liée à soi. Ce marqueur gestuel réapparaît à la 30ème sec. lorsque Patrick Cohen évoque le casting sauvage pour le film de Cédric Klapish, « le péril jeune »… Il est vraiment temps pour lui de revenir à ses dessins.

 

« J’ai attendu si longtemps parce qu’il y a un moment pour tout. »

Le discours est toujours contrôlé avec une main droite active mais sa paume est dirigée vers lui, ce qui montre son implication. Ses gestes sont près du corps, fluides et tout en rondeurs. Il se livre enfin.

 

« Avoir du matériel, des dessins anciens, des dessins plus récents. »

Sa langue sort subrepticement au centre de la bouche pour y rentrer rapidement. Il se délecte de son œuvre mais sans le dire franchement, il réprime sa joie en quelque sorte mais son corps parle pour lui. D’ailleurs il conclut cette séquence de justification par une lèvre inférieure gauche descendante, traduisant ainsi son inconfort, tout comme ce pouce droit dont il va rogner l’ongle…

 

« J’ai pas toujours envie de montrer tout ce que je fais. (…) Jamais j’aurais eu le culot de me dire que mes dessins sont dignes d’être exposés. »

La main droite est toujours active, sa paume vers lui et haussement des sourcils sur « culot » histoire de rester dans l’ambivalence des émotions.

 

Il n’est jamais chose aisée pour un introverti de parler d’un sujet qui le passionne et qui plus est, subversif, dans les temps qui courent. La pudeur, qui devrait être une valeur à valoriser selon moi, vient tempérer la joie que voudrait exprimer la personne. C’est la marque d’une intelligence et d’une finesse émotionnelle.

 

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=d9TlkLirKX0

 

Pulp

Le gendre idéal : Jonathann Daval !

Comment le gendre idéal a-t-il pu berner tout le monde ?

 

La question aurait pu se poser autrement : comment Jonathann Daval a-t-il pu mentir à tout le monde ? Mais d’ailleurs, a-t-il vraiment menti ? A-t-il caché une partie de la vérité ? A-t-il joué une sombre et cynique comédie ?

 

Se pose alors la question de l’authenticité et des signes qui permettent de la reconnaître. Lorsqu’une personne montre une émotion qu’elle ressent réellement, on s’attend à voir des épaules hypotoniques ou hypertoniques comme dans la tristesse ou la colère. On s’attend à une augmentation des clignements des paupières, des mouvements de bouche mais également à des gestes effectués avec les mains plus ou moins proches du corps.

 

Dans le cas de JD, seul le visage (d’après les vidéos que j’ai visionnées) nous apporte des éléments de réponse. Et au final, et évidemment renforcé par ses aveux, il s’agit d’un « mensonge vigilant », c’est-à-dire que JD doit en dire le moins possible afin que le peu d’informations verbales et non verbales extériorisées ne puissent lui être retournées. Il est donc confronté à une double contrainte : laisser s’extérioriser sa tristesse mais en en montrant le moins possible.

 

Avant d’analyser la vidéo et de vérifier s’il y a une émotion sous-jacente, il est important de rappeler les éléments connus.

 

Quels sont les éléments contextuels ?

 

D’abord JD affiche un physique petit, fluet, quelques rides sur le front, des sourcils peu mobiles, une coiffure branchée. JD apparaît comme une personne timide voire introvertie, il est informaticien, il est supporté par le père de sa femme lors des différentes sorties filmées. Il est à mille lieux d’un physique à la Charlton Heston et apparaît même efféminé…

 

JD a rencontré sa femme au lycée et il dit qu’ « elle a changé sa vie (…), qu’elle est une complice délicieuse » (Ouest-France). Elle avait 29 ans, était employée de banque, joggeuse donc active et énergique.

 

L’enquête a révélé une relation conflictuelle depuis quelques temps, avec des disputes que les voisins qualifient de crises hystériques, puis des échanges de SMS qui révèlent des propos violents de la part d’Alexia et enfin, une difficulté à concevoir un enfant (ce qui ne manque pas de créer des tensions, voire de les exacerber si elles étaient déjà existantes).

 

Meurtrier et triste à la fois ?

 

A l’analyse de la vidéo, il n’est vraiment pas aisé de se rendre compte que JD est l’auteur de ce crime sordide, cependant, quelques items peuvent être sujets à caution.

 

JD est authentique parce qu’il ne feint pas la tristesse. Elle est lisible sur toutes les images quand son hémi visage gauche est plus crispé que le droit (4 min. 05), avec les bords extérieurs de la bouche tombants, le menton qui se « froisse », ce ne sont pas des mimiques que l’on peut feindre facilement. Ses larmes sont bien là aussi. Les épaules sont hypotoniques, aucune des deux épaules n’est plus haute que l’autre donc il n’y a pas d’enjeu personnel, pas d’envie de performer. Les clignements d’yeux sont biens présents et même très (trop ?) appuyés, le chagrin éprouvé nécessite même l’ouverture de la bouche pour une meilleure oxygénation, on voit JD souffler souvent pour évacuer cette profonde tristesse. Son regard défocalise souvent mais de manière passive (4 min. 17 ; 4 min. 40 ; 5 min. 32), ce qui va dans le sens d’une authenticité. Par contre, nous ne voyons jamais de mouvement ni des bras, ni des mains, aucune micro démangeaison… mais JD est une personnalité timide et introvertie, voyez sa bouche souvent fermée (4 min. 17), son regard se baisse pour rentrer dans sa bulle (4 min. 44) ce qui est cohérent avec sa gestuelle économe.

 

Cependant, quelques items viennent parasiter le message…

 

A 4 min. 41, la bouche de JD se ferme en « huître » signifiant que des propos sont retenus, ce qui semble anachronique, d’autant que la langue sort pour rentrer immédiatement (ROBL10) confirmant cette envie de ne pas dire.

 

A 5 min. 47, JD a une déglutition marquée alors que je n’en ai pas vu précédemment et à nouveau sa langue qui sort pour rentrer immédiatement (ROBL10).

 

Enfin, et c’est pour moi le moment « clé » de ces items, à 5 min. 48, JD a une moue d’agacement, de circonspection avec une mise à distance des autres (ROBDGEA + ROSDA pour nous synergologues) sur la phrase prononcée par sa belle-mère : « cette marche que nous souhaitons silencieuse… ».

 

Comment expliquer ce hiatus ?

 

Je me permets une ou deux remarques qui pourront jouer un rôle dans l’explication. Le couple formé par JD et AD ressemble fortement à celui des parents d’AD. La mère est sur le devant de la scène, c’est elle qui parle, elle occupe une fonction de conseillère municipale, c’est donc une femme de pouvoir, alors que le père ne parle pas, il est effacé et soutient physiquement son gendre.

 

Le couple JD / AD habite dans la maison des grands-parents d’AD, ce n’est pas un bien acquis en commun (et alors me direz-vous ? J’y viens…).

 

JD a connu sa femme très jeune, au lycée, il dit qu’elle a changé sa vie, il est ainsi entré dans un processus d’idéalisation de sa femme, objet de son surinvestissement émotionnel. Le but étant de réparer évidemment un ego en berne, non valorisé et une faible estime de soi.

Cette idéalisation permet d’éviter la dépression mais qu’en est-il lorsque l’objet idéalisé souhaite vous quitter ? Si cela se réalisait, JD se serait retrouvé sans maison, sans femme, sans enfant promis et surtout, seul face à son narcissisme blessé et donc anéanti dans le sens le plus complet.

Malheureusement statistiquement, les hommes ont une fâcheuse tendance à passer à l’acte contre celle qui les menace de partir.

 

L’idéalisation fixe le couple dans un système non viable à terme, qui ne peut qu’imploser dès lors qu’un élément perturbateur vient mettre son grain de sable dans la machine d’un équilibre précaire. En particulier ici, le désir d’avoir un enfant est une difficulté dont, on peut facilement l’imaginer, chacun peut reprocher le tort à l’autre (je vous rappelle que AD est plutôt affirmée alors que JD est efféminé) et là, à chacun sa méthode… c’est ce qu’attestent les crises d’hystérie relatées par les voisins.

 

A mon humble avis, et là où JD ne pourra pas faire croire à la thèse de l’accident (un étranglement ne prend rarement que quelques secondes…), c’est qu’il avait conscience de ses actes et que le déni affiché lors de la conférence de presse et lors de la marche blanche n’a pas tenu face à la cruelle et sordide réalité.

 

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Vw4Ep_YvIos

 

J daval

Emilie Konig "je resterai ferme sur ma foi jusqu'à mon dernier souffle"

Paris Match a publié un portrait d’Emilie König le 02/01 dernier, très bien fait, que je vous invite à lire histoire que vous ayez une idée assez précise de qui est la française partie faire le djihad :

http://www.parismatch.com/Actu/International/Emilie-Koenig-portrait-d-une-djihadiste-francaise-arretee-en-Syrie-1430687#

Emilie König a été arrêtée en décembre dernier par la milice kurde YPG qui a diffusé une vidéo lundi :

https://www.youtube.com/watch?v=bCh5LyFIO5k

Mon analyse de sa gestuelle porte, non pas sur la véracité des tortures à l’encontre de la française convertie, mais sur la question de savoir s’il subsiste ce fanatisme religieux en elle. Lors de cette interview, Emilie König doit mettre sur le devant de la scène, en première ligne, le fait qu’elle n’est pas victime de torture, que tout va bien, une vie normale en somme comme toute jeune femme occidentale (qu’elle n’est plus).

Avec cet objectif en tête, EK doit poser un voile (très) épais sur ses convictions religieuses et là, il est (très) intéressant de voir comment le corps va gérer cette dichotomie.

Tout d’abord, il faut bien avoir en tête que le mensonge nécessite une forte concentration, une forte énergie cognitive pour garder le contrôle sur le message verbal relayé par le non verbal, afin que le tout forme un ensemble cohérent (d’autant qu’EK souhaite être jugée en France. Quels sont les atouts d’un système judiciaire tel que le système judiciaire français, face au système judiciaire turque, voire islamique ? C’est une vraie fausse question !).

Outre la concentration gourmande en énergie psychique que nécessite le mensonge, ce dernier est verbalisé avec une voix monocorde avec peu de variation de ton, d’intensité. Le regard est actif, peu dans l’émotionnel (donc dirigé sur les côtés ou vers le haut plutôt que vers le bas) hormis pour tous les souvenirs qui doivent représenter une part de vrai, pour venir enrichir le mensonge. Ce mélange aide à consommer un peu moins d’énergie et à une fonction de déresponsabilisation, « je ne mens pas tout à fait puisqu’il y a une partie de vrai dans ce que je vous raconte. »

 

A contrario, pour constater si la personne dit la vérité, il faut se poser la question de la fluidité du débit vocal, de la focalisation du regard qui doit à certains moments (inconscient) « être absent », un peu comme si la personne perdait contact avec son interlocuteur.

Enfin, il faut être attentif aux gestes visuo spaciaux qui ont la fonction de mimer et de faire revivre des scènes à la personne. Dans l’authenticité, le regard est actif, il est soutenu et conscient, la personne cligne plus des paupières que la norme (la moyenne est de 15 clignements par minute environs), les sourcils sont mobiles pour appuyer le discours.

 

Dans cette interview, ce qui est visible immédiatement, c’est que l’image n’est pas inversée, les inscriptions sur son pull sont bien lisibles. C’est aussi le contrôle qu’EK semble vouloir exercer sur son corps. Il est rigide, fixé dans une attitude qui se veut représenter la « détente et l’apaisement », en cela sa gestuelle est déjà un hiatus.

Sur les quelques minutes que représente la séquence, EK alterne le contrôle, la contradiction, le mépris et le désir de convaincre.

 

Au 1er visionnage, on peut se dire qu’EK semble détendue, autant qu’elle puisse l’être dans sa situation et elle tente de transmettre un message d’apaisement, de détachement voire de nonchalance. Je dirais qu’elle « fait comme si la situation était ordinaire ». Alors qu’elle est extraordinaire ! Son corps agit et réagit à la fois au message corporel de l’interviewer, miroir et réceptacle de son discours, mais aussi à ses propres pensées et valeurs morales bien ancrées dans son corps.

Ainsi, sa main droite est active alors que la gauche semble inerte, la position de son buste est rigide. Ces 2 éléments contribuent à illustrer le contrôle qu’elle souhaite exercer sur ses vrais desseins.

 

La contradiction entre ses valeurs morales, qu’elle a érigées en protection face à l’absence de son père, et les valeurs occidentales nécessaires à afficher se matérialise par le pouce droit levé lorsque sa main droite est tournée vers elle (à 2 sec.). « Il n’y a pas de différence entre nous et les filles du YPG », le geste de la main avec le poignet cassé et la paume dirigée vers elle signifie son intention de lier les 2 parties différentes entre elles.

C’est aussi le cas par la moue qu’elle fait très souvent avec la lèvre supérieure gauche levée - à 22 sec. sur « j’ai vu que les femmes du YPG ramenaient des bonbons… », à 50 sec. sur « mon arrestation », à 1 min. 18 lorsqu’elle évoque la communication avec sa mère, « je lui ai expliquée tout ça… » ; la langue qui sort au centre de la bouche pour rentrer sur le côté droit à 1 min. 16 sur « j’ai pris peur, j’ai téléphoné à ma mère, je lui ai expliquée tout ça… » ; et l’hémivisage qui, à 42 sec. sur « elles (les filles du YPG) nous apportent tout ce qu’on a besoin… », montre 2 émotions contraires. La partie supérieure du visage exprime la tristesse alors que la partie inférieure exprime la joie par un sourire social.

 

Ses tentatives de nous prendre à témoins, dans son désir de convaincre du fait qu’elle est bien traitée, sont mises en scène par un regard focalisé (consciemment) droit devant elle, en regardant l’objectif de la caméra à 35 sec. sur « on nous apporte du café… », à 1 min. 09 sur « j’ai entendu les femmes de Daech dirent qu’il y avait beaucoup d’injustice… qu’elles tapaient (les filles du YPG)… » et à 2 min. 08 lorsqu’elle énumère toutes les commodités apportées par les filles du YPG.

 

Toute cette stratégie s’avère vaine quand on voit/observe le mépris qui pointe insidieusement par les coins extérieurs de la bouche qui s’élèvent à 1 min. 03 juste avant qu’elle n’évoque les femmes de Daech, le menton qui s’élève à 2 min. 03 puis à 2 min. 29 lorsqu’elle évoque les commodités apportées par les filles du YPG et les médecins qui sont là pour les aider, et la moue de la lèvre supérieure gauche sur les mots « la croix rouge est présente… ». Lever le menton lorsqu’on évoque quelque chose c’est se positionner au-dessus et afficher son mépris sans le dire. Ayez en tête ce que représente l’image de la croix pour un musulman qui prône le djihad !

 

Alors non, EK ne semble pas si paisible que ça, non seulement à cause de sa situation de prisonnière mais encore moins par le fait qu’elle doive faire une croix (jeu de mot facile) sur les valeurs morales qu’elle idéalise, en particulier si elle veut être jugée en France pour pouvoir s’en sortir a minima. EK ment-elle quant à ses conditions de détention ? Pour avoir une idée franche, il aurait fallu procéder à un questionnement spécifique. En revanche ce qui est sûr, c’est qu’elle n’a pas renoncé à ses valeurs morales prônant un Islam radical.

 

 

Emilie koenig

 

Décryptage de la prise de parole du djihadiste Hocine, arrêté à Raqqa

Décryptage comportemental, réalisé en binôme, de l’interview du djihadiste arrêté à Raqqa. Vous trouverez dans un premier temps l’analyse globale, puis l’analyse détaillée par séquence. L’interviewer écrit dans son article (LCI, le 30/10/17) que Hocine reconnaît avoir «commis une faute, celle d’être allé en Syrie. »

 

Conclusions globales de la séquence

 

Frantz BAGOË : Dans cette interview et face à une journaliste, le djihadiste français affiche une attitude de dominant qui regrette effectivement d’être venu à Raqqa, mais pas pour les raisons que l’on peut croire. Uniquement parce qu’il n’y a pas trouvé la charia telle qu’il l’avait fantasmée et qu’il adore encore.


Elodie MIELCZARECK : Personne dont la gestuelle de domination s’exprime tout au long de l’interview. Le fait que l’interviewer soit une femme biaise un peu la situation à analyser. Les items de dominance viennent parasiter l’échange : parties génitales exposées, gestes en hauteurs, intensité forte de la voix. Son rôle reste difficile à cerner. Cependant, on peut affirmer qu’il n’a sans doute pas été très actif (items plutôt authentique quand il évoque les « 4 vieux mis de côté »). Pour autant, son histoire du « bureau des mariages » est noyée dans un vocabulaire jargonnant et avec de multiples détours. De plus, quand il évoque son action principale, « noter, c’est tout », on observe une gesticulation / agitation des membres et de la voix + un corps qui part vers l’arrière et se désolidarise du propos. On peut en déduire que sans avoir participé aux combats, cette personne a eu un rôle plus important et beaucoup plus engageant que celui qu’elle dépeint. Contrairement à ce qu’elle affirme, l’idéologie islamiste est partagée. Il incarne un certain dégoût / mépris mêlé d’agressivité envers ceux qui ne respectent pas la charia. Il s’agit donc d’un individu « radicalisé ». La fin de l’interview converge vers des items d’authenticité et de sincérité : expressions de peur et d’angoisse (voire de désarroi) quand il évoque sa volonté de rentrer en France. Hypothèse : moins que l’idéologie peu satisfaisante (puisqu’il est pour la charia – contrairement à ce qu’il dira à la journaliste), ce sont sans doute les conditions de réalisation sur place qui l’ont déçues (rencontres, conditions de vie, etc.).

 

Résultats détaillés séquence par séquence

 

L’entrée dans la pièce : 1ère séquence

Elodie MIELCZAREK : gestuelle de domination sur la journaliste à 51 sec, avec une micro-traction quand il découvre la scène >>> volonté de performer, de se positionner au-dessus. Exposition des parties génitales tout du long de l’interview.


Frantz BAGOË : entièrement d’accord, il manifeste une volonté d’affirmation de soi, de rétablir son autorité qui est en jeu, notamment face à une journaliste femme. La double micro traction du t-shirt, alors qu’il n’y a aucune raison qu’il le fasse, en est une manifestation tout comme la position assise qu’il adopte, les jambes étant bien écartées et toujours face à la journaliste. C’est un moyen corporel de montrer qui est le mâle et que nous retrouvons fréquemment chez les singes. En Synergologie, nous avons inventé le terme d’EXPEGO pour cette expansion de l’ego.
Il est dans une logique dite « froide », ses propos sont appuyés par sa main droite et son axe de tête penche latéralement à droite, signe d’une volonté de contrôle de son discours (à 53 sec).

 

Le rôle et les responsabilités décrites : 2ème séquence

Elodie MIELCZARECK : sur son rôle, mi-vérité, pas beaucoup de clignements de paupières quand il évoque le « bureau de mariage » masque de rides sur le front, «là on leur propose des mariages », il noie son rôle en parlant du mot spécifique arabe (jargon) + endroit spécifique, pas de cognition incarnée, les deux mains s’agitent ensemble >>> gros doute.
« C’est de noter c’est tout » : corps qui part vers l’arrière, agitation du corps, accélération du débit vocal >>> il n’est pas à l’aise.
Interprétation : il n’était sans doute pas très actif, n’a pas forcément eu entraînement au combat mais son histoire de bureau des mariages ne tient pas la route. Il ne s’est pas contenté de noter…


Frantz BAGOË : oui, c’est un moment important dans l’interview lorsqu’il dit : « les sœurs qui ont perdu leur mari, on les met dans un endroit spécifique… », il aurait été judicieux de l’interroger dans le détail parce qu’il hoche sensiblement la tête sur le mot « spécifique ». A-t-il participé activement ? A-t-il vécu ça de loin ? Cependant, il semble qu’effectivement il n’ait pas été entraîné au combat, il est sincère.


Elodie MIELCZARECK : « 4 vieux mis de côté » logique chaude, main gauche active, plutôt vrai ?


Frantz BAGOË : je partage ton analyse, d’autant qu’il ne considère pas les jeunes djihadistes qu’il place à sa droite (1 min 14 sec). A ce stade, j’observe que le sourcil droit est continuellement relevé, traduisant une mise à distance des évènements. C’est-à-dire qu’il met toujours de la distance entre le monde extérieur et lui.

 

Sur l’idéologie islamiste et la charia : 3ème séquence

Elodie MIELCZARECK : sur sa radicalisation, gros items d’agressivité envers les « gens qui ont commis certains délits ». D’ailleurs les items d’agressivité pourraient être contre la charia. Mais le fait qu’ils disent « des gens qui » en épelant « commis certains délit » … « délit qui est contraire à la charia » montre que, contrairement à ce que dit la journaliste en off, il approuve cette loi islamique…

Frantz BAGOË : d’ailleurs lorsque les décapitations sont évoquées, il fait un geste d’arrêt de sa main droite, paume dirigée vers la journaliste, afin de préciser une inexactitude. Comme si ces actes barbares devaient trouver une justification quant à la qualité de leurs victimes.
Son regard semble ahurit voire même béat, comme les victimes de manipulateurs pervers (les gourous). Il n’a pas trouvé à Raqqa l’incarnation qu’il se faisait de la charia : « je suis venu de mon propre gré, sauf que j’ai rencontré des gens contraires » et c’est juste avant de dire cette dernière partie de phrase que son sourcil droit s’abaisse pour se positionner naturellement au même niveau que le gauche (1 min 55 sec). Il est là encore dans la sincérité, il voulait rejoindre un Etat qui appliquait la charia mais il a été déçu de ce qu’il a trouvé.


Elodie MIELCZARECK : « des gens contraires », « des émirs de l’Etat islamiques » : il est réellement déçu de qu’il a trouvé là-bas. Mais il approuve/approuvait l’idéologie islamiste. C’est plutôt les circonstances concrètes qui semblent l’avoir désappointé…
Items d’angoisse et de peur sincère : expressions de peur (rides sur le front) + yeux écarquillés + oui oui oui oui (on peut même parler de désarroi) >>> il veut vraiment rentrer en France !

 

Djihadiste

 

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=jnP0wZN8saU

Lien vers le site d’Elodie MIELCZAREK : http://www.analysedulangage.com