Blog

Importer un comportement virtuel dans la vie réelle ?

L’utilisation quotidienne d’internet, que ce soit depuis un ordinateur, un téléphone ou une tablette, fait que nous avons tous créés des identifiants personnels sur des sites marchands, des blogs… Notre navigation dans ce monde virtuel met en lumière des comportements récurrents que nous n’avons pas forcément dans la vie réelle. 

Pour certaines personnes, la navigation, l’utilisation d’internet se fait dans un objectif de développement personnel et pour d’autres dans un but malveillant voire criminel. Pour tous, notre comportement dans la vie réelle est affecté par celui du monde virtuel, à différents degrés et cela peut également modifier certains traits de caractère.

Comment est-il possible d’importer un comportement virtuel dans la vie réelle ?

Si nous considérons internet comme un monde parallèle à part entière, alors la création d’avatars est symboliquement une nouvelle naissance.

Dans la vie réelle, Henri Wallon a théorisé le stade du miroir qui est le stade formateur de l’identité pour l’enfant âgé de 6 à 18 mois. 

“L’image du corps passe par celle imaginée dans le regard de l’autre.” Le regard de l’autre est donc capital pour le narcissisme de chacun et c’est la capture de son image spéculaire dans le miroir qui permet à l’enfant d’appréhender ce qu’il pense être.

Cette perception se maintiendra si la mère/le groupe/l’autre confirme l’enfant dans cette reconnaissance imaginaire. Ainsi, notre comportement virtuel est perçu par les autres internautes qui interagissent avec nous. Leurs feedbacks vont renforcer ou affaiblir  certains de nos comportements virtuels.

Pour Françoise Dolto, la surface du miroir est une surface psychique omni réfléchissante faisant du miroir une image mais aussi possiblement la voix ou tout autre forme sensible comme peut l’être le comportement. 

Également, dans son concept d’image inconsciente du corps, “le stade du miroir est un structurant symbolique, réel et imaginaire, mais il est surtout l’inscription définitive du sujet dans son corps biologique, une fin et non un début.”

C’est l’autre qui vous reconnaît et c’est la relation avec l’autre qui va faire que nous allons nous exprimer, nous isoler, nous faire sentir confortable, développer notre confiance. Et c’est possible parce que l’autre se projette en nous dans ce qu’il est, ce qu’il n’est pas et ce qu’il voudrait être.

Charles Horton Cooley a développé le concept de “looking-glass self” par lequel les individus construisent leur “self” (leur façon d’être - qui peut être authentique ou feint, dans ce cas nous parlons de “faux self”) en observant comment ils sont perçus par les autres. 

Cooley met en ainsi en avant le côté social de notre construction psychologique en 3 étapes : dans une situation sociale, l’individu imagine comment les autres le voit, comment ils jugent son apparence et comment ce même individu développe des sensations en fonction et répond aux sollicitations.

Mais la multiplicité des surfaces réfléchissantes peut poser question quant au développement du “self”. Être renforcé dans son comportement virtuel par les autres permet de se voir plus confiant, plus fort, de développer son estime de soi et nécessité faisant loi, ces nouveaux traits de caractère sont testés dans le monde réel, que ce soit pour faire le bien... ou le mal.

 

Crapaud boeuf

Jeffrey Epstein : portrait d'un prédateur

Jeffrey Epstein est né le 20/01/1953 à Brooklyn, New-York et il a été retrouvé pendu dans sa cellule le 10/08/2019. Issu d’une famille juive de classe moyenne, son père était agent municipal des espaces verts. Je n’ai pas trouvé d’information relative à sa mère. Son enfance s’est déroulée à Sea Gate, le quartier de la classe ouvrière à Coney Island. 

Après des études à l’Université Courant Institute of Mathematical Sciences de New York, dont il est ressorti sans diplôme, il est néanmoins devenu professeur à la Dalton School de Manhattan (1973-1975) après avoir menti sur l’obtention de son diplôme. 

Il a fondé son entreprise de gestion d’actifs basé sur le modèle pyramidal de Ponsi. Après une longue enquête, il fut inculpé pour trafic sexuel en bande organisée de mineures. 

Epstein avait mis en place une structure pyramidale d’abus sexuels sur mineures. Environs 80 jeunes filles victimes, entre 2001 et 2006, furent agressées sexuellement ou forcées à avoir des rapports sexuels avec des hommes influants selon plusieurs témoignages, dont celui de Virginia Roberts Giuffre, 17 ans à l’époque des faits.  

Jeffrey Epstein était un self-made-man intelligent, vif d’esprit, sérieux mais un vrai manipulateur charismatique. C’était un introverti dénué d’empathie, incapable de gérer la colère et intolérant à l’angoisse. Il avait du mal à situer la frontière entre le bien et le mal. Sûr de lui, il savait aussi se faire craindre. 

 

Sur cette vidéo : www.youtube.com/watch?v=I6cDF9nSYaU on peut voir Jeffrey Epstein se gratter la mâchoire inférieure avec sa main droite, après avoir jurer de dire la vérité. Avec ce geste effectué sur “yes I do”, il masque son agressivité. 

Sur “is it true sir that…”, il affiche un mépris (à 20 sec.) avec son regard qui s’abaisse, le coin extérieur droit de sa bouche remonte alors que sa main droite vient gratter sa gorge côté droit. Ce geste traduit une envie de ne pas trop en dire.

 

Sur cette vidéo : www.youtube.com/watch?v=PeGMzQ1bRyo après avoir invoqué notamment le 5ème amendement (à 3 min. 28) pour ne pas répondre à la question “avez-vous été abusé sexuellement lorsque vous étiez enfant ?”, Jeffrey Epstein se pince les narines de la main droite et passe son index sous son nez. C’est certainement un moment important dans la mesure où l’on sait que bon nombre de pervers narcissiques ont eux-même été abusés durant leur enfance. Mais Jeffrey Epstein ne veut pas répondre.

 

Du point de vue de la dynamique psychologique, Jeffrey Epstein avait un profil typique du pervers narcissique, du prédateur sexuel. 

Un individu qui n’a pas accès à la symbolisation ira chercher ceux qui sauront nourrir son narcissisme blessé. Que ce soit par la prédation, l’effraction ou l’intimidation.

Dans des conditions normales, la mère attentionnée vient rassurer son nourrisson des agressions extérieures qui le persécutent. Sa mère lui permet de distinguer le bon du mauvais. Le pervers est à l’origine un enfant insécure qui n’a pas la capacité à créer des représentations psychiques, à symboliser, à fantasmer. 

Afin de gérer/diminuer son angoisse d’anéantissement, il va se doter de “prothèses fétichiques”. L’autre est utilisé comme un fétiche et participe à l’auto-érotisme du pervers. Il est donc le garant de l’intégrité narcissique du pervers à condition qu’il soit inanimé et immuable (“objet non objet”, Racamier). 

Le prédateur sexuel a un manque de contrôle pulsionnel, une pauvreté du monde fantasmatique, il se croit omnipotent avec un fantasme de toute puissance et une recherche de contrôle sur l’autre (emprise). Il a également un sens du grandiose, absorbé par des désirs de pouvoir et de grandeur, il a un besoin excessif d’être admiré et il est certain que tout lui est dû. Peu, voire pas d’empathie, il fait preuve d’un comportement hautain, arrogant, noyé dans son égocentrisme.

 

Jeffrey Epstein s’est donc a priori pendu avec des draps dans sa cellule, l’os hyoïde brisé, ce qui est rare dans le suicide par pendaison, moins pour l’étranglement.

Ses dizaine de victimes (connues) doivent survivre et se reconstruire en faisant le deuil d'un procès qui aurait été le premier pas vers la résilience.


Jeffrey epstein

Monde virtuel, hyper nihiliste et violences urbaines

Le constat quotidien depuis des années est éloquent : des actes de violences sont de plus en plus commis contre les personnes, les institutions avec cette espèce d’impunité et d’irrespect qui semblent animer leurs auteurs. 

Comment, dans une société laïque et démocratique, une telle situation s’impose et semble faire tâche d’huile ?

 

Statistiques selon l’INSEE (source : “les statistiques de la délinquance”, Aubusson-Lalam-Padieu-Zamora, France, Portrait social 2002/2003)

Tout d’abord, les “infractions avec victimes sans violence” (vols sans violence) reculent pour passer de 87% en 1975 à 82% en 2000. Cependant, les “faits constatés” étaient de 1 300 000 en 1975 et sont de 3 000 000 en 2000. En nombre, ils restent significatifs.

Les “majeurs mis en cause” étaient 200 000 en 1975 et sont 250 000 en 2000. L’augmentation n’est pas énorme.

Les “mineurs mis en cause” étaient 60 000 en 1975 puis 100 000 en 2000 avec une nette augmentation en 1993… nous y reviendrons plus loin.

Ensuite, les “victimes directes avec violence” (atteintes physiques caractérisées, agressions sexuelles, vol avec violence) sont passées de 6% du total des faits constatés en 1975 à 10% en 2000 avec une augmentation significative en 1988, et encore plus sensible pour les “mineurs mis en cause” à partir de 1995… Ils étaient 15 000 en 1975 sur 240 000 faits constatés contre 40 000 (+37%) en 2000 sur 400 000 faits constatés (+60%). L’INSEE donne une interprétation en page 8/18.

Enfin, les victimes les plus exposées sont les plus jeunes et celles qui habitent dans les grands ensembles ou un tissu urbain composé d’immeubles collectifs. Près d’1 victime sur 2 a subi au moins 1 agression durant les 2 années précédentes et 1 sur 3 au moins 2 autres (survictimisation). 

Sur 4 600 000 affaires traitées par les Parquets, seules 28% réunissent une infraction constituée et un auteur présumé dont 19% feront l’objet de mesures alternatives aux poursuites (médiation, réparation, rappel à la loi).

Sur les 9 premiers mois de 2019, 14% d’augmentation des violences faites à l’encontre des policiers, une centaine de faits par jour (source : France Info, 4/11/2019, “violences : hausse des agressions contre les policiers”).

“Au sein du couple en 2018 : 121 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire, 28 hommes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire, 21 enfants mineurs sont décédés, tués par un de leurs parents dans un contexte de violences au sein du couple.

81 % des morts au sein du couple sont des femmes. Parmi les femmes tuées par leur conjoint, 39 % étaient victimes de violences antérieures de la part de leur compagnon. Par ailleurs, parmi les 31 femmes auteures d’homicide, 15 d’entre elles avaient déjà été victimes de violences de la part de leur partenaire, soit 48 %.” (Source : « Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple. Année 2018 », ministère de l’Intérieur, Délégation aux victimes)

 

Impatience + éducation sans cadre = violence potentielle

L’équation paraît simpliste mais regardons quand même un peu plus dans le détail.

L’impatience aujourd’hui est générée par internet, l’immédiateté, une intelligence émotionnelle faible ainsi qu’une faible tolérance à la frustration.

L’éducation sans cadre tient de l’échec de la mixité sociale, d’un regroupement ethnique avec une différenciation entre pratiquant et non-pratiquant d’une religion, d’un mode d’éducation parallèle et non formel dont les résultats ne sont pas ceux escomptés, avec un abandon prématuré de la scolarité qui débouche sur une éducation non formelle, l’école de la rue (source : unilim.fr).

Il y a un regroupement entre ethnies parce qu’elles partagent des facteurs de cohésion qui ne sont pas sans rappeler celles des tribus. Facteurs socio affectifs parce qu’elles confèrent au groupe toute son attractivité, ses valeurs, ses motivations, ses émotions, ses valeurs communes. Facteurs opératoires et fonctionnels parce qu’ils permettent au groupe de satisfaire ses propres besoins et de poursuivre ses buts (source : “la dynamique des groupes”, Jean Maisonneuve).

 

Que dit l'évolution des jeux FPS aujourd’hui TPS (third person shooter) ?

Pour mémoire, voyons quelques dates du jeu vidéo dans lequel une personne a la possibilité d’en tuer une autre :

1973, 1er first shoot person (fps) “Maze War”,

1983, “3 demons”,

1991, “Catacomb 3D”,

1992, “Wolfenstein 3D”,

1993, “Doom” avec un mode multijoueurs type deathmatch qui permettait à chacun d’affronter 3 autres joueurs (source : dailygeekshow.com),

1994, internet est utilisé par le grand public en France… vous pouvez relire maintenant les statistiques concernant les mineurs impliqués dans les faits d’agressions avec violence…

1997, le fameux “Grand Theft Auto” (littéralement : vol de voitures) dans lequel le personnage principal peut tout se permettre, même tuer un policier.

Cette évolution montre qu’il y a une perméabilité entre l’utilisation du monde virtuel et le monde réel. Il y a un rapport évident entre l’Avatarisation© (cf. Nadine Touzeau), la zone transverse© (cf. Nadine Touzeau) et ce qu’il se passe dans le monde réel. 

L’Avatarisation© c’est la personne qui se crée un profil sur n’importe quel site internet. Vous et moi, mais aussi biensûr l’auteur de faits de violences et c’est bien lui qui nous intéresse. Il n’assume pas qui il est dans la vie réelle mais il assume son avatar parce qu’il ressemble à l’image qu’il se fait de lui-même. C’est une transposition de son Moi idéal, il a développé un faux self hyper puissant et il est incapable de la moindre remise en question. Il le rend réel  au travers de son avatar, ce qui va aussi modifier son comportement dans le monde réel en fonction de ce qu’il va vivre dans son espace virtuel. Augmentation de sa confiance, de son assurance suite à la reconnaissance par l’objet de son avatar et par l’échange avec sa communauté qui va le conforter dans ses actes et ses comportements.

 

La Zone transverse© est ce qui correspond à la sphère d’intimité selon Edward T. Hall et sa théorie de la proxémie. La transposition des actes de violences effectués dans la sphère virtuelle dans la vie réelle est une importation des comportements liés à l’avatar. Ce qui est novateur, c’est que cette zone transverse© se transpose dans la réalité dès lors qu’il y a utilisation d’un objet connecté. Cela induit une importation des comportements relatifs à la zone virtuelle dans la vie sociale réelle. Comportements que les personnes n’avaient pas sans l’utilisation d’objets connectés. Comportements plus osés, plus risqués issus d’une zone virtuelle hors du temps, malléable, modifiable, adaptable et mobile, répétés dans une zone réelle, sociale, régie par des lois et donc par essence : pouvant générer des frustrations.

 

Il faut considérer le monde réel en lien étroit avec le monde virtuel. Dans le monde réel, nous avons pu observer une éducation permissive de toute une génération d’enfants roi, immatures, incapables de gérer la frustration, impatients et égoïstes dans les relations professionnelles et sociales, ne sachant absolument pas accepter qu’on leur dise “non”, mais sachant parfaitement le dire. Ils sont revendicatifs et sûrs de leur bon droit.

 

Concomitamment, la société est régie par un ensemble de règles, de lois qui apparaît comme un carcan institutionnel à l’opposé de l’éducation reçue qui elle, trouve écho dans le monde virtuel régi par aucune règle. Dans celui-ci, les auteurs de faits de violence volontaire, imbus de leur avatar, retrouvent un comportement hyper nihiliste dans un environnement créé pour eux.

 

Ainsi, l’éducation permissive, l’éducation non formelle (de la rue), le regroupement tribal et le caractère immature vont être le terreau des comportements virtuels répétés dans le monde réel, en toute occasion. Le clivage entre ces avatars-hyper-nihilistes-importés (des fakes en vrai) et les citoyens dits classiques ne cesse de se creuser… jusqu’où ?

 

Anonymous

Redouane Faïd condamné à 28 ans de réclusion : retour sur mon analyse

Le vendredi 13 mars dernier, le braqueur multirécidiviste Redouane Faïd a été condamné à 28 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises du Pas de Calais. L’occasion pour moi aujourd’hui de revenir sur l’analyse que j’avais faite en 07/2018, dans laquelle je pointais quelques marqueurs gestuels révélants son caractère manipulateur. 

Ce même mois de juillet, Redouane Faïd s’était évadé de façon spectaculaire de la prison de Réau (77) par hélicoptère. Il ne fut arrêté qu’en octobre suivant.

 

Rappel de mon analyse du 05/07/2018 :

Analyse Flash : Redouane Faïd, braqueur un jour, braqueur toujours !

 

3 images simples pour illustrer qui est Redouane Faid, l’enfant qu’il a été et le braqueur qu’il sera toujours.

« Je me suis toujours gardé de véhiculer une aura et une légende en disant que c’est bien de faire ça… »

Il le scande comme un mantra mais il énonce simplement le symbole qui le guide lui, et vers ce à quoi il veut tendre : être plus le plus reconnu de tous les braqueurs !

Les propos sont dits posément, sans agressivité qui elle, est lisible sur son corps. Sa langue sort de sa bouche pour y rentrer rapidement, une image presque imperceptible mais dont le sens est : je ravale mes propos.

Axe de tête latéral droit ajouté à un axe de tête rotatif droit, lesquels sont renforcés par un axe sagital supérieur. Il se croit et se place au-dessus des autres, guidé par l’ambition et la quête de reconnaissance : il se voit comme un rebelle et le dit avec le sourire.

La position du buste en arrière et vers sa droite montre qu’il est dans une posture analytique, réfléchie. Son sourcil gauche est relevé par rapport au droit, ce qui le met à distance des autres. Il se veut à part, différent.

« Quand vous grandissez dans une cité, on fait pas attention à vous… »

Le voilà son point de départ d’adaptation sociale, son T0 qui motive son ambition. C’est ce que je tente de clamer, de relayer haut et fort que l’enfant a besoin d’attention, de bienveillance et d’inclusion. Le cas échéant, nul ne peut prédire les voies créatives qu’il peut emprunter pour arriver à exister.

Son menton est froncé en une moue de regret, de dépit qui transmet au fond une tristesse ressentie et contrebalancé par un sourire ironique qui revient très souvent tout au long de ses interviews. Il nous rit au nez ! Sa tristesse est domestiquée et surmontée à grand renfort de clivage bien versus mal, vision pour le moins binaire et enfantine du monde vu par un petit gars de la cité (rien de péjoratif dans mes propos, je vous rassure). C’est malheureusement trop souvent la loi de la débrouillardise et du plus fort qui l’emporte dans cet environnement.

« Je me suis fait arrêter et ça m’a servi à stopper tout ça… »

Aller, pour un peu on pourrait y croire… Non ? Non, pas une once de vérité dans tout cela. Comment serait-ce possible lorsque la tête se désaxe tellement pour venir se placer à l’opposé de ce que les yeux regardent ?! Ses paroles vont dans un sens, ce qu’il pense réellement va dans l’autre sens.

Criminel un jour, criminel toujours !

 

Redouane faid

Liens :

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/13/le-braqueur-multirecidiviste-redoine-faid-condamne-en-appel-a-vingt-huit-ans-de-reclusion_6033004_3224.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9doine_Fa%C3%AFd

https://www.youtube.com/watch?v=_WJytJmlOqs

http://www.ds2c.fr/blog/analyse-flash-redouane-faid-braqueur-un-jour-braqueur-toujours.html

Crédit photo : Redoine Faïd - Brightcove

Ely-Killeuse : analyse des gestes 2 ans après

 

En août 2018, j’analysais une vidéo d’Ely Killeuse : “la force d’un témoignage investi et authentique”. Ely Killeuse est une blogueuse ambassadrice du Body Positive.

L’objectif de mon analyse était d’identifier les marqueurs gestuels qui illustrent la véracité d’un témoignage. En l’occurrence, la blogueuse s’exprimait pour un trouble du comportement alimentaire. Au cours de ce témoignage, j’ai mis en évidence l’évocation inconsciente d’une information connexe : le lien mère-fille dans l’enfance.

Dans sa gestuelle, la blogueuse montrait une certaine rigidité liée à elle, à son histoire mais également une gêne, un mélange de peur et de dégoût que j’interprétais comme une répulsion ressentie face à sa maladie et un sentiment de culpabilité qui imposait de ne pas en dire davantage.

Aujourd’hui, Ely Killeuse témoigne pour Brut des tabous autour de la grossesse. 

 

Depuis 2 ans, quel a été son parcours personnel ? Est-ce que son cheminement a été bénéfique ? Est-elle parvenue à passer outre son sentiment de culpabilité ?

Globalement et sans rentrer dans les détails, la blogueuse est toujours aussi authentique, le regard alternant entre passé et futur émotionnel, les sourcils sont mobiles et viennent ponctuer certains mots ou phrases. Ely Killeuse est dans le lien mais avec un esprit analytique, son axe de tête en témoigne et c’est tout à fait logique vu le contexte.

Cela étant, ce qui est intéressant à l’analyse de cette nouvelle vidéo ce sont les gestes parasites et les “non” qu’elle fait de la tête alors que les propos qu’elle tient ne sont pas négatifs. Pourquoi son corps dit “non” alors que ses propos parlent de choses positives ? Pourquoi des gestes qui viennent contrarier son discours ?

 

“La question que tout le monde te pose quand tu es enceinte : combien t’as pris ?” ; “on va se peser : sujet qui fâche”

A 1 min. 51, son index gauche vient micro-démanger l’arc de Cupidon : “la Yasmine d’avant, j’ai eu beaucoup de témoignages, elle n’aurait jamais voulu être enceinte en étant grosse.” Ce geste illustre la relation de dépendance qui existe entre elle et ses followers. Une relation d’influence sans laquelle elle n’aurait pu faire ce travail sur elle. Mais comme toute influence, c’est aussi un signe d’addiction à l’autre dont on se sert pour nourrir son narcissisme blessé.

A 3 min. 04, “(mon corps) il est juste en train de remplir sa fonction” et sa tête fait “non”. Cette sentence n’implique pas de forme négative pourtant...

A 3 min. 10, “j’ai fait une fausse couche avant cette grossesse et aujourd’hui tout ce qui m’importe, c’est que mon bébé aille bien” et sa tête fait “non”. Là non plus, aucune raison pour que son corps dise “non”. 

A 3 min. 36, son index gauche vient micro-démanger sa narine gauche, ce qui illustre que quelque chose dans son image lui est encore dérangeante. Il s’agit bien évidemment de son rapport à son corps et par extension, l’image qu’elle véhicule auprès des autres et celle qu’ils lui renvoient. Il y a bel et bien une distorsion dont elle semble toujours sensible.

La question aurait mérité d’être posée au moment même où elle a fait ces gestes. A quoi pensait-elle à ce moment là ? Ce qui se passe réellement mais dont elle n’a pas conscience, c’est que son corps réagit à ces 2 propos précédents : “combien t’as pris ?” et “Sujet qui fâche !”

Finalement, le corps d’Ely Killeuse ne fait que répondre à ces 2 questions qui ont été posées 2 minutes avant. Son esprit conscient verbalise et construit un discours pour la caméra, il est bien présent alors que son corps ne l’est plus depuis qu’il est resté bloqué sur ces 2 sujets. 

Pourquoi ? Parce que ça la dérange toujours, parce qu’elle n’est pas d’accord, parce que ça la touche encore, parce que c’est un sujet… tabou. Un parallèle est possible entre les troubles des conduites alimentaires (qu’Ely Killeuse a vécu) et le sadomasochisme qui ont de nombreux points communs. Notamment dans la description symptomatique du recours à un rituel avec investissement du geste et de l’objet. Toutes les étapes du rituel doivent être respectées pour se dégager de la tension créée par l’angoisse et l’excitation. Ce sont des rituels obsessionnels et immuables qui revêtent une nécessité pour accéder à un plaisir dominé par l’autoérotisme et la relation d’emprise sous-jacente. Le corps devient le fétiche mais la compulsion de répétition perd ses effets de maîtrise et de réparation narcissique. Le corps est vu comme un objet d’excitation et persécuteur et à ce titre, il doit être puni. L’objet est la cible des attaques et dans le cas des troubles du comportement alimentaire, c’est le corps lui-même et c’est en cela qu’il y a une analogie avec la structure perverse et la destruction de l’autre comme sujet désirant.

Tout cela a construit et façonné Ely Killeuse, ça fait partie de son histoire. Donc, la blogueuse a fait et elle a réussi en partie un travail personnel de longue haleine mais elle n’en a pas tout à fait terminé avec l’image d’elle-même et celle que les autres lui renvoient. Image dont le symbole, le vecteur est son corps. Le jugement de cette image ne devrait plus lui importer mais on ne se débarrasse pas d’une addiction comme ça, surtout lorsqu’on ne l’a pas supprimé totalement de sa vie, de sa façon de fonctionner… le rituel se perpétue par la proxémie créée et entretenue avec son public.

 

Pour conclure, le corps d'une femme ne devrait être un sujet pour personne. Personne ne devrait poser une main sur le ventre d'une femme enceinte sans son approbation.

Tout le monde devrait faire montre d'un peu de psychologie, d'empathie mais malheureusement, l'empathie (cognitive et émotionnelle) a été mise au second plan depuis très/trop longtemps. Mais ça, c'est un autre débat...

 

Ely killeuse 1

 

Le lien vers la vidéo pour cette nouvelle analyse : https://www.brut.media/fr/health/elykilleuse-brise-les-tabous-autour-de-la-grossesse-205b0c2b-0c3a-4f95-89df-78e1b40eaaf8

Lien vers le site d’Ely Killeuse : http://elykilleuse.fr/ (dernière mise à jour en 12/2018)

Lien vers mon analyse : http://www.ds2c.fr/blog/la-force-d-un-temoignage-investi-et-authentique.html

Photo : profil instagram ely-killeuse

 

Comment identifier la couleur d'un échange ?

Comment identifier la couleur d’une conversation ?

 

L’appel à l’aide de Thierry Beccaro pour les enfants victimes de violences

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=PNiXy_uCDLM&t=18s

Le sujet de la communication est passionnant et il concerne chacun d’entre nous. Que ce soit dans la sphère professionnelle ou personnelle, nous sommes amenés à échanger avec des personnes avec lesquelles nous avons des intérêts communs, des sentiments, des liens.

Lorsque nous devons prendre une décision, nous pouvons nous montrés rationnels ou instinctifs. Une prise de décision rationnelle est un processus lent, cognitif, abstrait et déconnecté des émotions alors qu’une prise de décision instinctive est un processus rapide, non conscient et qui repose sur sa propre expérience, les feed back et ses émotions (https://www.cairn.info/revue-management-2009-2-page-118.htm).

En communication non verbale, il y a un item très intéressant et très rapide à s’approprier pour percevoir l’état émotionnel d’une personne. Cet item identifié sur l’instant est déterminant pour pouvoir adapter sa communication. Selon sa juste interprétation, le manager qui reçoit un collaborateur pourra questionner de façon plus précise, le thérapeute pourra utiliser plus volontier l’écoute active, le négociateur saura si l’autre s’inscrit dans la bonne dynamique, ou encore si nous plaisons à la femme que l’on aimerait séduire.

Cet item est l’axe de tête. Je devrais d’ailleurs dire LES axes de tête puisqu’il y en a 3 : 

  • l’axe sagittal représente symboliquement la hiérarchie selon que nous nous situons au dessus de l’autre ou en dessous de l’autre. Nous montrons ainsi un visage qui se dresse au dessus de l’autre, au même niveau ou en dessous du visage de notre vis à vis.

  • l’axe rotatif nous permet de comprendre avec quel oeil l’autre nous regarde. S’il nous regarde avec son oeil droit, alors notre interlocuteur fait entrer l’information pour l’intégrer, l’analyser, la classer. Il n’est pas dans le lien, il est dans le contrôle, il y a une distance. S’il nous regarde avec son oeil gauche, il établit un lien émotionnel avec nous.

  • l’axe latéral, est l’axe empathique et s’apprécie à la manière dont la tête penche à droite ou à gauche. Si c’est à droite, la personne est dans le contrôle alors qu’à gauche, elle est plutôt dans l’instinctif.

Vous avez bien compris que ces axes de tête permettent instantanément de percevoir de façon claire, la couleur de l’échange. Leur lecture nous donne l’occasion d’ajuster notre communication en fonction de notre objectif final. 

Un exemple simple, pratique et touchant est le témoignage de Thierry Beccaro en faveurs des enfants victimes de violences familiales. Nous savons aujourd’hui que l’animateur fut lui-même victime de son père. Durant la crise sanitaire, les violences familiales ont augmenté : 

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/confinement/confinement-et-delinquance-moins-de-vols-et-de-cambriolages-plus-de-violences-familiales-6821122

Le témoignage de Thierry Beccaro nous permet d’identifier les moments où il se place en contrôle, à distance et le moment où il crée du lien. 

Dès les 10 premières secondes nous pouvons constater sa tristesse et son dépit lorsqu’il nous montre sa photo de lui, enfant (sourcils relevés au centre et descendants à leur extrémité, coin extérieur gauche de la bouche descendant).

A la 18ème seconde, l’animateur a du mal à verbaliser des propos difficiles, il les retient avec une bouche dite “en huître”. Ses lèvres rentrent dans sa bouche. 

Lorsqu’il établit un pont entre lui et les enfants qu’il souhaite toucher par cette vidéo, son axe de tête penche sur sa gauche : “... je pouvais m’évader…”, “... c’est parce que je suis passé par là…”, “... je sais qu’il faut faire les devoirs, qu’il faut faire du télétravail…”.

Mais lorsque la maltraitance est verbalisée, lorsqu’il aborde le risque de violence, alors sa tête penche sur sa droite : “... je suis passé par cette phase de maltraitance…”, “... mais là, les enfants ne peuvent pas s’évader…”

Vous pouvez regarder à nouveau cette vidéo en prêtant une attention spécifique à son regard, notamment en vous demandant avec quel oeil l’animateur nous regarde/parle. Vous saurez ainsi si Thierry Beccaro renforce le lien émotionnel qu’il essaie de créer, ou s’il accentue la distance qu’il place inconsciemment entre lui et la violence faite aux enfants.

En cette période difficile psychologiquement, même si le déconfinement se fait, il est important de faire attention aux violences familiales, sur un adulte (une femme dans la majeure partie des cas) ou sur un enfant.

Voici le process mis en place par le gouvernement, au cas où… :

https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Police-de-securite-du-quotidien/Covid-19-La-PSQ-en-periode-de-crise-sanitaire/Mobilisation-contre-les-violences-conjugales-et-intrafamiliales

 

 

 

Photo : https://unmuseepourlemime.com/2019/04/23/corps-parle-compagnie-mouvement-yves-marc/

Axe de tete mouvement

Le mécanisme de la dissociation

“Je suis en train de crever...(La fille au fond du jardin…)

 

La dissociation est un phénomène vécu et connu de tous. Que ce soit dans nos rêves ou lorsque nous sommes dans la lune, il n’y a rien de plus normal et dans ces cas là, la dissociation n’est pas vécue comme invalidante. 

C’est aussi, malheureusement, un phénomène qui se retrouve assez souvent dans la dépression sévère.

J’ai souhaité aborder ce sujet en prenant comme base le carré sémiotique suivant : 




 



 

Qu’est ce qu’une “dépression / des-pressions” ?

 

C’est exercer une pression du haut vers le bas. C’est la rupture de l’équilibre et d’une conséquente chute de l’état d’esprit (Muriana, 2006).

A l’origine est la perception d’un écart et la mise en place de comportements régulateurs (Haley, 1963). 

Mais qu’est-ce qui fait que cet état dépressif avec dissociation se maintient dans la durée ?

Quels sont les mécanismes à l’oeuvre ?

Parce que l’individu tente de lutter pour retrouver un fonctionnement normal par sa seule volonté et ses efforts, en se contraignant à être dans l’action. Une action d’ailleurs très gourmande en énergie physique et psychologique.

Ces efforts se caractérisent par des injonctions paradoxales : “sois fort”, “soit de bonne humeur”, “bouge toi”, “tu as tout pour être heureux”... toutes ces vaines tentatives exacerbent le problème finalement.

 

Pour être déprimé, il faut d’abord se faire des illusions, idéaliser les choses, les gens, le monde, le travail, les situations, par projections de notre éducation et de notre expérience. Comment devraient se comporter idéalement les individus selon notre propre réalité idéalisée. “Dès que nous sentons que la réalité que nous avions construite ne convient plus, nous n’avons plus de réponse à nos problèmes” (Watzlawick, 2006).

 

C’est la désillusion, la rupture de notre réalité avec notre monde symbolique. Nous étions uni dans un seul corps/esprit, notre individualité éclate en morceaux où le Ça, le Moi et le  Surmoi sont éparpillés dans tous les sens. L’individu tente de reconstruire le puzzle mais l’image s’est effacée, il n’y a plus de modèle, incapable de ressentir et d’appréhender les choses avec recul, ni priorité. C’est la dissociation. La désunion, la fragmentation de la conscience, de la mémoire, de l’identité, des sens et de la perception. La personne à l’impression de vivre en dehors de son corps.

 

Pour Janet, la pensée normale synthétise les niveaux subconscient et conscient, ce qui permet l’unité du Moi. Dans la dissociation, l’individu n’arrive plus à synthétiser les différents phénomènes psychologiques. Certains sont enregistrés par la conscience et d’autres par le subconscient et de manière anarchique. 

Ce rétrécissement de la conscience est provoqué par la fatigue, le stress, le trauma et accentué par certains médicaments.

Pour Freud, il s’agit d’un mécanisme de défense, le refoulement, dont le but est de protéger la conscience sauf que l’inconscient ne supporte qu’un certain niveau de tensions accumulées par les pulsions refoulées. Pour prévenir tous risques de débordement, le psychisme les évacue vers des voies d’allègement automatiques : rêves, lapsus, actes manqués et… somatisation ! Le corps est choisi comme moyen et lieu de décharge. 

 

Tous les appareils du corps peuvent être le siège de la maladie psychosomatiques. Cependant, les troubles psychosomatiques n’ont rien de symbolique. Angoisses archaïques et tentatives pour les contenir et les symboliser. Trauma subi dans l’enfance qui, de l’extérieur semble anodin, mais vécu par l’individu comme terrifiant si bien qu’il ressurgit au cours de la vie lors d’un épisode de peur intense ressentie. Cette peur vient fracturer la conscience causant une angoisse d’effondrement, d’anéantissement, de morcellement et d’intrusion.

 

Cet état de conscience altérée se retrouve dans l’état hypnotique. C’est la simultanéité d’une activité mentale consciente et inconsciente. “En focalisant l’attention du sujet sur un objet ou une sensation et en suggérant l’inhibition des éléments extérieurs, il est possible de créer une forme de dissociation entre l’expérience subjective et le monde environnant” (Laurence et Perry, 1981).

Certaines dissociations traumatiques se rapprochent de l’hypnose dissociante où la personne vit la situation avec détachement, avec du recul, en l’analysant mentalement. Dissociation en tant que mécanisme de défense pour préserver l’intégrité mais aussi pour comprendre une scène trop pleine d’émotions que la personne ne veut pas vivre en tant qu’acteur. 

 

Dans la dépression sévère, avec ses symptômes de dépersonnalisation et de déréalisation, se joue l’équilibre entre pulsion de vie et pulsion de mort. L’objectif crucial est de maintenir puis de développer la pulsion de vie qui se caractérise par le passage à l’acte, par l’agir. 

A l’inverse, ce qui caractérise la pulsion de mort, c’est l’absence de passage à l’acte, c’est l’incapacité à prendre une décision. la pulsion de vie adapte son niveau d’énergie au psychisme de l’individu.

 

Alors, si la pulsion de vie est caractérisée par le passage à l’acte, faut-il voir dans le suicide son acmé ? Malgré le côté définitif du geste qui semble contradictoire ? 

Je veux vivre dépouillée de cette angoisse traumatisante et incapacitante alors je disparais définitivement… je me vois crever donc je passe à l’acte dans une ultime pulsion de vie…” 

 

A chacun de tenter de comprendre, puis de pardonner…


 

La personnalité selon Robert J. Sternberg

Etude de la personnalité - Les styles de pensées (Robert J. Sternberg)


 

Robert J. Sternberg est psychologue et professeur de psychologie cognitive à l’université privée de Cornell (Etat de New York, USA).

Ses recherches portent sur les différentes formes d’intelligence humaine.

 

La théorie de la personnalité auto-gouvernée (ma traduction certainement impropre) soutient que les styles de pensée peuvent être compris en termes de constructions à partir de nos notions de gouvernement. 

 

Qu’est ce qu’un style pensée ?

Un style de pensée est une façon spécifique et propre de raisonner, d’apprendre et d'engranger des informations. Ce n’est pas une aptitude mais plutôt une façon dont nous utilisons nos aptitudes. Nous n’avons pas un seul style de pensée mais un profil spécifique.

 

  1. Les fonctions : législative, exécutive et judiciaire

 

Législatif : l’individu orienté vers la législation a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui nécessitent la création, la formulation, la planification d'idées, de stratégies, de produits, etc... 

Il aime décider quoi faire et comment le faire, plutôt que d'être informé.

 

Exécutif : l’individu orienté vers l'exécutif a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui fournissent une structure, des procédures ou des règles avec lesquelles travailler, et qui, bien que modifiables, peuvent servir de lignes directrices pour mesurer les progrès. 

Il préfère qu'on lui dise quoi faire.

 

Judiciaire : l'individu à orientation judiciaire a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui nécessitent une évaluation, une analyse, une comparaison-contraste et un jugement des idées, stratégies, projets et autres. 

Il a tendance à évaluer les autres, parfois sur la base d'informations minimales.

 

  1. Les formes : monarchique, hiérarchique, oligarchique et anarchique

 

Monarchique : l'individu monarchique a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui permettent de se concentrer complètement sur une chose ou un aspect à la fois jusqu'à ce qu'il soit terminé. 

Il est déterminé et souvent conduit, et aime terminer une chose avant de passer à la suivante.

 

Hiérarchique : l'individu hiérarchique a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui permettent la création d'une hiérarchie d'objectifs à remplir. Il  aime faire plusieurs choses dans un laps de temps donné. 

Il sait prioriser et s'adapter dans de nombreux contextes. 

 

Oligarchique : l'individu oligarchique a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui permettent de travailler avec des approches concurrentes, avec de multiples aspects ou objectifs qui sont tout aussi importants. Il aime faire plusieurs choses dans un laps de temps donné, mais a du mal à définir des priorités. 

Il s'adapte si les demandes concurrentes ont une priorité à peu près égale, mais il a plus de mal si les choses sont de priorités différentes.

 

Anarchique : l'individu anarchique a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui se prêtent à une grande flexibilité d'approches et à tout essayer quand, où et comment il le souhaite. Cet individu a tendance à être asystématique ou même antisystématique. 

Il a tendance à adopter une approche aléatoire des problèmes et il est parfois difficile à comprendre pour les autres.

 

  1. Les niveaux : local et mondial

 

Local : l'individu local a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui nécessitent un engagement avec des détails spécifiques et concrets. Il aime les détails mais il peut perdre de vue la forêt en ne se concentrant que sur les arbres. Les individus affichant ce style ont tendance à apprécier les tâches qui les obligent à garder une trace des détails et à se concentrer sur les spécificités concrètes d'une situation.

 

Global : l'individu global a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui nécessitent un engagement avec de grandes idées globales et abstraites. Cette personne aime faire face aux grandes idées, mais peut parfois perdre le contact avec les détails - elle peut voir la forêt mais perdre de vue les arbres. 

Les personnes employant ce style apprécient les tâches qui les encouragent à réfléchir aux idées principales et à ne pas avoir à se soucier des détails.

 

  1. Portée : interne et externe

 

Interne : l'individu interne a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui nécessitent des activités qui permettent de travailler indépendamment des autres. Il préfère travailler seul, il est généralement introverti et souvent mal à l'aise en groupe.

 

Externe : l'individu externe a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui permettent de travailler avec d'autres dans un groupe ou d'interagir avec d'autres à différents stades de progression. Il préfère travailler avec les autres, il est généralement extraverti et très à l'aise en groupe.

 

  1. Penchants : libérale et conservatrice

 

Libéral : l'individu libéral a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui impliquent une méconnaissance, allant au-delà des règles ou procédures existantes et maximisant le changement. Parfois, il peut préférer le changement simplement pour le plaisir, même s'il n'est pas idéal. 

Il aime les nouveaux défis et prospèrent dans l'ambiguïté.

 

Conservateur : l'individu conservateur a une prédilection pour les tâches, les projets et les situations qui nécessitent le respect des règles et procédures existantes. 

Il aime minimiser les changements et éviter toute ambiguïté.


 

Ce qui est très intéressant avec la théorie de Sternberg, c’est sa simplicité, sa logique et son pragmatisme. Sa mise en oeuvre s’avère simple pour appréhender une personnalité. 

Si je me pose en tant que manager, qualifier une personnalité me permettra d’assigner des tâches en rapport avec le type de fonctionnement de la personne, ce qui maximisera sa bonne réalisation. La personne s’en trouvera valorisée et elle pourra développer ses compétences, professionnelles et même personnelles.

 

Source : Thinking styles, Robert J. Sternberg - Cambridge University Press (1997)

 

Eléments gestuels d'une interview à charge : Juan Branco vs Apolline de Malherbe

Quels sont les éléments contextuels non verbaux qui accréditent la thèse selon laquelle l’interview d’Apolline de Malherbe était à charge contre l’avocat Juan Branco ?

Pour rappel, l’interview se déroule sur BFM le 17/02 février dernier. Apolline de Malherbe reçoit l’avocat Juan Branco, qui défend Piotr Pavlenski, l’activiste politique qui a diffusé les vidéos privées de Benjamin Griveaux.

Cette interview s’est déroulée durant une vingtaine de minutes dans un climat assez tendu, voire accusateur de la part de la présentatrice. Ce qui est intéressant, c’est la posture de chacun des protagonistes. S’ils sont tous les deux avec le buste bien en avant pour Juan Branco illustrant sa volonté d’échanger, Apolline de Malherbe est également avec le buste en avant mais surtout avec son épaule droite plus en avant que la gauche. C’est une posture qui induit une certaine agressivité dans la communication, la personne a totalement confiance en ses arguments et les défendra avec ardeur. 

Si l’on observe un peu plus en détail l’hémi visage avec lequel la journaliste regarde l’avocat, avec quel oeil elle le regarde, on s’aperçoit que c’est avec le droit. Elle est donc dans une écoute vigilante, elle analyse. Elle n’est pas dans le lien. 

Alors que Juan Branco reste maître de son discours, c’est sa main droite qui l’illustre et ses doigts qui ne montrent aucune tension. En revanche, la journaliste illustre son propos avec sa main gauche, des mains jointes (11 sec., 5 min. 34 sec.), a priori dirigées vers son invité, donc horizontales. Ce geste traduit en principe un désir de rassembler les parties en se plaçant au même niveau. Malheureusement, avec une observation plus fine, on s’aperçoit que les avant bras de la journaliste sont ascendants et non horizontaux, ce qui nous permet de nuancer cette volonté de faire consensus. Au contraire, ce geste vient accréditer la thèse de l’agressivité dans un désir de trancher (3 min. 15 sec.).

Si l’attitude d’Apolline de Malherbe se veut empreinte d’intention combative, la dimension affective vient adoucir son intention et illustrer un stress mal contenu qui, en général, se veut contre productif.

On peut le voir dans le clignement des paupières de la journaliste. Ils sont nombreux comparativement à ceux de l’avocat, qui lui est dans l’analyse, la gestion. L’émotion est donc palpable et mal maîtrisée. 

Également, Apolline de Malherbe se réfugie fréquemment dans une bulle qui fait figure de pare excitation. Son regard s’abaisse vers sa gauche (passé émotionnel) pour se donner de l’allant, mais aussi pour gagner du temps dans la réflexion qui se trouve perturbée par le niveau émotionnel. C’est un item de réassurance. 

Si l’on ne prête aucune attention au contenu verbal de cet échange, posez-vous la question de savoir si celui sort grandi de cette joute n’est pas celui qui maîtrise ses émotions ?

N’est-ce pas dans cet objectif que les formations d’intelligence émotionnelle connaissent (à raison pour autant qu’elles ne soient pas d’anciennes formations remises au goût du jour et simplement rebaptisées) un certain succès ?

 

Lien Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=dR5kBhNdj5I&t=1s

 

 

Juan branco apolline de malherbe

 

Le manque de l'autre ou le besoin ?

Le manque de l’Autre est avant tout un besoin d’éviter un vide intérieur, qui crée inconsciemment des angoisses, des frustrations, de la colère.

 

Le manque de l’Autre (ou le manque à “Etre”) peut être apprivoisé par l’intelligence émotionnelle. Les angoisses suscitées par le manque, le stress, peuvent provoquer des accès d’alexithymie, cette espèce de confusion des sens où le cerveau archaïque vient court-circuiter le cerveau cognitif. L’alexithymie désigne le manque de mots pour qualifier et désigner ses états affectifs, ni de pouvoir les distinguer les uns des autres, l’intelligence émotionnelle permet de nommer avec précision ses ressentis, ses manifestations physiques en lien avec ses émotions. C’est la granularité émotionnelle. 

 

Ce sentiment de manque/besoin vient de la petite enfance où la tendresse souhaitée a manqué. Chercher à la combler inconsciemment en se tournant irrémédiablement vers l’extérieur en se nourrissant de l’autre, persuadé que l’amour donné ou la reconnaissance apaisera, peut amener à rejouer inlassablement la même partition - cercle vicieux.

 

Si une mère se trouve trop angoissée, trop stressée et/ou dans une détresse psychologique, elle sera incapable d'interpréter correctement les signaux non verbaux émis par son nourrisson. Une mère suffisamment bonne, en revanche, est capable inconsciemment de répondre aux besoins de son nourrisson, précisément en adoptant le point de vue du nourrisson.

 

Ce comportement inadéquat de la mère angoissée va générer une vraie frustration pour son nourrisson, faire naître une rage impuissante dit Joyce McDougall, qui va pousser le nourrisson à mettre en oeuvre comme il le peut des moyens de protection qui perdureront dans la vie d’adulte.

L’enfant va ainsi éjecter de lui, vers l’extérieur, vers les autres et qui peut aller vers l’outrancier, cette angoisse qu’il ne peut contenir en surinvestissant les relations interpersonnelles comme dans un sport, une activité, des amis. Comme l’angoisse est née avant l’acquisition de la parole, il est impossible à l’enfant de la symboliser, ni de poser des mots dessus et donc de lui donner du sens. Le vide s’installe et se fait plus prégnant mais il devra être comblé. Cette angoisse peut aussi avoir une résonance (et c’est souvent le cas) particulière sur son propre corps, c’est la somatisation (par exemple, en développant un eczéma). 

 

C’est cette incapacité à symboliser ce qui affecte la personne, l’enfant, qui le pousse à chercher toute sa vie ce qui aurait dû l’aider à le rassurer. Lacan parle d’objet a, Freud de castration, Winnicott de mère suffisamment attentionnée. En tous les cas, c’est ce rôle qu’aurait dû tenir le parent pour aider son enfant à surmonter l’angoisse causée par la séparation (mère-enfant). 

 

Il subsiste inconsciemment cette envie de retourner dans la matrice, dans cette relation dyadique où la mère est omnipotente et comble, ou tout au moins dans nos fantasmes, tous les besoins. C’est l’envie, le désir de l’amour-fusion-universel.

 

L’un des biais les plus courant que j’ai observé, dans ce type de relation interpersonnelle surinvestie, c’est cette obligation de croire que l’autre doit être fusionnel, identique à soi, avoir les mêmes pensées que les siennes, ne pas avoir d’avis différent, être une projection de soi. Ce qui peut créer des incompréhensions avec les autres, à force de projection, la personne peut mal interpréter des propos.

C’est une incapacité à comprendre et à intégrer que l’autre est différent, donc un territoire étranger et qu’il participe à notre développement personnel en nous proposant une lecture contradictoire. Nous sommes fait des autres. 

 

Un autre biais, moins répandu mais que je connais particulièrement bien, c’est la dépendance affective dissimulée sous des strates d’indépendance revendiquée. La peur d’être englouti par l’amour, la peur qu’il cesse et la crainte de ressentir cette béance lorsqu’il n’est plus. Seule parade a priori : le clivage émotion/cognition par l’évitement, la fuite, le déni.

 

Encore une fois, l’intelligence émotionnelle permet de dépasser (doucement) ce clivage en se confrontant à ses ressentis de la rencontre avec les autres (qui n’est pas l’Autre) et de se réapproprier l’expérience de ses sensations corporelles et émotionnelles. Elle rééquilibre nos deux cerveaux. L’autre n’est pas l’idéal ni du Moi, ni de l’Autre, mais certainement qu’il peut nous apporter quelque chose de positif.

 

“La peur de la solitude crée l’attachement, la possessivité, le besoin de manipuler l’autre et de tout contrôler. On devient tour à tour bourreau, victime, sauveur ou jouet, un engrenage qui risque de devenir destructeur. Toutes les dépendances ont la même source : le sentiment de solitude évité.”

 

 

Dock mod

 

Focus : "des-pressions"

La dépression est une maladie que nous pouvons aborder sous l'angle de l'analyse comportementale.

Parce que le comportement est inhibé, il est intéressant de mettre en lumière les facteurs qui contribuent à cet état et ce, afin de pouvoir agir pour en sortir.

Dans mon processus d'analyse du comportement, il y a l'étude de l'agentivité, de la construction de la pensée, de l'auto régulation et de l'auto réflexion.

Dans ce court article, j'ai choisi d'aborder l'agentivité et plus précisemment (mais succintement) l'environnement et les topiques freudiennes.

 

Pulsion de vie / Pulsion de mort

La dépression, sévère ou non, est un mal redoutable de nature psychosomatique dû à un dérèglement de l'humeur.

L'humeur se définit comme "la disposition affective et émotionnelle qui conditionne la manière dont nous ressentons les évènements qui, normalement, engendrent de la joie ou de la tristesse (source : etat-depressif.com)."

Cet état psychologique peut faire suite à un évènement traumatique, comme par exemple l'attaque de l'hypercasher à Vincennes, le 9 janvier 2015 à 13h (environnement imposé). Il faut bien avoir conscience que les proches habitants, promeneurs et personnels des bureaux situés à proximité ont tous vécus individuellement/subjectivement l'évènement. Selon leur propre ressenti, leur propre histoire, leurs propre ressources (facteurs de régulation).

Les personnes qui n'ont pas pu digérer correctement cette violence gratuite ont développé un état dépressif avec toute sa graduation possible (topiques freudiennes).

Difficultées à travailler, à se concentrer, à avoir une vie sociale... un cercle vicieux où pulsion de vie et pulsion de mort s'affrontent.

Ce qui caractérise la pulsion de vie, c'est l'action, le passage à l'acte, le mouvement, le dynamisme. A l'inverse, pour la pulsion de mort, c'est l'absence de passage à l'acte, l'incapacité à prendre une décision. La pulsion de mort est constante alors que la pulsion de vie s'adapte au niveau énergique du psychisme de l'individu.

 

L'angoisse augmentée

L'inaction augmente l'intensité de l'angoisse, donc pour lutter contre, il est nécessaire de rester ou de se mettre en action, en mouvement. Mais l'angoisse représente un signal face à l'imminence d'un danger pour l'intégrité physique. En fonction de l'intensité de l'angoisse ressentie, le deuil sera possible ou impossible. Deuil de l'idéal du moi.

Lorsque la personne consulte un thérapeute (psychiatre, psychologue, psychothérapeute, psychopraticien...), elle va devoir se questionner pour tenter d'intégrer les évènements traumatisants, pour tenter de revenir au présent alors que son trauma l'a bloquée au moment où le mal a fracturé sa conscience. Mais certaines fois, ce questionnement fait ressurgir des souvenirs d'enfance qui étaient jusque là profondément enfouis dans l'inconscience, fait ressurgir des sensations diffuses et désagréables et jamais expliquées. Ce phénomène peut être la conséquence d'une "crypte" et ce sentiment d'angoisse sera amplifié pour le faire passer au niveau supérieur...

La crypte est un deuil qui s'installe à l'intérieur de la personne. C'est un secret qui peut être intergénérationnel transmis inconsciemment à un proche, à son enfant. Ca peut être un mariage forcé de sa grand-mère, puis sa mère qui a vécu la même chose et qui peut expliquer sa relation aux hommes.

Ca peut être le non désir de parentalité mais que la vie a fait que la personne a quand même eu un enfant. Cependant, ce non désir originel n'aura jamais été avoué à son enfant. Sauf que ce non dit a des répercussions sur la façon d'être avec son enfant, sur les gestes que le parent lui porte et d'autres comportements encore. Qui dit secret, dit honte ressentie par rapport à ce secret vis à vis du monde extérieur. Au niveau de la dynamique psychologique, la crypte est l'incorporation de la perte d'un "objet" (psychologiquement parlant) représentant l'idéal du moi. Pour lutter contre la perte de cet "objet", la personne va s'identifier à celui-ci pour tenter de le conserver en lui. C'est ce qu'on appelle l'identification mélancolique narcissique.

Hélas, la personne s'expose à une double impossibilité :

- impossibilité de constituer un idéal avouable à partir d'un secret honteux et inavouable,

- dénoncer ce secret sous peine de détruire son idéal du moi.

C'est donc une impossibilité de "dire" qui inhibe la névrose elle-même, qui engendre par la suite un sentiment de culpabilité. D'autant que ce sentiment de culpabilité est conscient chez la personne, alors que la crypte est (je vous le rappelle) un phénomène inconscient. Ce qui explique que le niveau d'angoisse monte d'un cran et que le sentiment de ne pas savoir ce qui cause cet état, ou qui l'amplifie, ronge la personne au-delà des mots/maux.

 

La thérapie

Il est donc primordial de s'entourer de personnes bienveillantes, amis, famille, proches, qui vous apporterons leur soutien et une partie des ressources nécessaires pour sortir de cet état dépressif. Comme il est primordial d'en parler avec un professionnel, un psy ou un groupe de paroles. Apprendre à bien respirer (il existe de nombreuses techniques), se faire violence pour marcher tous les jours, s'investir dans un projet même s'il vous paraît minime et si vous pouvez : ne consommez ni alcool, ni drogue, ni neuroleptique dont les effets secondaires sont dévastateurs. L'expérience m'a fait constater leurs effets encore peu connus, dont les médecins restent sans réponse, que sont les symptômes de dépersonnalisation et de déréalisation. Des symptômse sur lesquels je reviendrai lors d'un autre article plus spécifique.

 

Mais soyez convaincu que cet état dépressif se soigne dans la durée, qu'il représente une phase de la vie mais qu'il y a un après. Gardez toujours ça à l'esprit et ce, même si vous êtes dans un accès d'angoisse sévère !!!

 

Instant Popcorn : le comportement agressif est-il précurseur de l'issue d'un combat ?

Dans un combat ritualisé, l’agressivité est-elle précurseuse de son issue ? Est-il possible de prédire le vainqueur d’un combat futur ?

C’est l’instant Popcorn qui peut vous faire gagner quelques paris en Martial Mixed Art, puisqu’il s’agit là d’analyser la séance de pesée qui se déroule 24h avant le combat.

Pratiquant de Self Defense et de boxe française depuis de nombreuses années, fan également de boxe anglaise et de MMA, je me suis demandé s’il était possible de deviner le vainqueur d’un combat sans le regarder. Pour cela, je me suis intéressé à ce moment particulier qu’est la pesée. Chaque combattant se retrouve en caleçon/shorty/slip sur la balance pour vérifier qu’il est bien au poids de sa catégorie.

C’est aussi un moment de tension où les combattants se retrouvent face à face pour la photo qui annonce leur affrontement. Un moment de tension donc, qui sert à faire le show pour les médias et autres sites de paris.

Sur cette adresse internet, j’ai analysé rapidement les boxeurs et leurs gesticulations :

https://www.youtube.com/watch?.v=K97F666aORU

 

Sur ces 10 pesées, vous pouvez remarquer immédiatement et sans équivoque, celui qui se montre plus agressif. Pour autant, a-t-il été celui qui est ressorti vainqueur du combat ?

Dans l’ordre de la vidéo, voici les résultats :

  • Duffy vs Madady, 2017 : Madady est le plus agressif mais perd aux points,
  • Bisping vs Leites, 2015 : Bisping est le plus agressif et remporte le combat aux points,
  • Allen vs Amirkhani, 2017 : Amirkhani est le plus agressif mais perd le combat aux points,
  • Diakese vs Pachalen, 2017 : Diakese est le plus agressif et remporte le combat par KO,
  • Lawler vs Macdonald, 2019 : Lawler est le plus agressif et remporte le combat par KO,
  • Lee vs Mustafaer, 2016 : Lee est le plus agressif et remporte le combat aux points,
  • Mendes vs McGreggor, 2019 : McGreggor est le plus agressif (pléonasme…) et remporte le combat par KO,
  • Jedrzejczyk vs Penne, 2015 : jedrzejczyk est la plus agressive et remporte le combat par arrêt de l’arbitre,
  • Madadi vs J. Silva, 2017 : Madadi est le plus agressif mais perd le combat aux points (ça fait 2 fois quand même…),
  • Bisping vs A. Silva, 2016 : Bisping est le plus agressif et remporte le combat aux points.

A la lumière de ces constatations, je peux dire que lors de la pesée, le combattant qui se montre plus agressif que l’autre a 7 chances sur 10 de remporter le combat ! Ce qui est tout de même significatif.

Quelles attitudes agressives ont-été observées ?

La gestuelle est ample, large, saccadée. Le combattant occupe un large espace et semble vouloir se donner plus de largeur physique, un peu comme le paon le fait avec sa roue (pour un autre but) ou le porc-épic pour se défendre. Le corps est mobile avec une amplification de la colère, elle est surjouée et s’autoalimente pour croître encore. Celui qui vocifère et gesticule est toujours dans le spectaculaire, alors que l’autre est plus dans une attitude spéculaire (« je suis présent dans la relation et plus authentique ») voire spéculatif (« je suis dans mon monde et je me concentre sur l’objectif de demain »). 

Pourquoi vouloir montrer autant d’agressivité ?

Agressif signifie « aller vers, s’approcher, aborder, entreprendre quelqu’un, attaquer ». L’agression et la recherche d’occuper un espace au dépend d’un autre (en l’occurrence l’octogone) est une recherche de reconnaissance (être déclaré vainqueur). Là où il y a violence verbale, il y a combat territorial, de l’espace.

En éthologie, l’agression a 3 fonctions : la répartition des êtres vivants semblables dans le territoire, la sélection entre rivaux et la défense de la progéniture (Lorenz). Si le taux de testostérone joue un rôle important dans le comportement agressif, le système nerveux central peut produire lui-même des stimulis et s’autoalimenter (Lorenz).

Je précise que la testostérone joue également un rôle pro-social, voire altruiste mais qui n’est pas dénué d’intérêt (de conquérant), le but étant d’atteindre ou de maintenir un statut social ou une position dominante.

Qu’en est-il de l’analyse comportementale selon mon schéma intégratif ? (cf. mes derniers articles)

  • Environnement : choisi, le MMA est un sport de combat multidisciplinaire qui demande un réel investissement physique et mental,
  • Facteurs de régulation : cognitif, il requiert une préparation physique et mentale poussée et stratégique ; affectif, il fait appel à ses instincts grégaires et ne requiert que peu d’intelligence émotionnelle ; biologique, il fait appel à des qualités physiques indéniables.
  • Intentionnalité : combat planifié, structuré avec la recherche d’une stratégie adaptable,
  • Pensée anticipatrice : but proximaux, gagner le combat en vue d’un meilleur classement dans la Fédération et accéder au Top 1 pour être déclaré meilleur que les autres,
  • Auto-réactivité : autorégulation en mode inhibiteur si défaillance de l’auto-observation et de la réaction corrective, en mode proactif si les actions correctives se montrent efficaces,
  • Auto-réflexion : la croyance d’efficacité personnelle est également un point important de la motivation, mais qui s’arrête au moment de monter sur le ring. Sans elle, le boxeur ne sort pas du vestiaire.

En conclusion de cet Instant Popcorn, léger a priori, il en ressort néanmoins une analyse précise sur les éléments de la motivation qui vont jouer un rôle concomitant quant à l’issue du combat. Par extension, quelque soit la personne que vous avez en face de vous et quelque soit la situation, si elle est plus agressive que vous ne l'êtes, alors il est plus sage de rompre le contact ou de le différer. Parce qu'elle aura toujours une intention délétère qui par son intensité vous dépassera, ce ne sera jamais du ressort cognitif et vous en ressortirez grandi !

 

Alors à vos paris en ligne ! Prêt ? Pariez !

Sources :

  • « mécanisme de l’agressivité liée à la testostérone », J Hanoune, G Pinna, E. Costa, A Guidotti (2005),
  • HAL – archives ouvertes, « de l’agression à la violence verbale, de l’éthologie à l’anthropologie de la communication », B Fracciola (2013).

 

Conor mcgregor

"Sors de ta zone de confort !"

« Tu dois sortir de ta zone de confort ! »

 

Qui n’a jamais été confronté à la nécessité de se remettre en cause, à vouloir changer, à vouloir se dépasser pour atteindre un objectif audacieux, changer d’environnement ou encore tenter de nouveaux défis ?

J’ai souvent entendu des coachs, thérapeutes, art-thérapeutes, formateurs ou entraineurs dirent qu’il était pour cela impératif de dépasser ses limites, de sortir de sa zone de confort. Mais une fois qu’ils ont dit ça, ils n’ont rien dit. Et qu’est-ce que ça veut dire « sortir de sa zone de confort » ou de « dépasser ses limites ? »

Je leur ai toujours rétorqué (et qu’ils n’ont jamais voulu entendre) que si la personne dépasse ses limites, alors elle ne peut plus s’adapter parce qu’elle aura dépassé son point de rupture. C’est le même résultat que faire « tout » ou « rien », c’est-à-dire l’échec, le renoncement, le sentiment de ne pas pouvoir y arriver parce que l’objectif est trop difficile à atteindre. Il me semble important d’aller taquiner ses limites mais sans jamais les dépasser. Petit à petit, la limite s’éloigne un peu plus loin…

Je peux faire le parallèle avec le stress dit normal et le stress dépassé.

Le stress est une réaction réflexe, neurobiologique, physiologique et psychologique d’alarme, de mobilisation et de défense de l’individu à une agression, une menace ou une situation inopinée. Le stress adapté/normal se limite aux manifestations neurovégétatives et ne dure que le temps d’exposition, alors que le stress dépassé provoque sidération, fuite panique et comportements automatiques et dure dans le temps.

Voyez qu’il est donc important de bien connaître ses limites afin de les repousser sans jamais les dépasser.

 

Mais voyons ce qui se joue dans ce changement qui nécessite une adaptation comportementale.

 

Le changement, c’est une nouvelle adaptation qui peut s’appeler aussi « équilibration ».  L’équilibration est le résultat d’une assimilation et d’une accommodation.

Assimiler, c’est incorporer des objets/éléments extérieurs (vus comme des résistances) compatibles avec sa nature, avec lesquels le sujet devra composer. L’équilibration doit être « majorante », c’est-à-dire que nous devrions toujours tendre vers un équilibre supérieur pour nous enrichir, devenir meilleur. Ça devrait être un progrès mais force est de constater que trop de personnes préfèrent l’immobilisme, c’est beaucoup plus simple et moins énergivore.

S’accommoder, c’est se modifier en fonction des particularités des éléments extérieurs en tenant compte des axes « plaisir-déplaisir » et « opérant-inopérant ».

Accepter un nouveau défi (problème), c’est accepter la perturbation (déséquilibre) qu’il va provoquer et dont l’intensité va dépendre des moyens mis en œuvre (compensation) pour relever ce défi et toute sa difficulté. « Les essais nécessaires et leurs ajustements (construction) conduisent progressivement à dépasser les formes antérieures des connaissances pour déboucher sur un nouvel équilibre comparativement meilleur (équilibration majorante). »

 

Comment s’adapter ?

 

Les moyens mis en œuvre pour s’adapter à une nouvelle situation, un nouvel exercice, etc… vont dépendre de 2 processus :

  • L’abstraction simple qui est le fait d’extraire des informations pertinentes de la situation pour mieux l’appréhender et convoquer ses propres ressources pour la dépasser,
  • L’abstraction réfléchissante qui est le fait d’élaborer des relations entre les éléments constitutifs de la situation.

L’adaptation peut se faire à l’intérieur du système, à l’intérieur de nous-même, c’est-à-dire en modifiant notre façon de faire, nos habitudes. Elle peut également se faire à l’extérieur du système, en agissant sur la situation et en dépassant son cadre strict.

 

La théorie des 21 jours

 

Il faut savoir que pour qu’un changement de comportement en remplace un autre, il est nécessaire de le maintenir (sans flancher) durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Certains coachs en développement personnel vantent la théorie des 21 jours pour tout et rien. A savoir qu’il faudrait 21 jours pour que le cerveau se « reconfigure ». Sauf que cette théorie est une vaste fumisterie qui nous vient d’un chirurgien esthétique américain, Maxwell Maltz, qui dans les années 1960 avait constaté qu’il fallait un minimum de 3 semaines à ses patients pour s’adapter à leurs changements physiques. Il en avait tiré un livre « best-seller » qui continue de faire son effet. A ce jour, aucune étude scientifique vient accréditer cette théorie.

 

Changer, c’est donc une remise en question de son propre fonctionnement mais également la nécessité d’adopter une vue extérieure en se plaçant à distance de la situation. Chaque objectif et sous-objectif pourra être atteint petit à petit, en toute sécurité. Ce qui nous permettra de consolider notre comportement adaptatif.

Source : S. Larivée 1982 – « D’une théorie de la connaissance à la modification du comportement ou quelques liens Piaget-Watzlawick »

 

 

Instant popcorn : analyse comportementale de Jean-François, prétendant dans l'Amour est dans le pré 2018

Pourquoi Jean-François vous semble bizarre ?

Je me suis étonné de façon candide que Jean-François, prétendant dans l’émission « l’amour est dans le pré » (2018), vous apparaisse bizarre voire limite psychopathe. A-t-il eu une attitude si déroutante et peu engageante au speed dating ? Pas pour tous puisque Aurélia a choisi de le revoir :

https://www.programme.tv/news/tele-realite/202893-lamour-est-dans-le-pre-2018-aurelia-en-pincait-deja-pour-jean-francois-avant-de-le-rencontrer/

Avant d’analyser rapidement ces quelques instants éprouvants pour le candidat, je pense important de repréciser les définitions du stress, de la peur et de l’angoisse.

 

Le stress

C’est une réaction d’adaptation de l’organisme qui sert à maintenir l’équilibre physiologique et psychologique d’un individu qui se trouve confronté à un élément/situation/évènement stresseur. Le stress devient un risque pour la santé lorsqu’il est éprouvé dans la durée.

 

La peur

C’est un sentiment éprouvé en présence ou à la pensée d’un danger, d’une menace réel ou supposé. Elle est immédiate et spontanée.

 

L’angoisse

C’est un sentiment de l’ordre du vécu mais sans objet face à laquelle il semble ne pas y avoir de solution. L’esprit se fige, l’individu a l’impression de ne pas pouvoir la maîtriser (vs l’anxiété).

 

Une fois ce rappel fait, penchons-nous sur la situation !

L’émission diffusée sur M6 connait un certain succès. Les candidats sont mis en situation dans le cadre de rencontres scénarisées. Sur le plateau ou en extérieur, ce sont des caméras omniprésentes, des sources de lumière pour mettre en valeur les candidats et un certain nombre de techniciens également présents. Nous pouvons donc dire qu’il s’agit d’une situation qui n’est pas habituelle pour chacun d’entre nous. Ainsi, face à une situation exceptionnelle et inconnue, le corps et l’esprit doivent s’y adapter pour faire redescendre le niveau de stress à un niveau acceptable.

Je précise que chaque personne possède un niveau d’acceptabilité qui lui est propre. Un individu peut très mal gérer son stress tandis qu’une autre saura le transformer en un stimulant.

 

Le prétendant

Jean-François, la 30aine, ébéniste vivant chez sa mère avec laquelle il a tissé des liens « indestructibles » depuis la mort de son père lorsqu’il était âgé de 14 ans.

Il n’a pas connu ses grands-parents.

 

Qu’observons-nous factuellement ?

Lors du visionnage de la scène, au cours du speed dating qui dure environs 1 minute 30, nous pouvons mettre en exergue plusieurs marqueurs gestuels qui ont tous un horizon de sens spécifique.

La position assise est dite neutre. Il est au milieu de son siège et semble indécis sur l’attitude, la position à tenir. Il y a donc une certaine ambiguïté qui est déjà observable. Nous pouvons déjà dire qu’il y a un « conflit » intra psychique qui tient de l’ordre de l’intentionnalité : « dois-je y aller et m’investir, ce qui revient à me découvrir dans cet environnement inconnu et donc potentiellement hostile ? »

Nous observons également que ses mains sont jointes, doigts repliés, entre ses jambes et sous la table. Elles sont en position basse, ce qui traduit d’emblée une émotion négative. Cette position des mains marque un retour sur soi, une certaine protection face à un danger potentiel et ainsi, une implication mesurée dans la scène.

Nous constatons que Jean-François frotte ses mains paumes contre paumes, comme s’il se les lavait. Ce geste traduit un mal être, un malaise. En psychologie, nous dirions qu’il s’agit d’un geste contra phobique, c’est-à-dire qu’il vient atténuer l’angoisse ressentie (en Synergologie, nous pouvons faire un parallèle avec la goutte de malaise).

JF souffle fort à plusieurs reprises pour se donner du temps, pour améliorer aussi physiologiquement l’apport en oxygène. En psychothérapie, pour gérer son stress, je vais vous inviter à inspirer sur 4 temps et à expirer sur 6 temps de façon à solliciter le système parasympathique qui vous aidera à vous relaxer : http://www.psychomedia.qc.ca/neurologie/2009-07-26/qu-est-ce-que-les-systemes-nerveux-sympathique-et-parasympathique

 

Il se mord également la lèvre inférieure, un geste qui ne se fait que dans des situations anxiogènes, pour ensuite se gratter de la main gauche le côté gauche de sa tête, puis enfin le côté gauche de sa nuque. Ces gestes illustrent la réflexion mais également que quelque chose énerve la personne qui fait tout pour tenter de maîtriser la situation mais sans trop savoir comment communiquer.

Nous pouvons observer ses jambes qui remuent, signe d’un désir de se mettre en marche/en action, signe que la personne subit la situation mais qu’il serait très mal interprété de partir sur le champ.

Enfin, avant dernier marqueur gestuel qui traduit l’authenticité, c’est la défocalisation passive du regard. C’est-à-dire que JF, à certains moments, laisse partir son regard dans le vague de façon inconsciente.

Mais quel est ce marqueur gestuel qui vous semble inquiétant ?

Finalement, c’est bien là la question. Pourquoi, après cette analyse froide et distanciée, optez-vous pour la crainte de lui ? Vous n’aimeriez pas le croiser dans la rue !

 

C’est le regard et les clignements des yeux !

 

Jean-François est victime de son anatomie. Il a des petits yeux noirs enfoncés dans ses orbites, ce qui donne une certaine étrangeté/importance à ses arcades sourcilières.

Il a de plus des lèvres fines, ce qui, dans l’inconscient collectif, est une caractéristique physique des gens nerveux, impulsifs.

En psychologie évolutionniste, nous dirions que ce sont des traits qui représentent un danger potentiel qu’il vaut mieux fuir.

Ensuite, il ne cligne des paupières que lorsque sa tête bouge. On dit qu’il a des clignements psychomoteurs, c’est-à-dire qui ne véhiculent pas d’émotion. Ce qui renforce cette perception de danger potentiel.

Dès lors que vous observez un trait que vous assimilez à un danger, même s’il est minime, c’est bien lui qui donnera la teinte du rapport interindividuel. Ce n’est que dans la discussion que vous vous apercevrez que finalement, le doute du danger potentiel peut être levé… ou pas !

Ainsi, Jean-François est angoissé par la situation, vite débordé par le trac, hypersensible et empathique, il ne sait pas comment gérer ses émotions.

PS : merci à Stéphanie pour la vidéo et à vous, faites attention au biais de confirmation et à votre première impression.

 

L amour est dans le pre 2018 jean francois

Affaire Maël Combier : application au schéma intégratif de la motivation

Pour faire suite à mon schéma intégratif de la motivation, voici un cas appliqué à un comportement criminel : l’affaire Maël Combier.

Petit rappel emprunté à TéléStar :

« Ce 25 février 2011, Samira Ben Saad et Maël Combier vivent une relation passionnée. Ils se sont rencontrés en boîte de nuit l'été précédent. Elle vit à Crest, une petite ville du département de la Drôme, elle a 20 ans, pose pour des photos et rêve de devenir mannequin. Il en a 22, travaille à Valence pour une entreprise de travaux d'étanchéité, il aime le football et plaît beaucoup aux filles. Leurs disputes sont fréquentes et, inlassablement, leurs retrouvailles sont enflammées. Mais le jour où Samira apprend que celui qu'elle aime à la folie est déjà marié et bientôt père de famille, elle rentre dans une colère noire, le menace et lui promet l'enfer pour s'être moqué d'elle. Aussi, lorsque Maël lui propose de l'emmener en week-end romantique en Italie, la jeune femme se méfie. Mais elle espère tellement voir leur histoire prendre une nouvelle dimension qu'elle accepte de le suivre. Or Maël a bien autre chose en tête qu'une promesse d'avenir. Dans son blouson, il dissimule un revolver et, au détour d'un chemin boisé, il sort son arme et tire. »

Je reprends individuellement chaque item de mon schéma en l’illustrant des éléments de cette affaire. Pour une meilleure compréhension, Maël Combier sera l’Agent 1 et Samira Ben Saad sera l’Agent 2.

L’objectif de cet exercice est de comprendre comment une passion amoureuse en est arrivée à devenir une tragédie. L'utilisation du schéma intégratif de la motivation permet une première analyse pratique/pragmatique pour bien comprendre la situation.

Environnement

C’est un environnement construit, A1 et A2 sont actifs professionnellement et dans leur sphère privée.

Agent 1

Cognitif : une intelligence que je qualifierais de moyenne, par défaut et parce que rien dans les articles que j’ai pu lire ne me fait penser qu’il est un débile profond ou d’une intelligence supérieure. Il occupe un poste professionnel qui demande certaines qualifications et aptitudes intellectuelles.

Affectif : immature, séducteur, menteur, gestion des émotions difficile.

Biologique : néant selon les articles lus, ni sur le plan psychopathologique.

Agent 2

Cognitif : une intelligence que je qualifierais de moyenne basse au vue des interviews que j’ai pu regarder et de sa capacité de réfléxivité, de prise de distance par rapport à la situation.

Affectif : immature également, séductrice elle aussi, gestion des émotions difficile encore et un brin utopiste négative.

Biologique : néant selon les articles lus, ni sur le plan psychopathologique.

Les deux amants sont plutôt orientés vers une stratégie de vie de type « r » (J. P. Rushton), c’est-à-dire avec une stratégie de vie à court terme, aucune anticipation, l’effort est porté sur la reproduction (en terme évolutionniste), impulsivité, hypersexualité.

Intentionnalité

Agent 1 : il use de séduction et multiplie les partenaires tout en essayant, en parallèle, de maintenir un semblant d’équilibre familial qui lui donne bonne conscience et seul gage de stabilité.

Agent 2 : séductrice, elle souhaite trouver à tout prix celui qui la sortira de sa condition sociale qu’elle juge non valorisante (utopie négative) et qui lui fera accéder à son idéal du Moi.

Pensée anticipatrice

Agent 1 : il doit gérer la tension psychologique générée par une situation antagoniste ; d’un côté le désir de stabilité, de l’autre ses pulsions sexuelles. Il suit des buts exclusivement proximaux, assez facile à atteindre.

Agent 2 : elle voit l’Agent 1 comme son sauveur, comme son avenir qu’elle fantasme prometteur. Elle suit des buts distaux, plus difficiles à rendre concrets et donc atteignables.

Auto-Réactivité

Pour les deux Agents, nous voyons très bien, au-travers de leur passion, que l’autorégulation n’est pas leur point fort. La réflexivité est un mot, une compétence dont ils ignorent tout. Ils ont tous deux un fonctionnement auto centré à ceci près que l’Agent 1 est dans un mode « proactif » pour préserver à tout prix son équilibre. Alors que l’Agent 2 est dans un mode « inhibiteur ». Elle rêve de vivre avec l’Agent 1 et elle a très mal réagi lorsqu’elle a appris que l’Agent 1 était marié et allait devenir père. Elle a donc des valeurs intrinsèques fortes et reconnues socialement.

Conclusion

En termes de coping et de mécanismes de défense adaptative, l’Agent 1 est un sujet au fonctionnement mental dysfonctionnel. Lorsqu’il perçoit une menace, ses défenses immatures en font une évaluation erronée et la représentation mentale s’en trouve déformée. Ainsi, la réalité est altérée, mal évaluée et le coping est inapproprié. Parce que la détresse est surévaluée, la contrôlabilité perçue quant à elle est sous-évaluée. Les évènements ne manqueront pas de se répéter. Malheureusement, si des éléments extérieurs viennent à renforcer la menace – comme des proches qui menacent physiquement la personne ou encore être harcelé avec 150 appels téléphoniques par jour – il est fort probable qu’il y ait passage à l’acte pour tenter d’annuler, de déplacer ou d’amoindrir la menace.

Maël Combier a été condamné à 13 ans de réclusion criminelle, par la Cour d’Assises de la Drôme, reconnu coupable de tentative d’assassinat avec préméditation sur la personne de Samira Ben Saad.

 

Mael combier

Schéma intégratif de la "motivation"

La recherche d’un schéma intégratif de la « motivation » ainsi que la notion d’ « introjection » sont les 2 sujets que j’ai à cœur et qui me font office de guide line, de fil rouge.

Ce sont des sujets pour lesquels je n’ai de cesse de lire, de me documenter et de m’enrichir.

En ce qui concerne le sujet de la motivation, il est essentiel de répondre à cette question : qu’est-ce qui fait que certaines personnes sont dans l’agir, structurés, pendant que d’autres sont passifs et incapables d'organiser ni de structurer leurs pensées pour tendre vers un objectif ?

Mon souhait était de pouvoir visualiser et de conceptualiser le processus motivationnel, quelques soient l’environnement, l’activité, le domaine. « Intégratif » parce qu’il se veut global et reprend différentes notions de certaines branches de la psychologie.

Aujourd’hui, on ne peut plus se restreindre à défendre sa paroisse sans tenir compte des avancées des autres. Ainsi, un behavioriste ne peut balayer d’un revers de main la psychologie Freudienne et ses 2 topiques, ni les récentes découvertes en matières de neurosciences, la psychologie sociale, la psychopédagogie, la psychologie développementale, la psychologie des organisations, la psychologie familiale, l’éthologie et encore moins les avancées que nous offrent la Synergologie dans la connaissance de la compréhension des gestes.

Ce schéma peut s’appliquer à toute situation pour tenter d’en comprendre les mécanismes (vie quotidienne, sportive, criminelle, management, terroriste…). Même s’il reste à parfaire, il peut être un cependant un bon guide.

 

Description sommaire du schéma

Tout d’abord, la « motivation » part d’un « agent » dans un environnement imposé, choisi ou construit. Un « agent » est une personne qui fait en sorte que les choses arrivent par son action propre et intentionnelle, il est donc acteur de son comportement (vs passif) ! Ce qui ne veut pas nécessairement dire qu'il a les capacités de structurer un plan d'action... mais ça ne veut pas dire non plus qu'il ne peut pas acquérir ces capacités. La visualisation que je propose permet d'identifier l'axe ou les axes à améliorer, mais aussi ceux sur lesquels l'agent peut s'appuyer pour se développer.

Le comportement de cet agent est dépendant d’une causalité triadique réciproque, c’est-à-dire de 3 facteurs de régulations : cognitif (causalité cognitive descendante), affectif (influence de la sensorialité ascendante) et biologique (il existe une corrélation positive entre optimisme et résolution de problème, recherche de soutien social et accent mis sur les aspects positifs de la situation stressante versus pessimisme qui entraîne déni et distanciation).

 

Ainsi peut naître la « motivation » qui se caractérise par 4 critères bien spécifiques :

  1. L’intentionnalité

    C’est avoir la capacité de se représenter une action future (planifier/prévoir).

  2. La pensée anticipatrice

    Les évènements futurs représentés cognitivement vont être des motivateurs mais également des régulateurs du comportement. Plus les objectifs à atteindre sont proximaux et projetés, plus les résultats peuvent être anticipés (versus objectifs distaux).

  3. L’auto-réactivité

    C’est autrement dit l’autorégulation de la motivation, de l’affect et de l’action. Pour se faire, il est nécessaire de faire preuve de réflexivité, c’est-à-dire d’avoir cette capacité à s’intégrer dans le champ de l’observation (auto observation, auto guidance de la performance, auto réaction correctrice). A cela, il existe un mode inhibiteur, garant de l’éthique personnelle, et un mode proactif qui désengage la fonction inhibitrice en déshumanisant la victime, en rendant moralement acceptable une conduite nocive et/ou en déplaçant la responsabilité pour préserver son intégrité.

  4. L’auto réflexion

    C’est la croyance en son efficacité personnelle en termes de défis, d’efforts, de persévérance, de réussites et d’échecs.

    En voici l’illustration :

    Schema integratif motivation

    Sources : "L'imagerie mentale" de Xavier Lameyre - PUF ; "Traité de psychologie de la motivation" sous la direction de Philippe Carré et Fabien Fenouillet - DUNOD ; "Mécanismes de défense et coping" de Henri Chabrol et Stacey Callahan - DUNOD 3ème éd.

 

Instant popcorn : analyse comportementale de Mathieu, invité à « c’est mon choix : je suis un monstre en amour »

Entrée en matière…

Ce cher Mathieu, puisqu’il s’agit de lui, arbore une chemise bleue ciel assez ouverte pour laisser entrevoir un torse… glabre, tatoué… mais pas musclé. Un ego… presque affirmé, pas totalement parce qu’atténué par le tatouage sur son avant-bras droit (il n’y en a pas sur son bras gauche, ce qui aurait véhiculé des valeurs d’identification aux tatouages, de personnification, de symbolisation et qui aurait rendu l’acte plus authentique). C’est un endroit sur le corps qui traduit un désir de protection face à une possible agression extérieure teintée d’un désir d’être un individu dans l’action (vs passivité).

Une ambivalence que nous retrouvons avec les 2 boucles d’oreilles portées, bien que cela soit un attribut plutôt féminin à la base (qu’on le veuille ou non) et les gesticulations pseudo machistes servant – peu ou prou – à l’illustration d’un discours spectaculaire. C’est un sketch… Les coudes sont placés largement loin du tronc (un « i » comme dirait l’autre) avec ce désir inconscient d’occuper le plus d’espace possible (expego : expansion de l’ego). Une attitude d’acteur singée qui surligne de façon outrancière ce qui devrait représenter la masculinité.

Constatons également que ce cher Mathieu est assis en arrière, sur sa droite. Attitude typique de l’esprit qui analyse de façon critique le discours de l’autre afin de pouvoir contre argumenter. Nous sommes bien loin d’une attitude d’Alpha qui serait planté sur ses jambes bien ancrées au sol, les coudes reposant sur ses genoux et le torse bien en avant pour affronter l’adversaire… l’autre.

 

Mais qu’en est-il ?

Au lieu de cela, le jeune-adulte-père-immature à sa jambe droite pliée à 90° et posée sur la gauche, formant ainsi un bouclier sensé le protéger des agressions verbales extérieures.

Attitude défensive donc, voire agressive aussi, lorsque le dos de sa main vient se placer contre sa mâchoire droite.

 

Que devrions-nous attendre d’un Alpha ?

Hormis l’attitude précédemment décrite, nous devrions observer un menton relevé, une personne qui vous parle en vous regardant de façon prédominante avec sa face droite, des sourcils mobiles, des gestes figuratifs et hauts, un discours spectaculaire ou encore un corps tonique et souple.

Nous avons finalement un corps tendu, sur la défensive avec une façon de regarder (son axe de tête donc…) qui traduit tantôt l’esprit critique, tantôt la soumission. Son attitude corporelle illustre un mal être vécu à l’encontre de la gente féminine.

 

Base du profil de Mathieu ?

C’est un orgueilleux immature  qui souffre d’un complexe d’infériorité. Il se place « en-dessous » de la relation avec la femme, si bien qu’il fuit et évite tout conflit en mettant un terme à la relation en premier (fuite et évitement en termes psy). Mathieu a peur de reconnaître ses propres besoins, il veut éviter la banalité et les conflits.

 

Quelle stratégie adopter face à lui ?

Dans une attitude de séduction, le plus simple est de le fuir, de l’éviter ou de ne pas lui accorder le moindre regard. Il faut l’ignorer et faire comme s’il n’existait pas. Ce qui va le pousser à s’interroger sur sa façon de faire et sur son pseudo pouvoir de séduction.

Mais si vous souhaitez néanmoins aller plus loin (chacun ses motivations après tout…), vous devez le faire parler, s’expliquer afin qu’il se dévoile. Ne pas la laisser parler uniquement de vous et de ce que vous espérez.

Bon après, il y a une question de valeurs personnelles qui sont transmises par l’éducation, il y a la maturité… 2 éléments qui lui font crassement défaut ! Quant au fait que ce genre de gars arrive à faire des collections, disons qu’il y a toujours quelque chose qui m’échappe !

 

Le prochain article traitera certainement de la modélisation du comportement, les motivations et ses facteurs…

Bonnes vacances et portez-vous bien !

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=7ipFJHTrup0

 

Mathieu c est mon choix

Etre visible pour exister !

Un changement de paradigme sociétal violent

Les nouvelles technologies ont imprégné les dernières générations qui ont elles-mêmes contaminées leurs parents toujours plus désireux de revivre leur enfance.

La thérapie « spectacle »  a pris le pas sur la thérapie par la parole parce que les résultats peuvent être appréciés quasi instantanément – le besoin d’être a supplanté celui de l’écoute. C’est plus économique psychologiquement. L’existence se théâtralise, elle se met en scène. Chaque individu peut s’octroyer le rôle qu’il souhaite, même si le costume est trop grand.

A bas l’anonymat !

Constatons que la société de l’instantanéité fait fi des repères spatiaux et temporels, alors qu’ils sont des éléments structurants la personnalité. Cette béance spatiale et temporelle induit une pression constante d’une nécessité d’accélération avec un besoin pathologique de résultats. Cette confrontation au stress devient alors récurrente alors que chacun n’y réagit pas de la même façon.

Etre visible, c’est s’imposer de se montrer, de se dévoiler, de livrer au monde son espace intime. La conséquence directe est le développement d’un faux self par lequel l’individu semble s’épanouir et qui devient sa référence comportementale – mais c’est un faux semblant. Un peu comme un comique sur scène s’efforce aussi d’être comique lors d’une interview, d’une émission, parce que c’est le rôle que les autres attendent de lui. Pourquoi ne pas être… lui-même au lieu de répondre à cette injonction paradoxale ? Ce qui n’enlèverait rien à sa prestation scénique bien sûr. Ça pourrait même lui donner plus de densité, de consistance et donc d’intérêt au regard des autres. Vivre sur son faux self, c’est s’enfoncer toujours un peu plus dans les sables mouvants de son angoisse.

L’éducation trop permissive contribue au règne de l’enfant roi qui deviendra un adulte omniscient dans une société immature. Un peu beaucoup comme dans la publicité « à ma guise » : https://www.youtube.com/watch?v=9BEHYi_3N9E

Etre visible, c’est être « tendance », « hypermoderne », c’est absolument devoir appartenir à un groupe et ça passe par des superlatifs, parce qu’être bon ne suffit pas. Il faut être le meilleur et le plus rapide. Un comportement individuel qui fait tâche d’encre et qui se meut en une norme collective (par définition). C’est ubuesque et abscons.

Se démarquer, chercher le buzz et les likes pour trouver une certaine singularité et être reconnu de tous comme tel. Tant pis si cela entraîne des dérives identitaires. Si l’individu est omniscient et se vautre dans l’extimité (versus intimité) qui n’existe que pour tenter de réparer une blessure narcissique. La frontière entre la sphère publique/professionnelle/privée en devient poreuse, voire inexistante.

Pour quels résultats ?

Lorsque ce système de fonctionnement de la personnalité, préconsciente voire consciente, cette adaptation à l’angoisse est créatrice, alors elle est vertueuse. Ca fait naître des émotions, ça cultive et présente un vrai intérêt pour s’enrichir intellectuellement.

Lorsque l’individu s’accommode mal de cette adaptation, qu’elle se trouve forcée, l’angoisse trouve là un terrain fertile. Prenons l’exemple de 2 adolescents dont l’un possède une capacité vocale au-dessus de la moyenne, et l’autre qui aimerait être doté d’une telle faculté. Si le 1er publie une vidéo sur youtube, il est certain qu’il emportera l’adhésion d’un grand nombre d’internaute. Si le 2nd publie une vidéo sur youtube, il est certain qu’il sera pris à partie dans les commentaires de ces mêmes internautes. Le résultat psychologique est facile à prédire et il peut être dévastateur. Vous pouvez faire une translation de cet exemple dans le monde de l’entreprise et du management en particulier. Comme vu plus haut, la gestion du stress est une affaire individuelle. Une personne stressée par la pression (du résultat ou un autre facteur) peut la transformer en stress positif si elle en a les capacités. Le cas échéant, elle fera un burn out ou elle se montrera autoritaire et peu dans le lien avec les autres. Que la personne soit en haut de la pyramide ou à la base, c’est le même processus.

Le burn out systémique ou l’avènement du syndrome post traumatique

Il ne faut pas se voiler la face. La vérité est que les entreprises n’ont pas pris toute la mesure du burn out. Si vous êtes en arrêt de travail, le médecin du travail a pour rôle de statuer sur votre capacité à reprendre l’activité ou non. Si vous pensez que votre employeur va organiser votre retour dans les meilleures conditions, c’est que vous n’avez pas encore fait votre deuil d’utopie positive professionnelle. La société vous le démontre tous les jours, il n’existe qu’un seul temps : celui de l’immédiateté.

Si le burn out est une adaptation face à un stress, il fonctionne de la même façon que le syndrome post traumatique : troubles du sommeil, troubles de l’appétit, reviviscences, pensées intrusives, perte de repères temporels, altération de la personnalité, troubles de l’humeur, culpabilité, honte, dissociation, évitement, repli social… je continue ?

Si la Green Revolution est en marche, alors il serait temps de repenser le système des valeurs actuel.

21911075 p

A la recherche de l'intentionnalité et de l'engagement

La thérapie d’aujourd’hui doit être pragmatique en plus de répondre à un besoin d’écoute du patient. Pragmatique veut dire que le patient vient non seulement pour un échange, mais qu’il  attend également des solutions rapides à mettre en place pour qu’il puisse voir les résultats rapidement. Est-ce que ça veut dire que la thérapie se doit d’être brève ? La mise en œuvre des solutions doit en tous les cas être rapide et un début de résultat visible sur le court terme.

Il est donc primordial de décrypter et d’analyser rapidement la personne, que ce soit dans un contexte thérapeutique que personnel et même professionnel. Que ce soit pour un patient, un manager, un dirigeant de société, un enquêteur de la police/gendarmerie, un professionnel quel qu’il soit, votre conjoint ou votre adolescent. Identifier la motivation grégaire d’une personne va permettre de la faire grandir, de lui donner de la reconnaissance, de la valoriser, de l’aider à atteindre son but en lui faisant adapter ses stratégies comportementales ou son coping face aux évènements stressants.

Ce qui fait la différence dans l’analyse comportementale, à mon sens, c’est la recherche systématique et fondamentale sur ce qui est au commencement de l’action face à un évènement.

Pour ma part, ma démarche consiste à identifier des marqueurs gestuels et psychologiques pour tenter de remonter jusqu’à la source, consciente ou inconsciente, de l’action. Quels gestes la personne fait lorsqu’elle est dans telle interaction ou lorsqu’elle parle d’un sujet spécifique ? Quels sont les mots qu’elle emploie ? L’ensemble de ces interrogations génère un questionnement socratique que j’aurais avec la personne.

Pour arriver à cette identification de la motivation grégaire, l’intention et l’engagement sont les deux déterminants incontournables de l’action. Ils peuvent être inconscients, on parle de mécanismes de défense, ou conscients, on parle alors de coping. « Les mécanismes de défense sont considérés comme des traits de personnalité et les processus de coping comme des états liés à la situation. » Les mécanismes de défense sont principalement mis en œuvre pour lutter contre les pulsions, leurs représentations et leurs affects. Le coping est la cognition derrière les moyens utilisés pour faire face à une situation.    

Gardons à l’esprit, pour mener à bien cette quête du « vrai self », de l’authenticité, c’est que les individus prennent en considération les implications de leurs actions avant de s’engager dans un comportement donné, que ce soit conscient ou inconscient (et j’insiste exprès).

En psychologie, l’intentionnalité se définit comme une « relation active de la conscience à un objet existant, adapté à un projet. » La conscience est la capacité à se représenter mentalement un objet et de pouvoir le restituer verbalement. L’objet peut être interne ou externe. Interne, c’est la représentation intériorisée que la personne se fait de son environnement, qui lui est qualifié d’objet externe. « Environnement » dans le sens large puisqu’il peut s’agir d’une personne ou de toute chose inanimée. Ce qui est primordial dans cette définition parce que ça qualifie le sens donné à l’intention, c’est la notion de « projet ». Il fait écho fatalement à un manque, à un besoin grégaire, primaire, originel.

Pour bien appréhender ce qu’est le comportement, nous pouvons dire qu’il est la conséquence de trois facteurs :

  • L’intentionnalité,
  • L’habitude,
  • La présence de conditions qui facilitent ou qui empêchent le comportement.

Pour ces deux derniers facteurs, il n’est pas nécessaire que je développe. En revanche, l’intention se définit par quatre facteurs très clairs et qui sont d’une importance capitale dans la quête du projet que l’individu porte, en passant ou non à l’action :

  • Une composante cognitive et affective qui génère une analyse subjective des avantages et des inconvénients de l’adoption du comportement, mais également à la prise en compte de la réponse émotionnelle inhérent à l’adoption du comportement,
  • Des croyances normatives qui renvoient aux attentes que la personne a, par rapport à un groupe de personnes référentes, ou une seule personne référente, qui approuveront ou non l’adoption du comportement,
  • Des croyances aux rôles sociaux, c’est-à-dire le degré auquel la personne perçoit qu’il est opportun ou approprié de réaliser le comportement au regard des personnes qui ont une position sociale similaire,
  • Les convictions personnelles.

Ce dernier facteur a également son importance dans la mesure où il fait appel à l’intensité de l’engagement que l’on mettre dans l’adoption du comportement. Qu’est-ce que l’engagement si ce n’est de se reconnaître libre ou non de faire quelque chose et d’en assumer la signification ?

Plus le projet derrière le comportement est important, que ce soit en termes de besoins/manques que de conséquences et de coûts, plus l’engagement sera important.

Plus le comportement sera visible socialement, plus l’engagement sera important.

Toutes les raisons motivationnelles externes désengagent, comme faire miroiter une récompense ou menacer d’une punition ne fonctionnent pas ! Ce ne sera que du renforcement positif ou négatif mais jamais la personne ne sera engagée de manière intensive (avis aux managers et aux parents…).

En revanche, la moindre raison intrinsèque a un pouvoir intense d’engager la personne à adopter un comportement, quel qu’il soit, dans la mesure où la personne nourrit un besoin de reconnaissance et d’inclusion. C’est le cas lorsque la personne est convaincue que si elle se transforme en bombe humaine, elle recevra l’Amour éternel de Dieu. C’est aussi le cas lorsqu’un parent explique à son enfant que l’effort est souvent récompensé et vient enrichir l’image de soi.

Analyser les comportements, c’est qualifier l’intention et l’intensité de l’engagement que l’on met à adopter un comportement. Cela a un impact significatif quant à la responsabilité d’une personne dans n’importe quel contexte professionnel ou personnel.  Mais cela a aussi le privilège de rendre la communication interpersonnelle plus fluide, plus authentique et certainement plus bienveillante (bien que ce mot commence à être galvaudé). Enfin, analyser les comportements permet de se donner assez de recul face à une situation pour pouvoir en anticiper les conséquences.

 

Strategie

Références :

« Mécanismes de défense et coping » - Chabrol et Callahan – Dunod, 3ème éd.

« La soumission librement consentie » - Joule et Beauvois – PUF 2009.

« De l’acte à la pensée » - Henri Wallon – Flammarion 1970.

« Stratégie de la thérapie brève » - Watzlawick et Nardone – Seuil 2000.

Que nous apprend Milgram sur l'obéissance ?

L’obéissance à l’autorité (Milgram, expériences effectuées entre 1950 et 1963)

 

Découverte : La propension extrême des adultes, hommes ou femmes, à la soumission quasi inconditionnelle aux ordres de l’autorité. Son point de départ se situe à l’apparition de la division du travail (début 20ème).

57% des sujets obéissent s’ils ne sont pas en contact avec la victime.

30% des sujets obéissent s’ils sont en contact avec la victime.

L’obéissance à l’autorité, souvent prônée comme une vertu, revêt un aspect bien différent quand elle est au service d’une cause néfaste.

Ceux qui ont administré des chocs électriques à la victime l’ont fait, non pour assouvir des tendances agressives, mais parce que l’idée qu’ils avaient de leur obligation les y contraignaient moralement. Rares sont ceux qui possèdent les ressources intérieures nécessaires pour lui résister, parce que toute une gamme d’inhibition s’oppose à une éventuelle révolte.

 

Qu’est-ce qui contraint le sujet à rester à l’état de soumission (agentique) ?

  • Désir de tenir sa promesse, la politesse, l’engagement moral pris,
  • Préserver la relation, désir de se montrer à la hauteur qui s’accompagne d’une diminution sensible de la préoccupation de l’éthique morale,
  • Se concentrer sur les caractéristiques techniques immédiats pour perdre de vue les conséquences lointaines,
  • La normalisation de l’acte par sa continuité.

Ainsi, chaque sujet inhibe son fonctionnement autonome et il devient alors un autre individu qui accepte le contrôle total d’une personne ayant un statut plus élevé.

 

Quel est le processus de l’obéissance ?

  • Elle est transmise par l’éducation,
  • Les agents sociétaux, dès que l’enfant sort du cocon familial, il est transféré dans un système d’autorité institutionnel dans lequel la soumission est indispensable, explicite ou implicite à une entité impersonnelle,
  • La structure de récompense/châtiment,
  • La perception de l’autorité qui doit être « légitime »,
  • « L’idéologie » de la situation,
  • La responsabilité redirigée. Le sujet se sent engagé vis-à-vis de l’autorité mais pas responsable du contenu des actes que celle-ci lui prescrit.

 

Comment expliquer la baisse de l’obéissance à mesure que la victime se rapproche ?

  • L’empathie du sujet envers sa victime,
  • Agrandissement du champ cognitif, il est plus difficile de faire abstraction de la victime,
  • La proximité génère une inhibition passive, de la honte et de la culpabilité, contrairement à l’éloignement qui provoque un rapprochement entre le sujet et la personne représentant l’autorité,
  • Conscientisation des causes et des conséquences.

Le seul danger qui menace le fonctionnement d’un système hiérarchisé, c’est la possibilité que la défection d’un de ses éléments en entraîne d’autres, d’où la nécessité de l’isoler et de la punir sévèrement.

 

Faire la différence entre « obéissance » et « conformisme »

L’obéissance survient à l’intérieur d’une structure hiérarchisée alors que le conformisme détermine la conduite parmi des gens de statuts égal (avec souvent une pression implicite du groupe).