Le regard vaut tous les mots !

Certains témoignages nous interpellent sans que l’on ne sache vraiment pourquoi. Ils nous touchent par le processus identificatoire, par la véracité et l’intensité de l’émotion qu’ils véhiculent.

Aujourd’hui dans les médias, la publicité est interdite. Dès lors, certaines images peuvent être inversées, ce qui rend la perception de la situation, de l’émotion, différente. En quoi est-ce réellement important ? Eh bien parler de sa main gauche implique l’activation d’un hémisphère du cerveau différent de celui de la main droite. L’incidence quant au rapport de la personne à l’événement est grande. Soit l’individu est concerné à titre personnel, soit il pose une distance, ce qui implique une volonté de contrôle de son discours. Et donc, la perception que l’on aura du témoignage sera différente.

C’est la même chose avec le regard. Par exemple, lorsque vous vous remémorez un souvenir, votre regard s’oriente immédiatement vers la gauche. Alors que si vous cherchez des arguments, il partira vers la droite. Cependant, certains ressentis, certaines émotions, certains rejets sont si forts que le regard de la personne contredit la logique précédemment décrite… Voyons cela plus en détails avec le témoignage d’Ivo Magalhaes, le pompiste qui a été braqué par les frères Kouachi.

Dans celui-ci et au premier visionnage, j’ai été interpellé par certains regards qui partaient sur sa droite, bien qu’il évoquait des souvenirs. J’ai demandé confirmation au journaliste concerné si certaines images avaient été inversées, ce qui n’était pas le cas. Il me fallait donc reprendre séquence par séquence…

Tout d’abord, ce qui apparaît d’Ivo Magalhaes, c’est son regard hébété, les yeux grands ouverts avec des clignements de paupières appuyés. Dès les 1ères secondes, je constate une mise à distance de l’événement par l’élévation de son sourcil droit, puis gauche.

A 33 sec., son œil droit cligne très rapidement 3 fois lorsqu’il évoque « qu’il reste encore des douleurs internes. » Cligner 2 voire 3 fois très rapidement sur le même temps se fait lorsque la personne parle d’un sujet négatif.

Plusieurs fois au long de l’entretien, Ivo Magalhaes lève sa lèvre supérieure droite, ce qui traduit un réel mal être lié à un évènement extérieur : « tous les matins je me réveille, je pense à ça, j’ai les images qui me reviennent tous les jours. »

A 49 sec., lorsque la journaliste lui demande de quelles images il s’agit, le regard d’Ivo Magalhaes part sur sa droite, ce qui peut paraître totalement incohérent, sauf si on considère qu’il rejette ces images traumatisantes pour lui. Son regard les revoit, les fixe et les saisit pour les rejeter à l’extérieur de sa bulle, donc sur sa droite. D’ailleurs, 10 sec. plus tard, Ivo Magalhaes cherche ses arguments pour justifier le délai de 4 ans pour se décider à écrire un livre. Là, son regard part bien à droite mais dans un futur cognitif, il cherche ce qu’il va dire.

Ce rejet constaté par ce marqueur gestuel qu’est le regard, est systématiquement sur tous les termes qui concernent le braquage dont il a été victime : « il n’ a pas eu véritablement de suivi (1min. 54) » ; « l’aide qu’on aurait pu m’apporter pour la reconstruction, sans avoir certains déclics que j’ai prononcé dans le livre (2min. 06) ; « j’ai été livré à moi-même, je me suis retrouvé seul, même pour partir des lieux, il fallait que je bifurque… des chemins de traverses (2min. 47). »

Puis à partir de 5min. 23sec. jusqu’à 6min. 11sec., ce ne sont pas moins de 15 regards rapides jetés sur sa droite, sur des mots tels que « douleur » ou « ressenti. »

 

Un hémivisage gauche inexpressif, un regard exorbité qui rejette hors de sa bulle chaque mot/image qui ont un rapport au braquage : le trauma est toujours vif !

 

Ivo magalhaes

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=EulxShVgkNo

 

communication synergologie communication non verbale interview émotion stress

Ajouter un commentaire