gratter la tête

Ces gestes qui parasitent le discours

Lorsque nous discutons avec  une personne, il est fréquent d’observer subrepticement des gestes qui semblent être effectués sans rapport avec la conversation et de façon inconsciente. Nous n’y prêtons pas vraiment attention, c’est tout juste si nous les remarquons et puis plus rien.

Un bref instant, notre esprit est alors détourné à cause de ces petits gestes qui viennent parasiter la conversation.

Mais ces gestes sont-ils aussi innocents qu’ils en ont l’air ?

Ces gestes sont des micro-attitudes, ils se caractérisent par l’intervention de la main sur le visage ou sur le corps.

Il y a 3 types de micro-attitudes :

-          La micro-fixation qui exprime une concentration totale ou un laisser-aller. Le corps est généralement immobile.

-          La micro-caresse qui elle exprime soit le désir non-conscient d’adresser la caresse à l’autre, soit à soi-même.

-          La micro-démangeaison, objet de cet article, qui exprime soit une contradiction entre nos pensées et nos actes, soit un décalage entre nos désirs et ce que nous projetons.

Voici 3 exemples de zones que nous pouvons voir gratter (micro-démanger) durant une discussion : l’oreille, l’arrière de la tête et la gorge.

1)      L’oreille 

La personne se gratte l’intérieur de l’oreille parce que mes propos la dérangent. Elle n’a pas envie de les entendre alors elle les extrait de son oreille en la grattant. C’est le cas lorsque vous rentrer chez vous et que vous racontez un évènement qui s’est déroulé pendant la journée. Cependant  votre conjoint se gratte l’intérieur de l’oreille tout en vous écoutant, vous pouvez alors remettre à plus tard votre anecdote, votre conjoint n’a pas envie de vous écouter.

La personne se gratte le haut du pavillon ? Les propos évoqués semblent compliqués mais elle écoute quand même parce que ça la concerne.

La personne se gratte l’arrière de l’oreille ? Ces propos sont indiscrets, elle ne souhaite pas poursuivre dans cette direction.

La personne se gratte le lobe de l’oreille lorsque ces propos la titillent, l’agacent.

2)      L’arrière du crâne

Cette partie est relative à un problème jugé complexe. Si la personne se gratte côté extérieur gauche, alors le problème est anecdotique et la solution devrait être trouvée. Côté extérieur droit, la solution va être plus difficile à trouver.

3)      La gorge

Elle sert à la communication, la gratter c’est vouloir réagir à des propos qui énervent. La réaction va se faire si le menton est relevé, elle est latente si le menton est bas.

J’apporte néanmoins une subtilité : si la personne est physiquement et mentalement présent avec vous dans l’échange, alors c’est bien l’objet de votre propos qu’elle perçoit négativement.

En revanche, il se peut que la personne soit « ailleurs » mentalement, alors il y a fort à parier que ce n’est pas à votre propos auquel elle réagit, mais à ce à quoi elle pense au lieu de vous écouter. Pour s’en assurer, vous devez observer si elle cligne des yeux, preuve qu’elle participe activement à la conversation. Si tel n’est pas le cas ou très peu, ou que son regard n’est plus connecté au votre, alors c’est que la personne a décroché et qu’elle n’est plus avec vous.

Vous pouvez également la questionner pour en avoir le cœur net et ceci fait, recentrer la conversation ou prendre congés.