Théo Padnos : ex otage d'Al Nostra. Décryptage

Théo Padnos, américain de 46 ans, prisonnier pendant 2 ans du front Al-Nostra, la branche syrienne d’Al-Qaïda.

 

Ce témoignage est rare, riche en informations et en émotions.

Plutôt que de lister de façon académique la pléthore de gestes et leurs significations, analysons la vidéo sous le triptyque suivant :

 

- l’envie de témoigner,

- la tension palpable,

- le souvenir/la bulle.

 

Témoigner

Nous pouvons observer que Théo Padnos exprime son envie de communiquer sur son expérience d’otage. Les gestes effectués avec les mains, que ce soit individuellement ou ensemble, illustrent bien ce désir.

A 12 sec. lorsque la main gauche vient gratter la nuque alors que la main droite exprime le rejet.

A 2 min. 17 sec. lorsque la main gauche vient placer les cheveux derrière l’oreille, pour se recadrer et revenir dans l’échange.

La mobilité des sourcils est également un bon indice de cet état d’esprit. Ils se lèvent, s’écarquillent dans une volonté de communiquer, de faire partager.

 

Pour rester sur la zone du visage, les expressions faciales sont les premières à transmettre l’émotion. C’est le cas avec la peur lisible sur le visage de Théo Padnos, à 28 sec.

Mais c’est encore plus le cas avec la cognition incarnée qui est ce moment où la personne revit et mime l’action avec son corps (26 sec. et 33 sec.).

 

Le corps tendu

Il n’en demeure pas moins que le corps est sous tension et qu’il le montre. C’est notamment perceptible lorsque le buste se retire vers l’arrière, pour manifester son envie de fuir l’échange (1 sec.), lorsque les lèvres se mordillent (2 sec.), ou encore lorsque la bouche se pince pour retenir des propos (30 sec. et 53 sec.).

L’axe de tête nous signifie la rigidité et la vigilance qui contribuent à ce corps tendu, comme c’est le cas avec l’axe latéral droit et l’axe rotatif droit qui sont fréquents, tout au long de ce témoignage.

 

Retour dans sa bulle

Enfin, ce qui est particulièrement touchant, c’est l’émotion pudique qui transparaît derrière un clignement d’yeux plus long que d’ordinaire (2 sec.), un regard qui s’abaisse vers sa gauche pour se remémorer les tristes faits (1 sec., 5 sec., 30 sec.), revenant ainsi dans sa bulle.

 

Si je devais choisir une image illustrant cette séquence, ce serait celle-ci :

 

Theo padnos

 

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=f-7rPLoRAkk

 

J’en profite, en cette fin d’année qui approche à grands pas, pour vous remercier de me lire. Vous êtes toujours plus nombreux, canadiens, américains, anglais, espagnol, africains et même français à lire mes articles. Ca me fait plaisir et c’est stimulant.

J’en profite également pour remercier ma relectrice et correctrice, Sophie, qui subit mon immédiateté depuis fort fort longtemps et qui fait en sorte de rendre mes articles lisibles/compréhensibles par le plus grand nombre.

 

A très bientôt

 

 

communication communication non verbale interview émotion

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau