Meurtre de Bastien, 3 ans

Voici le lien vers la vidéo de l’interview de la mère de Bastien, mort après avoir été placé dans une machine à laver en fonctionnement durant 1heure. Sa mère est poursuivie par la Cour d’Assise de Melun pour complicité de meurtre.

 http://videos.leparisien.fr/video/meurtre-de-bastien-3-ans-le-temoignage-exclusif-de-la-mere-07-09-2015-x35dnzp

La vidéo dure un peu plus de 4 minutes, en extérieur, je n’ai pas d’indice visuel qui me porte à croire que l’image a été inversée par le réalisateur (ce qui fausserait une partie des items, notamment celui du regard).

Ma question qui est ma base d’analyse est : quel a été le rôle effectif de la mère ? A-t-elle eu un comportement actif ou passif face à l’horreur commise par son compagnon sur la personne de son fils ?

6 sec. : je remarque au préalable un hémi visage gauche plus contracté, plus tendu que le droit que je trouve pour le coup moins expressif. Pour rappel, l’hémi visage gauche renvoie à ce qui est de la sphère personnelle et le droit à ce qui est de la sphère extérieure.

Je remarque également que son épaule droite est plus haute que la gauche, ce qui traduit un désir de séduire la caméra (les jurés ?).

13 sec. : « je suis rentrée de l’école avec les 2 petits… » dit-elle avec le regard bien en face de la caméra alors qu’on pourrait s’attendre à un regard en Passé Emotionnel (dirigé vers le bas à gauche). On pourrait s’attendre également à ce que son visage soit plutôt baissé, alourdit qu’il serait par le poids de la tristesse… mais non.

20 sec. : elle a des propos retenus avec la bouche pincée, les lèvres vers l’intérieur. La mère sort une langue de « délectation » ou de « vipère »… ? elle en fera encore beaucoup d’autres au cours de l’interview. Vous remarquerez également qu’elle cligne très très peu des paupières, environs 10 par minutes alors que la moyenne (hors stress positif ou négatif) est de 20 clignements par minutes. En phase de stress, vous multipliez par 2,5 le nombre de clignements par minutes… elle en est très loin !

38 sec. : « il a pris le petit pour l’amener dans la salle de bain, je pensais que c’était pour lui faire prendre une douche. » Son regard est en Futur Cognitif… elle construit sa réponse alors qu’elle devrait se rappeler avec son regard dirigé en Passé Emotionnel. Ce n’est pas cohérent.

1’24 : sur le mot « aider » en référence à son statut de complice, la mère fait à nouveau une (ROBLO) langue de « délectation » ou de « vipère ».

1’30 : « j’ai tenté de sauver mon fils » dit-elle mais elle ferme tout de suite la bouche. C’est ce que nous faisons lorsque nous ne souhaitons pas en dire d’avantage de peur de faire des révélations malencontreuses. A la place des avocats, je questionnerais plus en détails à ce propos.

1’40 : « pendant 1h, qu’avez-vous fait ? – j’ai essayé de sauver mon fils » fait-elle avec une micro démangeaison de son index droit en N3P2 (narine extérieure gauche). Cette micro démangeaison traduit un décalage entre ce qu’elle « voit » et ce qu’elle « sent » (au niveau personnel). A la place des avocats, je questionnerais également beaucoup sur ce point.

1’43 : regard en Futur Cognitif sur « enlever de la machine », ce regard est encore incohérent.

1’54 : « que la vérité sorte » dit-elle avec une nouvelle langue de « vipère » ou de « délectation » (désolé je n’arrive pas à me positionner sur ce point).

2’ : « il faut qu’il puisse dire la vérité (son compagnon) », avec une bouche en « huître » qui indique des propos retenus.

2’14 : nouvelle langue de « vipère/délectation » avec un regard en Passé Cognitif sur « oui, mon compagnon était souvent violent avec lui ». Pourquoi en Cognitif et non en Emotionnel. Avec un tel drame qui est arrivé à son propre enfant, je suis très étonné du manque d’émotivité de cette mère.

2’28 : « c’était pas tous les jours qu’il le tapait » dit-elle avec le regard à nouveau en Futur Cognitif… elle construit à nouveau sa réponse. Il faudrait se demander à ce stade de l’interview si son but n’est pas de « charger » son compagnon ? Néanmoins les dents du bas sont visibles et traduisent de la peur, ainsi je suis certain que cette peur est dirigée vers lui et elle est sincère (pour le coup).

2’31 : « presque tous les jours » avec une bouche en huître qui vient clore la phrase toujours dans l’optique d’en dire le moins possible.

2’43 : « il reproduisait ce que son père faisait à la maison » fit-elle avec son regard dirigé vers la caméra (c’est la 2nde fois). Ce n’est pas sans rappeler un réel désir de vérifier si ce qu’elle dit a un impact sur le spectateur… (n’est-ce pas Mr Clinton…).

2’57 : visiblement la mère est mal à l’aise lorsqu’elle évoque sa fille. Sa main droite nous indique qu’elle contrôle son discours alors que sa main gauche s’entortille avec son sac, trahissant un fort inconfort.

3’20 : « vous étiez heureuse ? – non » et un vrai « non » fait de la tête dont le mouvement s’initie bien sur sa gauche.

3’21 : amusez-vous à scinder l’écran en 2, au niveau du nez et sur l’horizontal. Cacher le bas, le haut exprime la peur. Cacher le haut, le bas exprime la joie avec un sourire… feint bien sûr.

Quel rôle la mère de Bastien a-t-elle tenu au moment du drame ?

Son langage non verbal laisse apparaître beaucoup d’incohérences avec son discours. Tout n’est pas dit, encore moins la vérité quant à son action réelle. S’il est primordial que les avocats la questionnent plus dans le détail que cette interview ne le fait, je suis très étonné du manque d’émotivité qu’elle laisse transparaître face au meurtre abjecte de son fils. Cependant, la peur qu’elle ressent face à son compagnon violent l’a certainement empêchée de jouer un rôle plus actif dans la tentative de sauver son fils. Ainsi, nous comprenons mieux son désir de « séduire » la caméra (les jurés) et de vouloir  « charger » son compagnon.

 

 

 

 

meurtre actualité émotion communication non verbale synergologie

Commentaires (3)

Elodie
  • 1. Elodie | 11/09/2015
Même si le non-verbal est utile et réel...il ne faut pas non plus exclure le fait que c'est simplement une psychopathe...et on sait que les psychopathes n'ont pas d'empathie ou alors très peu. Elle n'a pas peur de son conjoint car elle est complice. Elle peut faire partie de ceux qui se délectent de la souffrance des autres sans en être le responsable direct.
frantz-bagoe
  • 2. frantz-bagoe (site web) | 06/11/2015
Bonsoir Elodie et pardonne ma réponse très très tardive...
ton commentaire est intéressant dans la mesure où tu perçois la mère comme une psychopathe. Je ne pense pas, pour ma part, que ce soit une psychopathe. Je pense que c'est une femme avec une intelligence en dessous de la moyenne et de surcroît, avec une estime d'elle-même réduit à... néant. Ses réactions ne sont donc pas du domaine d'un comportement logique et communément admis.
Elodie
  • 3. Elodie | 11/09/2015
Même si le non-verbal est utile et réel...il ne faut pas non plus exclure le fait que c'est simplement une psychopathe...et on sait que les psychopathes n'ont pas d'empathie ou alors très peu. Elle n'a pas peur de son conjoint car elle est complice. Elle peut faire partie de ceux qui se délectent de la souffrance des autres sans en être le responsable direct.

Ajouter un commentaire