duflot

Bourdin Direct, invitée Cécile Duflot - 1er/sept 2014

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/replay/bourdin-direct/

Cécile Duflot, députée EEL de Paris, bénéficie seulement de 7,7% d’opinions positives (source : Linternaute.com).

Voici l’analyse de son langage corporel lors de son interview face à Bourdin, avec le time code puis l’explication qui lui est associée.

16 sec. A peine le temps de dire « bonjour » que je remarque l’air circonspect de l’ancienne ministre (axe de tête sagittal neutre, penché sur la droite qui regarde Bourdin avec l’œil gauche). Remarquez également son hémi visage gauche plus contracté que le droit.

28 sec. Le buste de Duflot est penché vers l’avant et traduit son envie d’échanger, de communiquer. Mais cet élan est tempéré par son épaule gauche qui devance son corps et refreine ses ardeurs. Elle veut échanger mais elle est plutôt hésitante face à cet interlocuteur à la réputation frustre.

Ses mains sont l’une contre l’autre, les doigts entrelacés avec une certaine pression qui montre son inconfort.

35 sec. « Souhaitez-vous la réussite du gouvernement ? » demande Bourdin tandis que Duflot opère un retrait immédiat du buste pour prendre de la distance face à cette attaque frontale. La députée ne souhaite pas de confrontation directe parce qu’elle ne la maîtrise pas.

44 sec. « Je ne crois pas en la politique qui est menée » avoue-t-elle la main droite sur son buste qui confirme et rend son propos cohérent. Elle dit la vérité, elle est sincère tout en étant dans le contrôle (main droite active).

1’20 min. Duflot déroule tranquillement son discours mais c’est sans compter sur Bourdin qui va revenir à la charge. Il veut plus de tranchant comme le disent ses mains dont les paumes se font face et décrivent un mouvement de haut en bas.

1’46 min. « Les solutions que nous apportons », propos que Duflot place à sa gauche pour nous montrer qu’elle y croit. Ensuite, vient un thème qu’elle affectionne : la transition énergétique. Elle l’aborde avec sa main gauche active qui est la main de la spontanéité.

Je note étrangement que depuis que l’interview a commencé, Duflot a une voix chevrotante…

2’10 min. « Les usines se délocalisent vers la Roumanie » dit-elle en plaçant ces propos à droite, elle ne s’inscrit pas dans cette politique.

2’27 min. « Septembre, octobre, vote de confiance, vous voterez contre ? » demande Bourdin, Duflot se replace buste en avant mais toujours épaule gauche devant. Elle a du mal à s’imposer lorsqu’une question semble l’interpeller personnellement. Sa réponse est donc évasive et Bourdin s’infiltre dans l’ouverture. C’eut été différent si la réponse de la députée eut été plus claire et franche, moins hésitante donc…

3’10 min. Moment clé pour moi, c’est la 3ème fois que Bourdin reformule la question dont il voudrait une réponse positive ou négative. Si Duflot avait répondu avec le buste bien en avant ou penché sur sa droite, sa réponse aurait été plus claire et elle se serait épargnée ce moment stressant. Elle ne sait plus comment se faire entendre durant ce face à face.

3’20 min. jusqu’à 4’10 min. Ca y est, l’ancienne ministre déroule et se remet dans l’axe droit et l’explication est plus posée. L’effet est direct sur Bourdin qui se replace même sur sa chaise.

6 min. Je me fais cette même réflexion à propos de cette voix chevrotante qui pollue son message, son discours. Ca traduit un stress négatif, un inconfort qui est une variation de la tristesse. J’aurais bien voulu creuser la question…

6’15 min. « Dissolution » placée à sa droite, ce n’est pas l’option qu’elle choisirait mais plutôt « tous les parlementaires derrières le président » qu’elle place à sa gauche (ça tombe bien).

7’05 min. « J’ai entendu le ministre de l’intérieur dire quelque chose comme : on la ferme et on redresse la France », voilà un beau bâton pour se faire battre qu’elle tend à Bourdin qui ne s’y trompe pas.

7’15 min. Réaction de Bourdin et Duflot ne sait pas comment s’en sortir.

7’19 min. Son index vient même sortir de son oreille droite la question qu’elle ne souhaitait pas que Bourdin lui pose. Puis elle replace une mèche de cheveux derrière son oreille pour se recadrer.

8’37 min. Duflot s’accroche à la table des 2 mains, le navire tangue à cause des vagues Bourdin.

13’13 min. A propos de l’affaire Cahuzac, le buste bien en avant avec la main droite levée, index et pouce joints : enfin de la rebellion : «laissez-moi terminer ! » lui assène-t-elle.

15’29-20’08 min. Le bateau tangue à nouveau, Duflot se cramponne à la table en se donnant de la hauteur pour sortir la tête de l’eau. Elle se reprend et déroule avec véhémence lorsqu’un sujet comme la politique sur l’immobilier est abordé.

Duflot a manqué de percussion dans sa posture, de combativité et cela transmet un message peu clair au téléspectateur. Elle renonce au combat avant même de le commencer. Bourdin en a profité pour muscler davantage son interview. Il s'est inconsciemment adapté. Sa position dominante est renforcée par une gestuelle franche, directe, une voix grave qui en impose toujours. Pour pousser un peu plus son invité dans le rouge, Bourdin aime couper la parole.

Alors comment l’a jouer face à lui ?

Une voix posée, calme et ferme.

Un rythme de phrasé soutenu mais contrôlé.

Un buste penché en avant voire penché sur la droite (agressivité).

Ne pas renoncer à la fin de ses phrases parce que ce n’est pas à Bourdin que l’invité s’adresse finalement, mais au téléspectateur. Lui ne fait « que » son job.

Enfin, le piège Bourdin ne vise qu’à obtenir des réponses manichéennes : « oui/non », à l’invité de ne pas tomber dedans…

Voilà pour cette interview, si à votre tour vous souhaitez un debrief sur une de vos interventions et vous appuyer sur votre langage corporel pour renforcer votre discours, contactez-moi.