"Non", ça veut dire non

« Non, je préfère décaler le RDV à une autre date… »,

« Non, je souhaite plutôt cette table là-bas… »,

« Non, je n’ai pas envie de venir, je préfère rester seul… »,

« Non, je n’aime pas ce plat, je le trouve trop … ».

 

Il existe une foultitude de moments au quotidien où nous devrions dire « non », que ce soit dans notre vie personnelle ou professionnelle.

Pourtant, nombreux sont ceux qui ne savent pas comment refuser.

 

Pourquoi est-ce si difficile de dire « non » ?

 

Parce que nous n’osons pas nous mettre en avant, nous avons peur de nous affirmer.

Parce que nous avons peur du conflit, de décevoir, de blesser. Le « non » est empreint de négativité (si, si…) et il implique un manque de considération, voire une volonté de nuire et comme nous sommes très regardant sur l’image de nous-même que nous renvoie l’autre, nous préférons un « oui » pour faire plaisir mais qui nie nos valeurs/envies/besoins.

Justement, notre besoin d’inclusion, d’appartenir à un groupe fait que si nous refusons, nous pourrions en être exclu, ce qui serait blessant, peu valorisant. Nous nous retrouverions seuls, ce qui serait contre-nature et être seul, c’est être mort.

 

Existe-t-il une façon de dire « non » ?

 

Du côté du langage verbal, il existe une foultitude de manières de dire « non ».

En premier lieu, il est nécessaire de bien comprendre la situation dans son ensemble, avant d’exprimer le refus. Est-ce que la situation est engageante ? Est-ce qu’elle peut être nous être bénéfique ou est-elle contraire à nos valeurs/envies/besoins ?

 

Ensuite, la justification du refus comme de s’excuser de dire « non » induisent le doute et ne sont pas à conseiller. L’autre peut vous voir comme une personne peu sûre d’elle, peu déterminée et ainsi sur laquelle il ne peut pas compter.

Lorsque vous êtes en accord avec vous-même et que vous exprimez votre refus, préférez verbaliser l’émotion qui vous amène à dire « non ». L’autre sera ainsi à même de comprendre votre position. De votre côté, ce qui est à l’extérieur n’est plus à l’intérieur, c’est du stress et des ruminations en moins.

La communication non violente est un moyen efficace pour positiver votre « non ». Elle vous fera gagner en estime de soi. Ainsi, reformuler les faits, verbaliser votre émotion, exprimer votre besoin simplement et faire une demande concrète et positive vous fera sortir la tête haute de l’échange.

 

Par exemple : la mère d’un enfant lui dit « lorsque tu laisses tes jouets dans le salon au lieu de les ranger dans ta chambre, je suis de mauvaise humeur car j’ai besoin de plus d’ordre dans les pièces que nous partageons. Je te remercie de bien vouloir ranger tes jouets dans ta chambre ».

 

Du côté du langage non verbal, rappelons-nous que les gestes sont préverbaux, voire coverbaux. Les gestes que vous faites pour signifier le refus sont miconscients, vous en prenez conscience si vous faites un léger retour sur vous, soit au moment même où vous les faites, soit juste après.

 

Quels sont-ils ? Au niveau des membres, les gestes les plus clairs sont ceux effectués avec la ou les mains. Ainsi, la (les) paume(s) seront placés devant et face à l’autre. Un peu comme un panneau « stop ». Toujours avec la (les) main(s), si vous exécutez un geste de balayage de l’intérieur vers l’extérieur, cela signifiera le « rejet ». Celui-ci peut également être signifié par votre index (droit ou gauche, au niveau latéral) qui va réaliser une espèce de pichenette en partant de la base du nez vers l’extérieur (devant vous notamment) dans un mouvement vif.

 

Au niveau du visage, le « non » que nous appelons authentique (c’est-à-dire celui qui est pensé en respectant ses valeurs et sans vouloir faire plaisir à Pierre, Paul ou Jacques) se fera de la gauche vers la droite.

 

Mais allons un peu plus loin…

 

Dans nos relations au quotidien, nous recherchons à satisfaire 2 besoins indispensables à notre estime de soi :

- nous sentir aimés (appréciés, sympathiques, populaires, désirés, etc…),

- nous sentir compétents (performants, doués, habiles, etc…).

Ces 2 besoins doivent être satisfaits pour être efficaces.

 

Lorsque nous avons une estime de soi plutôt basse, nous sommes moins orientés vers l’action, donc nous « réussissons » moins que ceux qui entreprennent. Alors nous doutons et notre estime de soi reste inchangée.

Malgré tout, lorsque nous réalisons une action, un projet et que nous sommes confrontés à un échec (ça arrive…), nous nous dévalorisons et notre estime de soi en prend un coup.

 

Lorsque nous avons une estime de soi plutôt haute, nous sommes plus orientés vers l’action, donc nous « réussissons » plus que ceux qui entreprennent moins (forcément). Alors nous nous félicitons et nous alimentons notre estime de soi.

Malgré tout, lorsque nous sommes confrontés à un échec, nous relativisons et notre estime de soi se maintient.

 

Mais au fait, c’est quoi l’estime de soi ?

 

L’estime de soi se compose de 4 critères qu’il est nécessaire d’alimenter grâce à des expériences à positiver :

 

- ce que je vaux intrinsèquement (mes ressources, mes qualités),

- le respect que je m’accorde,

- l’acceptation du regard des autres,

- l’acceptation de ses erreurs.

 

Positiver des expériences c’est accumuler des petites actions qui nous mettent en avant et grâce auxquelles nous devons nous auto-congratuler-féliciter !

Parce que ça fait du bien et que nous le valons bien !

 

Alimenter correctement et régulièrement l’estime de soi (et par extension notre confiance en soi), nous sommes ainsi parés pour un « non » déterminé, serein.

 

Gardons à l’esprit qu’un échange authentique se fait sur 4 attitudes fondamentales : B. A. R. E.

 

- Bienveillance, parce que c’est l’ego mal placé qui est source de conflit,

- Assertivité, parce que je pense ce que je dis,

- Réflexivité, parce que j’écoute l’autre et que je n’exclue pas qu’il ait raison,

- Empathie, parce que je n’ai pas à juger l’autre.

 

Message important à tous ceux qui fonctionnent sur un mode machiste (déf. L’internaute.com : « se dit d’un homme qui se croit supérieur aux femmes et qui le fait ressentir dans son comportement ») :

 

pour TOUTES les femmes, NON ça veut dire NON !

 

 

Savoir dire non

 

Réf. : Will Schutz « L’élément humain » - InterEditions ; C. André et F. Lelord « L’Estime de soi » - Odile Jacob ; Marshall B. Rosenberg « La communication Non Violente au quotidien » - Jouvence

 

 

synergologie communication non verbale communication non violente savoir dire non

Ajouter un commentaire