Articles de frantz-bagoe

L'empathie exactement (version améliorée)

Par Le 26/11/2022

L’empathie est cette capacité à se mettre à la place de l’autre afin de comprendre ce qu’il éprouve. Elle se distingue de la sympathie, de la contagion émotionnelle et de la simulation d’autrui.

La contagion émotionnelle est un phénomène de propagation d’une émotion d’une personne à une autre.

La sympathie suppose que nous prenions part à l’émotion éprouvée par l’autre, que nous partagions sa souffrance ou plus généralement son expérience affective. Ce qui induit que dans l’empathie, on comprend l’émotion de l’autre parce qu’on la connaît mais on ne l’éprouve pas au même moment. Il n’y a pas d’établissement de lien affectif.

Je récapitule : j’éprouve de l’empathie pour vous si…

  • Je constate une émotion chez vous que je connais grâce à mon expérience. J’en connais les manifestations physiques, physiologiques et psychologiques.

Le cas échéant, il me serait quand même possible de connaître votre état émotionnel, ce serait une analyse dite “froide”. Je sais ce que vous éprouvez, mais sans l’éprouver moi-même dans la mesure où je n’ai pas l’expérience de cette émotion (exemple : le vertige). Je n’ai alors qu’une compréhension purement conceptuelle de votre état. On parle alors de « théorie de l’esprit » ou d’« empathie cognitive », par opposition à l’empathie émotionnelle (Blair, 2008 ; Preston et de Waal, 2002).

  • Je partage le même état émotionnel que vous d’autrui sur certains aspects pertinents. Par exemple, vous pouvez être jaloux et moi me sentir triste pour vous, mais je ne partage pas votre jalousie, sinon ce serait de la sympathie.
  • Ce que je ressens est induit par ce que vous ressentez. Nous pourrions ressentir la même émotion devant un même événement, un même match, une même œuvre… mais je n’éprouve pas pour autant de l’empathie pour vous, puisque je peux totalement ignorer votre existence et continuer à ressentir la même émotion.

(Source : https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2011-3-page-16.html)

Quelle est la composante évaluative de l’empathie ?

Une situation donnée provoque une réponse émotionnelle pour autant qu’elle représente un potentiel émotionnel pour la personne qui vit la situation. C'est-à-dire que la situation doit  générer chez elle une recherche de satisfaction, ou la nécessité de s’y soustraire.

Nous avons d’un côté des raisons d’agir, et de l’autre le déclenchement d’émotion lorsque ces raisons d’agir sont frustrées ou satisfaites. 

Ces dispositions sont bien sûr conscientes (manifestes) ou inconscientes (latentes).

Quelle est la pertinence de la situation ? 

Si la situation ne nous apparaît pas pertinente par rapport aux motivations, alors elle ne déclenche pas d’émotion et le processus s’arrête.

Si au contraire elle est pertinente par rapport aux motivations, elle déclenche une émotion positive ou négative. Se pose alors la question de savoir ce que la personne peut faire ou ne pas faire pour répondre à cette situation.

Enfin, le degré d’urgence, la dangerosité et la difficulté de la situation sont des facteurs qui sont évalués sur la base d’informations récoltées précédemment. Cette dernière étape aura une incidence quant à l’intensité de l’émotion ressentie, sur la rapidité de la réaction émotionnelle et du passage à l’acte.

Perception-action processes are accordingly the driving force in the evolution of empathy. With the more recent evolutionary expansion of prefrontal functioning, these basic processes have been augmented to support more cognitive forms of empathy. (...) A Perception-action model of empathy specifically states that attended perception of the subject’s representations of the state, situation, and object, and that activation of these representations automatically primes or generates the associated autonomic and somatic responses, unless inhibited.》

Avec ce model Perception-Action, il n’y a pas d’empathie sans projection liée à nos propres représentations pour comprendre l’état émotionnel de l’autre. 

(source : E. Pacherie, “L’empathie et ses degrés”. A Berthoz & G. Jorland. 2004 ; Preston, Stéphanie D and De Waal, Frans B, 2001, 《Empathy : its ultimate and proximate bases》)

 

Empathie

La Firme et Meghan Markle

Par Le 13/11/2022

Après la mort de la reine Elisabeth II et le couronnement du roi Charles III, c’est l’avenir de la Firme qui se joue actuellement. Avec l’autobiographie de Harry, une série documentaire qui permettra de suivre Meghan et Harry dans les coulisses des Invictus Game prochainement diffusée sur Netflix : “Heart of Invictus”. Et également la saison 5 de la série “The Crown” qui vient de sortir, dont l’intrigue évoque le mariage désastreux entre Charles et Diana, et fait polémique en Angleterre.

Au-delà de ça, c’est le pouvoir inquantifiable de l’influence de la Firme qui représente un réel atout financier.

Sources : Le documentaire Netflix de Meghan et Harry sortira-t-il un jour ? | Point de Vue

Quel avenir pour la monarchie britannique après le décès de la Reine Elisabeth ? | Illustré (illustre.ch)

Comment s’inscrit l’avenir du couple Meghan et Harry dans ce contexte, alors que Meghan est la cible récurrente des critiques ? Quel est le rapport entre les frères ? 

Le couple Harry et Meghan

Meghan a fait des études universitaires “relations internationales” et du théâtre, elle a travaillé à l’Ambassade américaine en Argentine et a joué dans quelques séries. Elle a appris à “être” devant une caméra, elle est en permanence dans la séduction en ramenant très souvent ses cheveux en avant, côté gauche avec sa main gauche. Elle est dans la relation avec l’autre, son hémi visage droit est donc plus ouvert que le gauche qui semble plus contracté. Meghan a besoin du regard que le public porte sur elle pour nourrir son ego mais sans s’investir émotionnellement. Elle apparaît comme un produit marketé, superficielle.

Harry quant à lui à l’hémi visage gauche plus expressif, il est plus investi émotionnellement, il ne sait pas faire semblant. C’est le rebel qui veut faire différemment pour échapper aux impératifs liés à son rang. Il apparaît protecteur avec Meghan et n’hésite pas à se mettre en retrait pour lui laisser le devant de la scène. C’est un instinctif, un émotif qui sait que ça peut le desservir, donc il tend à ne pas montrer ses émotions. Sa bouche se ferme à chaque fin de phrase contrairement à Meghan. Il est pudique et perçoit l’environnement comme défavorable, comme risqué.

Le couple William et Kate

Kate est anglaise, elle s’inscrit plus naturellement dans l’avenir de la Firme. Elle fait naturellement partie du groupe “Angleterre” et part ainsi avec un avantage a priori. Elle semble afficher une image plus lisse qui colle davantage avec ses obligations, tout en retenue. Elle se montre très souriante, que ce soit des sourires authentiques ou sociaux, elle détient les codes. De ce fait, son hémi visage gauche est plus ouvert, son œil gauche est plus grand que le droit. Elle paraît ainsi plus authentique, plus dans la relation.

C’est William qui fait le lien entre la Firme et son frère. Il est avenant, patient, plein d’humour. Il se montre prévenant envers sa femme (main sur le dos à Windsor notamment) mais aussi envers Meghan si vous regarder la fin de la marche à Windsor, juste avant que chacun reparte en voiture.

“Windsor walkabout”

Liens :

William, Kate, Harry and Meghan Reunite for Windsor Walkabout - YouTube

Harry and Meghan Make Surprise Appearance with William and Kate at Windsor - YouTube

William, Kate, Harry & Meghan reunite to mourn the Queen - YouTube

Meghan et Harry marchent main dans la main, montrant un attachement, un lien affectif. C’est un geste, qu’il soit conscient ou non, qui montre qu’ils sont unis. C’est dans leur intérêt  de susciter une image positive de leur couple et de leurs intentions. Sur une des premières poignées de main que Meghan a avec le public, il y a un temps long entre le moment où elle tend sa main à la personne et le moment où celle-ci la prend effectivement. C’est une question de timing qui illustre symboliquement que Meghan peine à trouver le bon tempo, les bons codes.

Meghan a sa tête inclinée sur sa gauche avec sa longue chevelure devant son épaule gauche, la gestuelle de la séduction activée mais il s’agit pour elle d’une ritournelle gestuelle. C’est systématique, systémique pourrait-on dire. Le couple semble emprunté, lui a une posture droite, il replace souvent son pan de veste avec sa main pour lui conférer de la prestance, c’est un geste mi-conscient.

Lorsque Meghan prend la jeune femme dans ses bras, son geste est contrit, il y a peu d’amplitude dans le geste alors que la jeune femme lui fait un vrai “hug”. Encore une fois, cela montre une certaine maladresse à “être”hors caméra. 
 

Kate et William quant à eux marchent l’un à côté de l’autre mais pas main dans la main. C’est l’apanage des “vieux couples” pleins de connivences, sans tension, ils ont l’habitude d’être ensemble en toute décontraction et surtout, ils possèdent les codes. Kate se montre très souriante, que ce soit des sourires sociaux ou authentiques. Seule sa main droite est active, un geste nous indique qu’elle est dans le contrôle alors que William a ses deux mains en mouvement. Il se montre déférent en inclinant sa tête lorsqu’il salue une femme du public. Il a le même geste que son frère lorsqu’il replace son pan de veste de costume, c’est un geste de micro traction qui symbolise l’autorité, un geste qu’ils font fréquemment. 

Contrairement à Meghan, les cheveux de Kate sont positionnés de façon naturelle. Le seul geste que Kate fait régulièrement est de se replacer une mèche de cheveux derrière son oreille gauche pour se recadrer, pour bien se centrer sur son sujet. 

Avant de remonter en voiture, on voit bien l’aisance du couple Kate et William par rapport à Meghan et Harry qui semble plus empruntés. On voit que c’est William qui donne le “la” en montrant à Meghan où regarder et à quel moment remercier la foule.

Pourquoi pleurer et montrer que nous pleurons ?

Lien : Meghan Markle Cries at The Queen's Funeral: The Perfect Photo Op - YouTube

De quel côté du visage la main intervient-elle pour essuyer les larmes ? Côté droit, la personne ne se sent pas responsable de ce qui se passe. Elle est triste mais elle n’aurait pas pu éviter la situation. Côté gauche, la personne se sent pleinement responsable et pleinement impliquée dans la situation. Si la personne s’essuie la larme de la main du même côté, c’est un geste sincère. Croiser serait mettre en œuvre davantage une stratégie.

Une étude menée par Wagner et ses associés (1993) et une autre plus ancienne par Hall (1984) ont montré que les femmes sont plus précises dans leur jugement des indices émotionnels que les hommes - expressions faciales et comportements non verbaux. Elles sont donc meilleures que les hommes pour distinguer les faux pleurs des vrais. Les hommes sont quant à eux plus sensibles aux indices émotionnels négatifs des autres hommes, comme la colère. 

Nous sommes plus enclins à porter secours à une personne en larmes, elle nous renvoie à notre impuissance. Une étude hollandaise de Von Royen et ses collègues (Van Roeyen I, Riem MME, Toncic M and Vingerhoets AJJM (2020) The Damaging Effects of Perceived Crocodile Tears for a Crier’s Image. Front. Psychol. 11:172. doi: 10.3389/fpsyg.2020.00172), nous indique que les personnes qui pleurent sont perçues comme étant plus fiables et honnêtes.

Reconnaître de fausses larmes versées par l’autre a de vraies conséquences sur la perception que nous avons de la personne a posterioriLes personnes qui sont perçues comme faisant semblant de pleurer sont perçues comme étant moins fiables, moins chaleureuses, moins compétentes. Elles sont moins bien intégrées dans un cercle d’amis, de collègues… Que les pleurs soient faux ou authentiques, la personne sera disqualifiée du point de vue de son image. 

De prime abord, on voit immédiatement l’intérêt de savoir faire semblant de pleurer pour une personne qui monétise son image sur les réseaux sociaux entre autres… il faut simplement bien le faire pour ne pas être pris à son propre jeu.

Pour en revenir à la “vraie fausse larme” de Meghan Markle, j’émets quelques doutes sur l’authenticité de l’émotion qui n’aurait aucune connection avec la situation immédiate. Meghan bénéficie de sa formation d'actrice pour se remémorer un souvenir triste et personnellement impactant pour verser une larme bien venue.

Ouverture

Meghan est victime d’un biais où les hommes et les femmes manifestent un traitement préférentiel pour les personnes de leur famille, ou d’un même groupe dans lequel les membres sont jugés plus favorablement (Hamilton, 1975 "innate social aptitude of man" ; Schaller, 1992 "endogroupe favoritism and statistical reasoning in social inference" ; Goodall 1986 "the chimpanzee of Gombe : patterns of behavior"). Mais également du fait qu’elle a une formation d’actrice qui lui confère la possibilité de travestir ses émotions.

Selon la Théorie de l'Identité Sociale  (Tajfel & Turner, 1979), les individus sont attachés à certaines appartenances groupales et sont capables de comportements liés à cet attachement au groupe qui véhicule ses propres croyances. Lorsqu'un individu appartient à un groupe social désavantagé, en résulte pour lui une identité sociale négative (Tajfel & Turner, 1979). Pour inverser cette perception et la rendre plus positive, diverses stratégies peuvent être mises en œuvre (van Knippenberg, 1989) comme la mobilité individuelle, la créativité sociale et la compétition sociale (Tajfel & Turner, 1979). Dès 1974, Turner développe la notion de “compétition sociale”. 

Selon la théorie de l’auto-catégorisation (Turner, 1987 ; Turner et al., 1987 ; qui s'est développée à la suite de la Théorie de l'Identité Sociale), “quand les individus se catégorisent en tant que membres d’un groupe, le soi est vu comme un exemplaire du groupe, plutôt que comme un être unique. Les différences interpersonnelles deviennent non pertinentes, et les affinités entre soi et les autres membres du groupe d’appartenance viennent à l’avant-plan. Quand un individu se définit comme une individualité, il est motivé à améliorer son identité personnelle. Mais quand il se définit en tant que membre d’un groupe, il perçoit ses buts, besoins et valeurs comme interchangeables avec les autres membres ; dès lors il est motivé à améliorer le sort commun.” 

Meghan souhaite-t-elle appartenir à la Firme ou se définit-elle en tant qu’individualité ?

 

La firme

Que cache la barbe ?

Par Le 13/10/2022

Voici quelques idées préconçues à propos de la barbe sur lesquelles je ne vais absolument pas m'appesantir tellement ça n’a aucun intérêt - hormis celui de rechercher du clic :

- la barbe ça fait sale (je nettoie la mienne chaque jour avec un shampoing dédié…),

- la barbe ça n’est pas présentable (vous auriez dû me voir à mon mariage…),

- la barbe ça fait peur (quelle mauvaise expérience avez-vous eu avec un barbu ?),

- la barbe c’est incompatible avec le travail (peignée elle passe très bien),

- la barbe ça prend du temps à entretenir (le temps est une donnée relative),

- la barbe ça n’attire pas (l’attirance ne se commande pas).

 

Ce qui est plus intéressant en revanche, c’est d’analyser les aspects plus sociaux, psycho et psycho évo !

Pour ce qui est de son rôle social, la barbe est essentiellement un élément fort d’inclusion, c'est-à-dire du désir d’appartenance à un groupe, à une communauté.

Si le groupe de référence auquel je souhaite appartenir et m’identifier se différencie par le port de la barbe, je vais vouloir également la porter pour être reconnu et intégré à ce groupe. Je vais personnifier ce groupe, j’en serai un digne représentant et mes valeurs seront alors visibles au premier coup d'œil.

Par exemple, les beatniks (seconde moitié des années 1960) étaient des jeunes anticonformistes qui s’opposaient au pouvoir bourgeois de l’époque et à la société de consommation. Le port de la barbe était un élément de révolte.

Un peu plus tard, les hippies (1970) qui s’opposaient également à la société de consommation, prônant la liberté des mœurs et la non-violence, portaient des barbes bien fournies. L’image de la marguerite dans la barbe s’impose à votre cerveau.

Je peux évoquer également la mode hipster qui reprend des codes vestimentaires des années 30/40, anticonformistes (a priori) également, les hipsters ont démocratisé sérieusement le port de la barbe sous toutes ses formes. Là où dans les années 90 la barbe était mal perçue, sournoise, l’adopter devient alors très tendance et c’est encore le cas aujourd’hui. C’est la cool attitude. 

Enfin, le port de barbe concerne également les communautés religieuses. Quelque soit les religions, les différents styles de barbes portés donnent des indications sur la tendance adoptée. Si je suis simple sympathisant, ma barbe pourra être moins fournie que si j’étais rigoriste voire ultra conservateur.

Donc si nous raisonnons par rapport à l’impact que nous souhaitons avoir auprès des autres, d’un groupe, le port de barbe est un indicateur important et fiable d’inclusion et d’appartenance.

 

Maintenant, la barbe (fournie ou non) cache une bonne partie du visage et en particulier la bouche. La bouche est très importante pour communiquer des intentions, même si la personne ne parle pas. Elle s’étire, se crispe, ses lèvres rentrent dans la bouche, se mordillent, s’entrouvrent… Elle nous en dit long. 

Porter la barbe sert à cacher au premier abord des intentions. Je dis au premier abord car pour les plus téméraires ou les plus curieux, l’obstacle de la barbe passé, l’échange peut s’avérer très fructueux, plaisant, amusant… la barbe sert à faire un tri a priori des personnes qui ne nous semblent sans intérêts. 

Ainsi, la barbe sert à cacher une énergie psychologique que la personne qui la porte n’assume pas réellement mais qui représente une valeur importante ou au contraire qui souhaite l’amplifier.

Par exemple, si je suis une personne très timide mais que physiquement je suis athlétique, pour équilibrer mon état d’esprit et ce que mon corps renvoie comme image, la barbe peut être un bon moyen pour moi, une aide, pour me sentir plus assuré.

A contrario, si je suis doté d’un caractère assertif mais que je suis une personne physiquement frêle ou en surpoids, la barbe peut être un moyen pour me doter d’une image plus représentative de mon caractère.

Ce ne sont que des exemples et tous les cas sont imaginables bien entendu.

 

En psychologie évolutionniste, la barbe est un caractère sexuel secondaire jouant un rôle majeur dans la compétition sexuelle (intra et inter).

“La sélection sexuelle est reconnue pour opérer principalement de deux façons. D’une part, avec la sélection intersexuelle, les femelles et les mâles cherchent le partenaire aux attributs les plus attirants. Cet attribut peut être physique (la queue du paon) ou comportemental (les danses nuptiales). 

Et d’autre part, la sélection intrasexuelle qui favorise une compétition entre les individus de même sexe. Ce sont par exemple les mâles qui vont se battre entre eux pour l’obtention d’une femelle. C’est aussi les hiérarchies de dominance qui s’établissent chez plusieurs espèces et qui donnent un accès prioritaire aux individus du sexe opposé.”

 

En conclusion, le port de la barbe est un outil d’aide pour améliorer, renforcer, notre posture, notre assurance, notre charisme, notre inclusion mais elle sert également à véhiculer des valeurs et à attirer la gente féminine (Capsule outil: La sélection sexuelle et la théorie de l’investissement parental (mcgill.ca).

 

Barbu

 

Isolation sociale : théorie du commérage

Par Le 02/10/2022

Robin Dunbar, dans sa théorie du “gossip”, (psychologue évolutionniste, anthropologue - Oxford University) considère les commérages comme un instrument d'ordre social et de cohésion, comme le toilettage chez les primates (théorie du “gossip”).

Le toilettage n'est pas tant une question d'hygiène qu’une façon de maintenir et de renforcer les liens entre individus et d'influencer d'autres primates. Mais pour les premiers humains, le toilettage posait un problème : compte tenu de leurs grands groupes sociaux d'environ 150 personnes, cette tâche fut impossible.

Les recherches de Robin Dunbar suggèrent que les humains ont développé le langage pour servir le même objectif, mais beaucoup plus efficacement. Il semble qu'il n'y ait rien d'oisif dans le bavardage, qui maintient ensemble un groupe diversifié et dynamique - qu'il s'agisse de chasseurs-cueilleurs, de soldats ou de collègues de travail.

Selon la parution de Danilo Bzdok et Robin  Dunbar du 2 juin 2020, © 2020 Elsevier Ltd. All rights reserved :

"Des bébés aux personnes âgées, l'intégration sociale dans les relations interpersonnelles est cruciale pour la survie. Une stimulation sociale insuffisante affecte les performances de raisonnement et de mémoire. Les sentiments de solitude peuvent provoquer une perception sociale biaisée négativement, augmentant la morbidité et la mortalité, provoquant dépression et renfermement sur soi.

Jamais auparavant nous n'avions connu un isolement social à une échelle aussi massive que celui que nous avons connu en réponse à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Cependant, nous savons que l'environnement social a un impact dramatique sur notre sentiment de satisfaction de vivre et de bien-être. En période de détresse, de crise ou de catastrophe, la résilience humaine dépend de la richesse et de la force des liens sociaux, ainsi que de l'engagement actif dans les groupes et les communautés. Au cours des dernières années, les preuves issues de diverses disciplines ont été très claires : l'isolement social perçu (c'est-à-dire la solitude) peut être la menace la plus puissante pour la survie et la longévité.

Les humains, comme tous les singes, sont intensément sociaux. La plupart d'entre nous trouvent la privation sociale stressante. L'isolement social, ou le manque d'opportunités d’interactions sociales, donne lieu à un sentiment de solitude qui peut avoir de multiples conséquences sur notre bien-être psychologique, notre santé physique et notre longévité. La solitude tue les gens. 

En 2019, l'Organisation mondiale de la santé a déclaré que la solitude était un problème de santé majeur dans le monde. Dans de nombreuses villes métropolitaines du monde, plus de 50 % des personnes vivent déjà dans des ménages d'une seule personne. Le sentiment de solitude se propage  d'une personne à l'autre par le biais des réseaux sociaux. Une fois seule, une personne peut se retrouver piégée dans un cycle psychologique descendant auquel il peut être difficile d'échapper. Ceci est en partie renforcé par une perception biaisée des signaux négatifs et de la menace sociale des autres, ou par l'attente d'être socialement exclu par les autres. Une vision du monde biaisée conduit à une escalade des taux de suicide, entre autres conséquences. Cette « impuissance sociale apprise » peut être dangereuse car, parmi toutes les espèces existantes, nous dépendons le plus longtemps des autres individus.

Une analyse longitudinale d'environ 6 500 hommes et femmes britanniques âgés de 50 à 59 ans a révélé que l'isolement social augmente le risque de mourir au cours de la prochaine décennie d'environ 25 %. L'analyse quantitative de près de ~400 000 couples mariés dans la base de données américaine Medicare a révélé que, pour les hommes, le décès de leur conjointe augmentait de 18 % leurs propres chances de mourir dans un avenir immédiat. Le décès du mari augmente à son tour le risque de décès de la femme de 16 %.

Les personnes qui appartiennent à plusieurs groupes sont moins susceptibles de connaître des épisodes de dépression. De tels résultats ont émergé de l'étude longitudinale britannique sur le vieillissement (ELSA) qui a dressé le profil à plusieurs reprises d'environ 5 000 personnes à partir de l'âge de 50 ans. Des recherches antérieures ont montré que les personnes déprimées réduisent leur risque de dépression ultérieurement de près d'un quart si elles rejoignent un groupe social tel qu'un club de sport, une église, un parti politique, un groupe de loisirs ou une association caritative. En effet, rejoindre trois groupes réduisait le risque de dépression de près des deux tiers.

Le fait que les amis puissent avoir des effets aussi dramatiques sur notre santé et notre bien-être peut nous amener à supposer que plus nous avons d'amis, mieux c'est. Cependant, le nombre d'amis et de relations familiales que nous pouvons gérer à un moment donné est limité par des contraintes cognitives à environ 150. Il existe cependant des variations individuelles considérables, et la taille des réseaux sociaux varie approximativement entre 100 et 250. Plusieurs facteurs assez classiques sont responsables de cette variation : l'âge (les jeunes ont généralement des réseaux sociaux plus étendus que les personnes plus âgées), le sexe (les femmes ont généralement des réseaux sociaux plus étendus que les hommes, bien que cela varie avec l'âge), la personnalité (les extravertis ont des réseaux sociaux plus étendus que les introvertis ; les femmes qui obtiennent un score élevé sur la personnalité de névrosisme dimension ont moins de connaissances que ceux qui obtiennent un score inférieur dans ce trait.

Les amitiés, cependant, nécessitent l'investissement d'un temps considérable pour se créer et se maintenir. La qualité émotionnelle d'une amitié dépend directement du temps investi dans un lien social donné. Une étude prospective a estimé qu'il faut environ 200 heures de contact en face à face sur une période de 3 mois pour transformer un étranger en un bon ami. À l'inverse, la qualité émotionnelle d'une relation décline rapidement si les taux de contact tombent en dessous de ceux appropriés à la qualité de la relation.

Les ressources en temps sont cependant naturellement limitées : nous ne consacrons qu'environ 20 % de notre journée aux interactions sociales directes (hors interactions professionnelles), ce qui équivaut à environ 3,5 h par jour. Étant donné que nos relations n'ont pas toutes la même valeur pour nous (les amis remplissent une variété de fonctions différentes), nous répartissons notre temps précieux sur notre réseau social de manière à maximiser les différents avantages que les amis de qualité différente fournissent. Cette dynamique se traduit par une empreinte sociale spécifique qui est propre à chacun de nous.

Néanmoins, il existe des schémas globalement cohérents : une part de 40 % de notre temps est consacrée à nos cinq amis et à notre famille les plus proches, et 20 % supplémentaires aux 10 personnes les plus proches suivantes. En d'autres termes, 60 % des 3,5 heures que nous passons par jour en interaction sociale sont consacrées à seulement 15 personnes. Les partenaires sociaux des couches les plus externes du réseau social ne reçoivent chacun en moyenne que 30s de notre temps par jour. 

Cela donne lieu à une superposition de couches très distinctives de nos réseaux sociaux : une petite paryie d' amis les plus proches, peu nombreux (généralement 5 personnes) mais les plus actifs et une partie avec les plus éloignés (~150), très grande mais moins intimes. C'est ce cercle restreint de 5 amis les plus proches (qui peut être de la famille) qui semble le plus important en termes de modération de la solitude et de la maladie."

Les processus socio-affectifs en présence des autres prennent une forme différente qu'en leur absence physique. Déjà dans une crèche, si un bébé se met à pleurer, d'autres bébés à proximité entendent le signal de détresse et se mettent généralement aussi à pleurer par simple contagion émotionnelle. En plus des énoncés et de la prosodie, les humains ont tendance à aligner leur communication les uns sur les autres en imitant le vocabulaire, la grammaire, les mimiques et les gestes. Par exemple, les humains ont tendance à synchroniser inconsciemment leurs expressions faciales même avec des personnes qui dirigent leur regard vers quelqu'un d'autre.

Lire les visages des autres peut être un moyen conservé au cours de l'évolution pour échanger des informations essentielles qui ont co évolué avec la machinerie de décodage correspondante dans les réponses cérébrales et comportementales. Les visages offrent beaucoup d'informations sociales sur le sexe, l'âge, l'ethnie et les expressions émotionnelles d'un individu, et potentiellement sur ses intentions et son état mental. Tout au long du développement, l'apprentissage et la maturation dépendent de l'attention conjointe de deux individus sur le même objet. De tels processus de mentalisation et de regard oculaire ont été liés à plusieurs reprises aux circuits de récompense associatifs. Certains auteurs soutiennent même que l'importance de ces facettes de l'échange interpersonnel peut expliquer pourquoi les humains ont développé une sclère large et blanche dans les yeux - qui sont plus facilement visibles que chez la plupart des animaux. Ce qui peut conduire à une plus grande vulnérabilité aux prédateurs pour certaines espèces (en rendant l'individu et ses intentions plus apparents et donc exploitables) et peut avoir stimulé l'apprentissage et la coopération chez les primates humains.

Lien : The Neurobiology of Social Distance: Trends in Cognitive Sciences (cell.com)

DOI : https://doi.org/10.1016/j.tics.2020.05.016

http://dx.doi.org/10.1037/1089-2680.8.2.100

Gossip
 

La pyramide de l'esprit critique

Par Le 19/09/2022

 

A plus d’un titre, il est intéressant d’identifier le profil d’une personne, de savoir comment elle fonctionne. Est-elle active ? Est-elle réfléchie ? A-t-elle confiance en elle ? Est-t-elle créative, sociale, dominante ou analytique ? Quelles sont ses forces et ses limites et ainsi ajuster sa communication et faire en sorte que la personne puisse donner le meilleur d’elle-même que ce soit en individuel ou au sein d’une équipe.

Identifier comment une personne fonctionne cognitivement peut permettre également de connaître son degré de compétence en termes d’esprit critique.

Pour le Larousse, l’esprit critique se définit comme étant une méthode qui a pour objet de discerner les qualités et les défauts d’une œuvre, la valeur, l’exactitude ou l’authenticité d’un texte, d’une déclaration, d’un fait, etc…

Avoir cette compétence permet de s’extraire de tous les complots faciles, d’être factuel, pragmatique et de ne pas être dans la réaction. A coup sûr, notre décision est biaisée par nos croyances, nos projections et encore plus par les innombrables biais cognitifs qui existent.

Pour y voir plus clair, John A. List (Université de Chicago et économiste américain spécialiste d’économie expérimentale, chercheur associé au National Bureau of Economic Research) a créé une classification très simple mais logique inspirée de la pyramide de Maslow.

Cette classification aide clairement à structurer notre analyse et la voici :  

Au 4ème degré, le plus abouti, les grands penseurs : des penseurs de haut niveau qui comprennent et corrigent leurs propres préjugés et lacunes ainsi que ceux des autres ; l’égocentrisme est complètement mis à l’écart et ils ont une théorie de l’esprit supérieure ; ils réexaminent constamment les hypothèses de pensées et de méthodes pour détecter les faiblesses de la logique ou les préjugés ; ils ne se soucient pas et ils apprécient même la confrontation intellectuelle parce qu’ils sont leur pire critique.

Au 3ème degré, les penseurs habiles : ils commencent à remettre en question de manière critique ; ils comprennent que leur propre pensée a des angles morts et développent des compétences pour y remédier ; ils mettent la plupart de l’égocentrisme sur la touche ; ils comprennent la causalité et divers biais cognitifs et essayent de les éviter ; comprennent la théorie de l’esprit mais ils font quelques erreurs dans son application et ils cherchent à améliorer leur propre théorie de l’esprit.

Au 2nd degré, les penseurs néophytes : ils comprennent l’importance de la pensée mais ils remettent en question les incohérences les plus évidentes ; ils commencent à apprécier la valeur de l’empirisme mais confondent souvent corrélation et causalité ; ils restent largement égocentriques, sujets à divers biais de recherche et de pensée, ils ont peu ou pas de théorie de l’esprit.

Au 1er degré, les penseurs modal : ils font des choix et ils ont des opinions basés sur des idées préconçues, des préjugés, non basés sur la raison ou des faits. Les préjugés et leurs croyances imprègnent leurs recherches (biais du statu quo, biais de confirmation…) car ils acceptent volontiers ce qui est conforme à leurs idées fausses sans poser de questions. 

Mais comment passer d’un état mental à un autre ? Pour certain(e) ça ne se fera jamais parce qu’il faut une bonne dose de remise en question et avoir un ego bien placé. 

Pour les autres, il est nécessaire de procéder de manière “scientifique”.

Kahneman décrit dans son livre “Thinking fast and slow” l’importance de prendre le temps de penser. Nous évitons ainsi les nombreux biais cognitifs qui se glissent dans nos prises de décisions.

John A. List a créé une formation dans laquelle il a listé 6 principes de bases à appliquer pour privilégier une pensée plus efficiente. Il dispense ces principes à ses étudiants afin qu’ils développent leur esprit critique :

  1. Énoncer, expliquer et clarifier la ou les questions,
  2. Réfléchir à la ou aux questions à partir de plusieurs points de vue, en exprimant leurs propres a priori et en utilisant la pensée logique,
  3. Rassembler, organiser, assimiler des informations et des données,
  4. Identifier les hypothèses, les lacunes et les implications du processus de génération de données,
  5. Mettre à jour les priorités et considérer comment les différents points de vue des autres pourraient changer,
  6. Expliquer et appliquer ce qu’ils apprennent, en reliant ce qu’ils viennent d’apprendre à d’autres concepts et/ou à leur vie quotidienne.

Pour info, la théorie de l’esprit est la capacité cognitive qui permet de se représenter les états mentaux d’autres personnes et d’utiliser ces représentations afin d’expliquer ou de prédire leurs comportements. L’émotion n’entre pas en jeu, sinon ce serait de l’empathie.

 

Critical thinking hierarchy

Source : “Enhancing Critical Thinking Skill Formation : Getting Fast Thinkers to Slow Down”, John A. List, 2021.

 

Jeffrey Dahmer : la recherche pathologique de contrôle

Par Le 19/08/2022

Jeffrey Dahmer - "le cannibale de Milwaukee" - est l’un des pires serial killers de l’histoire des États-Unis. Il a avoué avoir assassiné 17 jeunes hommes entre 1978 et 1991. Arrêté en 1991, puis condamné à 957 ans de prison, Dahmer a été assassiné dans sa cellule en 1994.

Issu d’une famille bourgeoise, évoluant dans un environnement aseptisé, Dahmer a déménagé à sept ans pour la ville de Bath Township (Ohio). Sa mère était névrosée et toujours énervée. Son père était pharmacien et passait beaucoup de temps à son travail. Aucun d’entre eux ne s’occupaient réellement de lui, ce qui l’a poussé à avoir des jeux solitaires et des “amis imaginaires”. Ses camarades d’école avaient peur de lui. 

C’était un élève intelligent, brillant mais il agissait de façon impulsive. Vers l’âge de huit, la peur des autres et le manque de confiance en lui ont commencé à le perturber suffisamment pour qu’il ne veuille plus aller à l’école. Vers l’âge de 10 ans, son intérêt se porte sur les animaux morts. A 13 ans, il découvre son homosexualité. Sa vie fantasmatique se développe, s’enrichit et prend une tournure pathologique. Dahmer avait un frère plus jeune que lui, David, qui fut l’enjeu du divorce de ses parents, chacun s’en disputant la garde sans se préoccuper de Jeffrey (1978). Sa mère quitta le foyer avec David.

Dahmer a fait face à plusieurs situations potentiellement traumatisantes dans son enfance. L’une d’elles a été son opération d’une double hernie, alors qu’il avait 4 ans. Il était terrifié que son pénis ait été sectionné. 

Jeffrey Dahmer : “(...) I wanted to have the person under my complete control.

Dans cette interview, Dahmer évoque sa volonté de contrôle total sur l’autre. Au moment où il dit cela, il effectue un retrait de sa tête comme pour l’éloigner de ses propres propos. Ce geste traduit une volonté qu’il sait ne pouvoir satisfaire, qui lui échappe, donc qui est hors de contrôle et qui est du ressort psychologique de la pulsion.

Il y a trois principes à la pulsion : un principe de recherche de plaisir (et donc évitement de déplaisir) alors que ce plaisir est toujours satisfait dans le ventre de la mère. Un principe de réalité qui nécessite de s’ajuster au monde extérieur. Il s’agit donc de satisfaire cette pulsion par des voies détournées. Enfin, un principe de constance dans le sens où l’appareil psychique réduit toute excitation au seuil minima (homéostasie), ce qui entraîne par conséquent un passage à l’acte quel qu’il soit. Ce passage à l’acte est ainsi une décharge d’énergie qui va faire baisser la tension psychologique qui vient de l’intérieur de notre organisme (excitation endogène). 

L’interviewer : “d’où vient ce besoin de contrôle ?
Jeffrey Dahmer : “je sentais n’avoir aucun contrôle quand j’étais enfant ou adolescent et ça s’est mélangé à ma sexualité et j’ai fini par faire ce que je faisais, c’était ma façon de me sentir en contrôle total, au moins dans ce cas-là, en créant mon propre monde dans lequel j’avais le dernier mot.

Cette réponse illustre parfaitement son besoin irrépressible du passage à l’acte, sa motivation. Il aurait pu faire du sport qui, par la technicité nécessaire le mette en confiance et ainsi lui faire apprécier qu’il pouvait avoir un contrôle sur un acte. Cependant, Dahmer n’a pas bénéficié d’une attention sécurisante de la part de ses parents, sa mère en particulier à qui revient en tout premier lieu la mise en sécurité et le réconfort de l’enfant.

Au cours de l’interview, Dahmer évoque à plusieurs reprises ce désir de contrôle et systématiquement, ses propos se terminent par une bouche en huître. C'est-à-dire que ses lèvres sont rentrées dans sa bouche illustrant une volonté de garder ses propos pour lui. 
Cette bouche en huître et la façon dont son regard se défocalise consciemment de la relation, c’est-à-dire qu’il y a une rupture volontaire du lien avec l’autre, montrent qu’il se replonge dans ses souvenirs, dans ses actes et qu’il trie/choisit ses mots parce qu’il en a conscience.

0:15 - Bouche en huître lorsqu’il évoque son premier meurtre en 1978 : “j’ai eu l’impression de contrôler ma vie.
0:33 - Position du buste sur la chaise dans une position de fuite (buste en arrière et penché sur sa gauche). Dahmer fait encore une bouche en huître à l’évocation de son second meurtre en 1984.
2:13 - Dahmer se mord la lèvre inférieure après avoir dit “j’avais l’impression que c’était incontrôlable.” 
2:50 - “(...) Leur ethnie n’avait aucune importance, seule leur beauté comptait” dit-il en terminant à nouveau par une bouche en huître.

Lors de l’interview, Dahmer s’exprime essentiellement de sa main gauche, ce qui traduit une certaine spontanéité, une réactivité qui confirme qu’il ne sait pas se contrôler :

0:41 - Dahmer s’exprime avec sa main gauche tandis que sa main droite est simplement posée sur son genou, tenant un gobelet.
1:38 - Micro démangeaison avec son pouce gauche qui vient gratter sa narine droite. Le bras gauche vient donc en travers de son corps, c’est une forme de protection inconsciente. Le fait qu’il ait cette micro démangeaison montre que quelque chose le gêne soit chez son interviewer, soit dans le fait qu’il doive aborder certains évènements et ainsi se dévoiler.
2:23 - Sa main gauche s’active lorsqu’il évoque la place du sexe dans ses passages à l’acte. Ses doigts sont tendus, dressés, bien écartés les uns des autres. Il y a une certaine tension dans ce geste, une tension qui peut aussi s’apparenter à de l’excitation. 

Immaturité sexuelle, sexualité perverse, frustration, passivité, la solitude, la peur de ne pas être acceptée par un monde hostile et un mélange de détachement émotionnel sont rencontrés dans la psychopathologie de la personnalité d'un tueur en série. 
Souvent, comme dans le cas de Jeffrey Dahmer, son ambivalence quant à sa propre sexualité confuse et ses sentiments de rejet provoquent un comportement sexuel sadique, compulsif et destructeur de l'objet de son attention pseudo-sexuelle, la source détestable de son attirance et de son besoin de pouvoir et de contrôle. 

Jeffrey Dahmer était un solitaire dans son enfance, grandissant dans une famille «dysfonctionnelle » en raison de fréquentes disputes entre sa mère et son père conduisant à
sentiments hostiles envers eux. Une mère névrosée et déprimée et un père souvent absent, absorbé par sa carrière, ne lui permettait pas d’identification masculine complète.

Son comportement destructeur et ses souvenirs fétichistes sont l'expression évidente de sa profonde ambivalence vis-à-vis de son propre homosexualité et de sa profonde hostilité/amour mêlés envers les objets de son intérêt. Indépendamment de ses sentiments d'amour exprimés pour elles, ses victimes n'étaient pas traitées comme des personnes mais comme des objets. Il en disposait comme un enfant le fait avec ses jouets, en les démontant pour voir comment ils sont faits mais également pour montrer qui avait le pouvoir, le contrôle de la situation. 

Un ultime acte d'affirmation destructrice !
 


Liens :
(1) Jeffrey Dhamer Interview sous titres FR - YouTube
Jeffrey Dahmer - TUEURS EN SERIE.org
Jeffrey Dahmer: Psychopathy and Neglect (regis.edu)
Destructive Hostility: The Jeffrey Dahmer Case: A Psychiatric and Forensic Study of a Serial Killer (marquette.edu)

 

Jeffrey dahmer

Le port du masque et la lecture des émotions

Par Le 11/08/2022

Le port de masques faciaux a été l'un des moyens essentiels pour prévenir la transmission du COVID. Il est évident que ça a affecté nos interactions sociales que ce soit dans le cercle privé, public et professionnel. Tout comme il a affecté les enfants qui ont eu du mal à lire les émotions sur le visage de leurs parents.

Nos visages fournissent des informations clés de notre identité, des informations socialement importantes comme la fiabilité, l'attractivité, l'âge et le sexe, des informations qui soutiennent la compréhension du discours, ainsi que des informations détaillées qui permettent de lire l'état émotionnel de l'autre via l'analyse de l'expression. La qualification des émotions par la lecture des expressions faciales est prépondérante pour pouvoir ajuster sa communication. C’est particulièrement vrai en entretien de recrutement en face à face, pire en visio, tout comme c’était le cas en réunion d’équipe où chacun doit redoubler d’attention et de concentration afin de ne pas faire de mauvaises interprétations. 

 

Des chercheurs de l’Université de Bamberg (Allemagne) ont mené une expérience pour tester l'impact des masques faciaux sur la lisibilité des émotions. Les participants (N=41, calculé par un test de puissance a priori ; échantillon aléatoire ; personnes en bonne santé d'âges différents, 18-87 ans) ont évalué les expressions émotionnelles affichées par 12 visages différents. Chaque visage a été présenté au hasard avec six expressions différentes (en colère, dégoûté, craintif, heureux, neutre et triste) tout en étant entièrement visible ou partiellement couvert par un masque facial. Les résultats ont fait ressortir une précision moindre et une confiance moindre dans sa propre évaluation des émotions affichées. 

 

La  lecture émotionnelle était rendue très compliquée à cause de la présence du  masque. Les chercheurs ont en outre identifié des schémas de confusion spécifiques, principalement dans le cas de l’expression du dégoût, de la colère, de la tristesse à l’exception des visages craintifs ou neutres.

 

Déjà que nous ne sommes pas forcément très bons pour qualifier correctement les émotions…

 

“En ce qui concerne l'analyse de l'expression, différentes études ont montré que nous sommes loin d'être parfaits dans l'évaluation de l'état émotionnel de notre vis-à-vis. C'est particulièrement le cas lorsque nous nous appuyons uniquement sur des informations faciales pures sans connaître le contexte d'une scène. Un autre facteur qui diminue notre performance à lire correctement les émotions des visages est la vue statique sur les visages sans aucune information sur la progression dynamique de l'expression vue ou une occlusion partielle du visage.”

 

Mais alors quelles actions compensatoires peuvent maintenir l'interaction sociale efficace (par exemple, le langage corporel, les gestes et la communication verbale), même lorsque les informations visuelles pertinentes sont considérablement réduites ?

 

C’est oublier un peu vite que nous disposons d’autres options tout à fait efficaces, comme observer le langage corporel… la personne a-t-elle recours inconsciemment à des micro démangeaisons, sur quelle zone ? La posture, les épaules sont-elles voûtées, tombantes, l’une plus haute que l’autre ? Le ton de la voix, l’inclinaison de la tête, vers la droite qui trahirait une certaine rigidité dans l’écoute, vers la gauche qui indiquerait une certaine confiance ? La gestuelle des mains qui accompagne le discours est-elle ample, contenue au niveau du tronc, inexistante, rigide, souple ? Est-ce que les mains tiennent un stylo, sont-elles posées sur la table, se raccrochent-elles à la table ?

 

Tous ces marqueurs gestuels (mi)-conscients permettent de qualifier l’état émotionnel de la personne. Votre expérience et la connaissance du contexte viendront valider votre analyse.  



Visage masque

Frontiers | Wearing Face Masks Strongly Confuses Counterparts in Reading Emotions (frontiersin.org)

Bruce, V., and Young, A. (1986). Understanding face recognition. Br. J. Psychol. 77, 305–327. doi: 10.1111/j.2044-8295.1986.tb02199.x

Derntl, B., Seidel, E. M., Kainz, E., and Carbon, C. C. (2009). Recognition of emotional expressions is affected by inversion and presentation time. Perception 38, 1849–1862. doi: 10.1068/P6448

Aviezer, H., Hassin, R. R., Ryan, J., Grady, C., Susskind, J., Anderson, A., et al. (2008). Angry, disgusted, or afraid? Studies on the malleability of emotion perception. Psychol. Sci. 19, 724–732. doi: 10.1111/j.1467-9280.2008.02148.x

Bassili, J. N. (1979). Emotion recognition: the role of facial movement and the relative importance of upper and lower areas of the face. J. Pers. Soc. Psychol. 37, 2049–2058. doi: 10.1037/0022-3514.37.11.2049

Blais, C., Roy, C., Fiset, D., Arguin, M., and Gosselin, F. (2012). The eyes are not the window to basic emotions. Neuropsychologia 50, 2830–2838. doi: 10.1016/j.neuropsychologia.2012.08.010

Blais, C., Fiset, D., Roy, C., Saumure Régimbald, C., and Gosselin, F. (2017). Eye fixation patterns for categorizing static and dynamic facial expressions. Emotion 17, 1107–1119. doi: 10.1037/emo0000283

Do Masks Impair Children's Social and Emotional Development? | Psychology Today

 

Pourquoi les femmes sont-elles sous-représentées dans les actes de violence ?

Par Le 08/08/2022

Sur toutes les images échangées sur les réseaux sociaux, la télévision, les médias en général, un grand nombre concerne des actes de violences. Pas un jour sans une attaque au couteau, attaque en bande organisée, attaque d’un individu contre un autre, manifestation qui dégénère… à y regarder de plus près, ce sont majoritairement des hommes qui sont impliqués, peu voire pas de femme.

Alors pourquoi les femmes sont-elles sous-représentées dans des actes de violence ?

Pour répondre à cette question, il est nécessaire de se pencher sur nos cousins les chimpanzés, les singes araignées et les bonobos. 

Globalement, nous apprenons que ces attaques sont toujours perpétrées contre des personnes vulnérables. Si si, un cordon de CRS en statique avec pour ordre de ne pas charger peut être considéré comme vulnérable. Seulement, pour nos cousins les singes, la motivation n’est pas d’ordre idéologique mais plutôt une compétition sexuelle ou intraspécifique de dominance. Il s’agit plutôt d’explorer d’autres territoires en quête de nourriture ou d’aller tester sa capacité de combattant  contre des étrangers - tout comme le font un grand nombre de mineurs étrangers qui sont tout sauf mineurs ou encore les zonards de certaines cités.

Exactement comme nos cousins les singes donc, ces raids violents apparaissent très préparés, très coordonnés avec une stratégie qui semble avoir été réfléchie au préalable. Le parallèle peut se poursuivre dans la mesure où nous vivons tous socialement de la même façon, avec la même organisation en groupes sociaux qui constituent de plus grands groupes. Cette organisation permet à plusieurs mâles de groupes différents de faire campagne ensemble contre un autre groupe de congénères.

Très rarement des femmes se joignent à eux. En France, le taux de féminisation est de 11,2% pour l’armée de Terre, 15,8% pour la Marine, 23,2% pour l’Air et l’Espace et 19% pour la gendarmerie (selon le Rapport Social Unique, 2021). En 2016, elles représentaient 8% de tous les Marines enrôlés actifs (selon Wikipédia), l’armée russe 6,5% en 2016 (selon OPEX360). Ces données ne rapportent pas le taux de femmes qui prennent part directement aux combats. Pour les espèces dont les parents investissent dans leur progéniture, celui qui y contribue le plus sera celui qui aurait le plus à perdre s’il devait se blesser ou mourir lors d’un de ces raids (stratégies r et K). Et bingo, ce rôle tenu dans l’investissement parental, dans le but de transmission des gènes et du microbiome, c’est la femelle qui s’y colle ! Et pour couronner le tout, ces raids violents arrivent après une longue période d’inactivité sexuelle. Il ne faut surtout pas minimiser le rôle fort des femmes dans le maintien de l’ordre social, chez les bonobos, elles sont même co-dominantes. Les femelles ont le statut social le plus élevé du groupe grâce à l’association et la coalition entre femelles. Ce sont les femelles qui initient les interactions sexuelles, les bonobos ne montrent rien de comparable à la forte dominance avec soumission imposée par la violence qui caractérise les chimpanzés (et certains mâles humains ?). 

Le paradoxe norvérgien ! Selon P. Gouillou, “Harald Eia avait réalisé un superbe documentaire pour présenter les différentes approches pour expliquer pourquoi plus d’égalité (en droit) des sexes entraîne plus de différences sexuelles en comportement. (...) Au travers de l’interview de nombreux chercheurs connus, (il) avait montré qu’on y retrouve le résultat d’une interaction entre le biologique et le culturel : quand chaque sexe est socialement plus libre de faire ce qu’il lui plaît, il aura plus tendance à s’orienter vers ce qui correspond à son orientation biologique”. 

 

Evo

Sources :

Latest news from the bonobos: Pan paniscus myths and realities (openedition.org)

Les stéréotypes de genre peuvent expliquer le paradoxe de l’égalité des sexes | CNRS

(PDF) Raiding parties of male spider monkeys: Insights into human warfare? (researchgate.net)

Edward O. Wilson, “la sociobiologie”

 

Familicide : le cas David Bain

Par Le 08/07/2022

L’histoire se passe à Dunedin, en Nouvelle Zélande. Lundi 20 juin 1994, David Bain, 22 ans, appelle la police pour signaler que toute sa famille a été tuée. Son père, sa mère, ses 2 sœurs et son frère.

C’est avec le fusil - muni d’un silencieux - de David que son père a été retrouvé mort. Il se serait tiré une balle dans la tête après avoir exécuté sa femme et ses 3 enfants. Le message suivant a été retrouvé écrit sur l’ordinateur de la famille, à l’attention de son fils David : “désolé, toi seul méritait de rester.”

Selon l’enquête, le couple battait sévèrement de l’aile. La mère, ancienne prof de musique,  était sans emploi, narcissique et versait dans l’occultisme pour lequel elle faisait du prosélytisme aussi bien à ses enfants qu’à ses amies. Le père était enseignant et Directeur d’école élémentaire, dépressif et incestueux avec sa fille Laniet. 

David, quant à lui, est décrit comme un jeune homme timide, renfermé, sans ami mais aussi très contrôlant. 

Après être partie s’installer en Papouasie pendant des années, la famille est retournée vivre à Dunedin dans leur vaste maison délabrée, dans le jardin de laquelle se trouve une caravane. A tour de rôle, pour ne pas se croiser, le père et la mère s’y réfugient alternativement. 

Les enfants n’ont pas été scolarisés. La mère faisait l’école à la maison mais le niveau  des enfants était tellement catastrophique qu’ils ont dû être scolarisés urgemment. Mais pour David, 9 ans, il était déjà trop tard. Il fut la risée des autres, et il avait développé une personnalité complexe. Analphabète de surcroît, il avait adhéré aux croyances de sa mère et il était d’une capacité intellectuelle limitée. C’est certainement celui qui avait le plus besoin de sa mère, de son soutien et de tout son amour. Sauf que les parents se montrèrent incapables d’élever leurs enfants. Pour autant, David n’avait pas de maladie mentale. 

Lorsque David est rentré de sa tournée de livraison de journaux, il a trouvé son père allongé face contre terre avec un fusil près de lui. Tout semble faire croire à un suicide. Mais selon le rapport balistique, l’angle de tir et la longueur seraient incompatibles avec un suicide. 

Le père est dès lors mis hors de cause et c’est donc David, seul rescapé de la famille, qui va être arrêté, inculpé et incarcéré à perpétuité. Il a contre lui 20 minutes de temps manquant entre le moment où il découvre le massacre et le moment où il prévient la police. Ses justifications ne sont pas convaincantes, un verre de ses lunettes est retrouvé dans la pièce où son frère est mort, enfin, son visage est tuméfié et ses mains portent les stigmates d’une lutte, tout comme son frère qui semble s’être battu avant de mourir.

L’affaire va connaître un tournant lorsqu’un ancien rugbyman reconverti en homme d’affaires va saisir le Privy Council de Nouvelle Zélande pour demander la révision du procès. Suite à cette nouvelle enquête et plusieurs témoignages, la défense va réussir à immiscer le doute de la culpabilité de David Bain. Il sera finalement déclaré non coupable.

A ce jour, 2 théories s’opposent. La première est que le père serait le meurtrier parce que suite à sa dépression sévère, il aurait perdu tout contact avec la réalité et aurait eu de plus en plus un comportement désorganisé. De plus, il avait publié dans le bulletin de l’école des histoires graphiques inapropriées de violences et de meurtres commis par ses élèves de 9 ans, dont l’une racontait le meurtre de toute une famille. Enfin, la famille était chrétienne et le père était incestueux. Sa fille avait commencé à en parler à la communauté. La seconde est le fils David pour lequel le mobile n’a pas été établi. 

Lorsqu’un foyer n’est pas équilibré, conflictuel voire malsain, que la nature des relations entre les membres du foyer est perverse, que la mère est insécure et que le père ne joue pas son rôle pour poser les limites, alors l’enfant qui est le plus fragile émotionnellement, qui ne trouve pas d’autres figures structurantes, n’aura aucune capacité de résilience. Cependant, si l’enfant s'investit émotionnellement dans une activité qui le passionne, alors il y aura résilience et donc pas de motif de céder à la violence, hormis si un élément extérieur viendrait lui faire revivre un acte traumatique, ce qui serait un élément déclencheur. En situation de stress aigu, un élément extérieur agira telle une étincelle et mettra le feu aux poudres. 

Il ne faut pas perdre de vue que David n’a aucun mobile établi, que le verre de lunette retrouvé dans la chambre de son frère était couvert de poussière et que les 2 seuls éléments à charge sont les 20 minutes “perdues” et son visage et ses mains qui portent les traces d’une lutte. 

Ce que les statistiques nous apprennent, c’est que les “familicides” sont un crime hautement sexiste et que dans 95% des cas, c’est le père qui le commet, le fils dans seulement 1% des cas. Appeler un acte de violence sexiste ne revient pas simplement à suggérer qu’il s’agit de violence masculine à l’égard des femmes, même si c’est souvent le cas. C’est la violence qui est motivée de manière centrale par les dimensions sociales et structurelles du genre.

Dans les 1% des cas où le fils est le meurtrier, il s’avère qu’il a toujours été soit maltraité, soit il souffrait de troubles mentaux graves. 

Un des facteurs clé des familicides est le fait que le partenaire quitte ou communique son intention de quitter l’autre. Le passage à l’acte n’est pas toujours précédé de violences ni même que des violences aient déjà été commises. Le désir et le sentiment d’avoir à contrôler les finances et l’unité familiale est un dénominateur commun. Le passage à l’acte intervient lors d’une perte de contrôle en spirale sur ces thèmes, en particulier par le “chef de famille”. Dès lors que celui-ci ne peut plus exercer son “sur-contrôle” (sur la façon de s’habiller, sur les relations sociales, sur les finances, sur la communication, and so on…), le passage à l’acte est probable. 

Il existe des signes avant-coureur de familicide-suicide après séparation, cependant, ils ne sont pas reconnus ni par la victime, ni par le cercle proche des relations : antécédents de violences infantiles, niveau et dysqualité d’attachements des adultes, niveau de narcissisme.

Il existe a priori 2 types de meurtriers “familicide” : celui pour lequel le passage à l’acte est un acte de vengeance, une punition et celui pour lequel il s’agit d’un acte désespéré, un acte de libération pour sa famille et lui, soit un homicide-suicide altruiste.

Ces derniers représentent entre 0,20 et 0,30 pour 100 000 habitants. Dans la plupart des cas, l’auteur est un homme (85% à 90% des cas), plus âgé que ses victimes, des éléments dépressifs et paranoïaques sont souvent présents et le moyen utilisé est une arme à feu (88% des cas, 1983 N. H. Allen). Le lieu du passage à l’acte se trouve le plus souvent être le domicile de la victime ou de l’auteur et dans la chambre.

Voilà, je pose ça là, je n’arrive pas à la même conclusion que McSkyz, je vous laisse à votre réflexion…


David bain 2

 

Liens pour aller plus loin :

(1) 22 ANS et ACCUSÉ du SORDIDE MASSACRE de sa FAMILLE : Le cas David Bain (#HVF) - YouTube

A case that divides the nation (stuff.co.nz)

David Bain | … the real story (davidbaindonate.nz)

(1) Bain Family Murders | Was David Bain Innocent? - YouTube

David-Bain-appendices-tabs-A-to-E.pdf (justice.govt.nz)

Familicide Suicide | PDF | Attachment Theory | Domestic Violence (scribd.com)

Documents | David Bain (davidbaindonate.nz)

N¡12-Chocard* (senon-online.com)

 

Pourquoi je mens ?

Par Le 23/06/2022

Sherri papini

 

 

Le 24 novembre 2016, dans la nuit, Sherri Papini est retrouvée au bord d’une route de Californie. Cette jeune femme est portée disparue depuis plus de 20 jours. Nez cassé, cheveux coupés, marquée par des brûlures, portant une camisole de force. Sherri Papini dit avoir été enfermée dans un placard durant tout ce temps et battue quotidiennement par deux femmes de type sud américain. 

On est à Redding, Californie, USA.

Au cours de l’enquête, des doutes apparaissent dans le récit de la jeune femme. Mère de famille, mariée, deux enfants, elle part faire un jogging le 2 novembre et disparaît. Son mari, parti à sa recherche, ne retrouve que son téléphone avec ses oreillettes, des cheveux posés à côté. 

Les enquêteurs ont l’intime conviction qu’il s’agit d’une mise en scène. 

Une cagnotte en ligne est ouverte pour aider à trouver une piste qui permettrait de mener jusqu’à la jeune femme. Un site internet est ouvert et 24h après sa fermeture, Sherri Papini réapparaît. Elle ne donnera pas l’ombre d’une explication ce qui augmentera la suspicion. 

Internet est un outil puissant et il existe une grande communauté d’internautes qui savent en tirer partie pour creuser, pour enquêter bien plus rapidement que les autorités. 

Certains éléments vont desservir la jeune femme comme le fait que statistiquement, les enlèvements réalisés par des femmes sont rarissimes. On apprend que la mère de Sherri a décrit sa fille, lors d’un appel passé aux autorités en 2003, comme une mythomane qui a besoin d’être hospitalisée. A l’époque, elle se mutilait pour faire chanter sa mère. 

En 2017, une nouvelle analyse ADN sur ses vêtements portées lors de l’enlèvement révèle un profil masculin, qui  s’avèrera être le complice de Sherri Papini. 

Le scénario machiavélique est avoué par la jeune femme, ses blessures elle se les ait infligées avec son complice... Son procès se tiendra cet été. 

Après investigation auprès d’un expert psychiatrique - Dr Ian Lamoureux - Sherri Papini s’avère souffrir d’un désordre de la personnalité narcissique.

Pourquoi inventer des mensonges aussi énormes ? Le mensonge est un signe de détresse qu’envoie le menteur à celui qu’il veut berner. Mais pour quelles raisons ? 

Le mensonge participe à l’organisation psychologique de l’enfant, ça le structure et il contribue (c’est contre intuitif) à faire le lien entre l’enfant et l’autre. Selon Winnicott, les enfants qui s’attendent à être persécutés tentent de résoudre leur problème par un mensonge subtil consistant à se plaindre sans que cette plainte soit l’objectif réel. 

Lorsque l’enfant n’a pas pleinement profité du stade transitionnel, c’est-à-dire qu’il n’a pas su construire efficacement un espace psychique entre le dedans et le dehors. Cet espace transitionnel est là pour rappeler à l’enfant que la personne qui prend soin de lui est près de lui, quelque part, et ça le rassure. Ça fonctionne très bien avec le fameux ours en peluche, le doudou…

Sans cet espace transitionnel efficient, l’enfant conçoit le mensonge comme un facteur d’espoir. En mentant, il oblige l’environnement à le prendre en main pour le rassurer, lui montrer tout l’amour qu’il en attend, dont il a besoin impérieusement. Le mensonge a pour objectif de reconstruire l’aire transitionnelle. Le fait que l’autre tombe dans le panneau va créer le lien narcissique réparateur, ça va rassurer l’enfant menteur (ou l’adulte).

En réalité, c’est un jeu très enfantin comme Winnicott le décrit. C’est la nécessité paradoxale de se cacher pour être trouvé. 

La question qui reste en suspens pour ma part est : quelle enfance Sherri Papini a-t-elle eue ?

 

Macron vraiment méprisant ?

Par Le 24/04/2022

“Posture familière, (...) surprenante, très sage du bon élève, (...) son attitude révèle un certain mépris pour la candidate, (...) cette position se mue en celle d’un professeur, (...) l’index sur sa bouche intime l’ordre de se taire, (...) désinvolture” sont autant de qualificatifs qui teintent, qui confèrent à l’analyse de la gestuelle d’Emmanuel Macron une certaine subjectivité.

Les quelques analyses que j’ai lues et entendues à propos de la gestuelle d’Emmanuel Macron, suite à son débat face à Marine Le Pen, m’interpellent. Soit elles sont très évasives, dans le ressenti, soit elles vont dans le sens du ressenti commun et retranscrites par les médias c’est-à-dire qu’Emmanuel Macron affichait une attitude méprisante. Mais c’est omettre un peu facilement le contexte, le profil et l’histoire de chacun. Il est nécessaire de qualifier les gestes avec des mots suffisamment précis et neutres pour ne pas céder au ressenti.

Dans ce que j’ai vu durant les trois heures de débat et en tenant compte du contexte… Emmanuel Macron a de l’expérience dans l’exercice du pouvoir. Il a du gérer la crise des gilets jaunes, le COVID, la guerre en Ukraine. Il connaît donc très bien les rouages et la technicité de son statut, que ce soit au niveau national qu’à l’international. Qu’il ait été très précis et très technique dans ses propos ne peut être qu’une évidence. Emmanuel Macron a un profil de dominant, analytique, pragmatique. Il a largement démontré qu’il aimait les échanges avec des personnes partageant ses opinions mais également ceux qui viennent l’interpeller de façon plus âpre. C’est un lettré, il connaît très bien l’économie, il aime expliquer, démontrer, convaincre. Il a été l’ami et l’assistant de Paul Ricoeur (!) ce qui lui donne une assise intellectuelle qui n’est pas à omettre.

Marine Le Pen quant à elle vient avec toute la charge psychologique qu’à imprimé son précédent débat avec Emmanuel Macron. Elle a envie de plaire, elle a un profil plus politique, elle est influente, démonstrative, instinctive, expansive mais elle est aussi la fille de Jean-Marie Le Pen… une personne dominante, imposante, envahissante, impulsive, égotique avec laquelle Marine Le Pen a dû se construire. Il est évident qu’elle ne possède pas les mêmes connaissances opérationnelles qu’Emmanuel Macron. Donc il est aussi normal qu’elle fut plus hésitante, plus approximative.

Durant le débat, le retrait du buste d’Emmanuel Macron avec les bras croisés et les gestes d’auto-contacts ont été largement commentés et phantasmés alors qu’ils participaient à une gestuelle analytique. Il écoutait et analysait les propos de Marine Le Pen et avancait à nouveau son buste pour contre-argumenter. 

Je rejoins l’analyse d’Elodie Mielczarek (cf interview d’Apolline de Malherbe) pour qui, Marine Le Pen était comme prostrée face au danger, incapable de réagir. Elle avait une gestuelle de stress de fuite, bougeant beaucoup sur sa chaise, coupant la parole avec une voix montant dans les aigus. Elle a subi à la fois au niveau de la posture mais également dans la syntaxe de ses phrases. 

L’arrogance est brandie en accusation devant l’impossibilité de réfuter des arguments difficilement opposables par la raison. Il y a un glissement sémantique de la réflexion vers l’émotion. Le contexte et l’histoire de chacun sont des éléments sur lesquels il faut compter et à ne surtout pas oublier tant ils sont la base d’une interprétation plus froide et plus juste.

 

Lepen macron 2
Crédits : Charles Platiau, Julien de Rosa - AFP

Pourquoi favoriser l'intention dans les actes ?

Par Le 17/04/2022

Vouloir c'est décider en raison, se mouvoir physiquement et consentir moralement.

L'intentionnalité c'est penser à une chose, à un objet, dans son entièreté et à l'ensemble des sensations/images qu'elle suscite en nous et surtout, tout en étant conscient de ce processus (phénoménologie selon Husserl).

Mettre de l’intention dans ses actes c’est s’investir dans ceux-ci, c’est être volontaire, c’est montrer aux autres qu’on se donne les moyens de faire, c’est être dans l’action, c’est être actif.

Décryptons ce mécanisme psychologique. Vous manifestez une volonté de réaliser un acte, une action, un mouvement. Le cerveau crée une intention préalable pour la traduire en intention motrice ensuite. Pour cela, il crée une copie neuronale de l’intention qu’on appelle une “copie d’efférence”. Sur cette base, il anticipe les résultats de l’action souhaitée avant même que les muscles ne se mettent en mouvement. C’est exactement ce que font les élites des groupes d’interventions de la gendarmerie, du raid, des pilotes d’avion ou de voiture. Ils mentalisent l’action avant la mise en place.

La “copie d'efférence” remplit trois rôles indissociables : d'abord, elle permet à l’agent d’une action de corriger son mouvement en cours s’il constate la moindre erreur. Ensuite, elle est la source du sentiment dit d’”agentivité” qu’éprouve l’agent d’être l’acteur des mouvements qui composent son action. Enfin, grâce à la copie d’efférence de son intention motrice d’agir, un agent, à la différence d’un observateur de l’action, peut prévoir les conséquences sensorielles de son acte (Pierre Jacob).

Lorsque l’acte est réalisé de façon involontaire, le cerveau n’anticipe pas les conséquences,  il a donc besoin d’un temps pour s’ajuster en live.

L’intention, la volonté est prépondérante dans la mesure où elle introduit un lien causal entre l’action et les conséquences. L’effet d’anticipation ainsi généré permet au cerveau de s’approprier ses actes. C’est le propre de l’agentivité. C’est ce qui permet d’être plus efficient, plus efficace, de sortir d’un mode attentiste/victimaire pour un mode plus actif où on se donne les moyens de nos ambitions. 

A contrario, tout comportement est automatique s’il est réalisé sans se baser sur l’expérience et sans conscience. Agir de façon automatique, sans réfléchir, c’est se priver d’esprit critique, apporter une vision différente qui se confronte à celle en cours avec une argumentation réfléchie, documentée, sourcée.

Agir de façon automatique, hors actions simples qui ne requiert pas de concentration ni d’attention particulière, c’est afficher sa volonté de ne pas s’investir dans l’action, dans l’activité. C’est éviter de se remettre en question, d’accepter une autre façon de faire peut être plus efficiente. C’est ce en quoi il faut lutter dans une équipe quelle qu’elle soit.

 

L’absence de volonté peut se rencontrer en dépression. 

L'aboulie se caractérise par un manque de volonté. Il faut distinguer le manque d'entrain occasionnel d'une personne qui est fatiguée ou surmenée et qui n'arrive pas à faire face à ses obligations de façon momentanée, de la pathologie qui s'étend dans le temps, entraîne un manque de volonté et une incapacité permanente à prendre des décisions et à se fixer des objectifs.

Le sujet est dans l’incapacité à faire et en a plus ou moins conscience mais ne peut rien y faire. Il a tendance à la procrastination, il n'arrive pas à se fixer des objectifs ou à prendre des décisions. Il est également difficile pour lui d'avoir une vie sociale et professionnelle équilibrée, car il n'arrive pas à se fixer d’horaire. La moindre action étant pour lui source de pénibilité, il mettra par exemple un temps fou à se préparer le matin et il arrivera systématiquement en retard. Il est souvent submergé de toutes sortes de pensées parasitaires et ne peut passer à l'action même lorsque cela est nécessaire. 

Pierre Janet définit l'aboulie comme « une altération de tous les phénomènes qui dépendent de la volonté : les résolutions, les actes volontaires, les efforts d'attention ».

L’absence de volonté se rencontre également dans la psychasthénie ou l’apragmatisme. Il s’agit d’une incapacité à effectuer complètement des actions nécessitant une certaine coordination, alors qu'elles peuvent être conçues et qu'aucune lésion neurologique n'est décelée. Ce trouble majeur de l'activité volontaire réalise une inertie dans les conduites sociales avec désintérêt pour les nécessités quotidiennes et potentiellement d’une désinsertion socioprofessionnelle. Il s'observe fréquemment dans les états schizophréniques (source : cilf.fr).

La psychasthénie est un trouble de la personnalité qui se traduit par une appréhension forte et une intense fatigue. Elle est parfois appelée névrose obsessionnelle et se caractérise par une baisse importante de la volonté, elle a des retentissements dans tous les domaines de la vie quotidienne. 

 

Depuis des années, je travaille à comprendre et à développer l’intentionnalité parce que je suis convaincu qu’être conscient de ses actes permet de favoriser l’atteinte de ses objectifs, de lutter contre l’obscurantisme, de développer la curiosité et l’esprit critique. 

Pourquoi certaines personnes sont plus volontaires et conscientes que d’autres ? Est-il possible d’en identifier la frontière ? Peut-on aider une personne à être dans cette dynamique afin qu’elle puisse se donner toutes les chances de réussir ? Dans un monde professionnel et personnel si changeants aujourd’hui, il est juste primordial de s’inscrire dans cette démarche agile !

 

Faire un pas

 

L'effet IKEA pour le management

Par Le 13/03/2022

Une série de 4 études menées avec des personnes qui devaient construire des objets en Lego, faire des origamis ou encore assembler des boîtes Ikea et donner de la valeur à leur réalisation, a permis de montrer ce qu'est l'"effet IKEA". Plus les personnes consacrent du temps et de l'énergie à faire eux-mêmes, plus ils y accordent de la valeur.

Pour que cela fonctionne, il est nécessaire que les personnes participent activement et qu'ils puissent constater le résultat fini (Shapiro, 2004) grâce à l'effort déployé, couplé au sentiment positif et bénéfique du travail achevé et du feedback positif (Dittmar 1992, Furby 1991), sans oublier la croyance d'efficacité personnelle (Rotter, 1954 ; Bandura, 2003). L'effet Ikea est supprimé par la destruction et réduit si la tâche est partiellement remplie.

Les implications pour les managers sont importantes dans un objectif d'inclusion, de développement du sentiment d'appartenance ou encore de l'intentionnalité parce que nous donnons plus d'importance à ce que l'on fait. Donc co-construire un projet d'équipe avec un objectif subdivisé en sous-objectifs fixés dans le temps et atteignables (objectifs proximaux - Galand et Vanlede, 2004) ; communiquer aux autres sur ce projet et exposer les résultats obtenus permet de stimuler la créativité, le processus attentionnel (Moray, 1967 ; Wickens 1984) et motivationnel (Fenouillet, 2003), de renforcer le sentiment d'appartenance et de valoriser la personne et son sentiment d'efficacité (Thill, 1989), la prise d'initiative et l'échange.

CITATION : 

Norton, Michael I., Daniel Mochon, and Dan Ariely. "The IKEA Effect: When Labor Leads to Love." Journal of Consumer Psychology 22, no. 3 (July 2012): 453–460.

 

Effet ikea

 

Qui est Vladimir Poutine ?

Par Le 11/03/2022

Vladimir Poutine n’est pas un autiste - sa fréquence de clignements d’yeux est conventionnelle, il n’est pas non plus un psychopathe - son corps est mobile et en lien avec l'autre.

Il a un corps qui traduit une personnalité antisociale, assurément, et un fonctionnement comportemental de type “conquérant”. Sa tête est peu mobile lors des interviews et il affiche une posture assez rigide. Il fait peu de gestes inutiles. 

Entre 2002 et 2022, en visionnant plusieurs interviews, on peut se rendre compte que sa posture ne varie pas. Son axe de tête est irrémédiablement le même, sur un axe latéral neutre, ou bien penché sur sa gauche avec son hémi visage gauche souvent plus visible que celui de droite laissant entrer les informations, à l’écoute, il fait preuve d’empathie cognitive. Il est dans une logique froide.

Ses coudes sont très souvent posés sur la table, le buste en avant illustre sa présence au niveau du discours et du lien, l’ego s’avance vers l’autre par intérêt.
Sa main gauche est posée sur sa main droite montrant ainsi qu’il se retient mais qu’il pourrait faire preuve de plus de spontanéité. 
Souvent son sourcil gauche le place à distance des autres en s’élevant. D’ailleurs, on s’aperçoit qu’en 2002 le corps de Vladimir Poutine était plus mobile qu’aujourd’hui, plus souriant se prêtant au jeu social. Ce qui n’est plus le cas depuis quelques années.

VP ne fait pas preuve d'empathie émotionnelle, il est intransigeant, déterminé et n’affiche aucune culpabilité, aucun remord. Le mensonge fait bien sûr partie de son mode de communication tout comme l’intimidation. Il affiche une totale cohérence dans sa façon de faire, de gérer les conflits depuis qu'il est au pouvoir (exemple la prise d’otages dans un théâtre en 2002). 

Le trouble de la personnalité antisociale se caractérise par un motif persistant de mépris pour les conséquences et les droits des autres. 
Je trouve assez léger que certains semblent ne le découvrir qu'aujourd'hui.

Science décalée : on peut détecter un psychopathe grâce aux mouvements de sa tête (futura-sciences.com)
Trouble de la personnalité antisociale - Troubles psychiatriques - Édition professionnelle du Manuel MSD (msdmanuals.com)

 

Vladimir poutine

De l''intentionnalité, s'il vous plaît.

Par Le 07/03/2022

Lorsque j'ai modélisé mon process d'analyse comportementale il y a quelques années, je l'avais développé autour d'un axe pluridisciplinaire.

J'y abordais l'agentivité, les défenses archaïques, les théories qui portent l'auto réflexion et la construction de la pensée. 

Dans mon management au quotidien et l'animation de mon équipe, les deux valeurs totems que je porte sont l'esprit d'équipe qui doit prévaloir, et l'intentionnalité qui permet de travailler sur l'individu et ses motivations. Ces deux valeurs sont développées dans la contruction de la pensée de mon modèle mais je dois m'arrêter un instant sur cette notion d'intentionnalité qu'Husserl a porté avec la phénoménologie. C'est une pierre angulaire de l'Etre conscient et pour vous définir ce qu'est ce totem, je dois emprunter à Christine Leroy ("La phénoménologie", Ellipses).

"L'acte du sensible et celui du sens sont un seul et même acte, mais leur quiddité n'est pas la même."

Lorsque je perçois un objet, cet objet existe bien sur le plan physique et matériel, mais la sensation que j'en ai n'est pas l'objet lui-même. Ce que j'éprouve de ma sensation de l'objet n'est pas l'objet, c'est ma perception que j'ai de celui-ci en faisant appel à mes sens.

Lorsque nous "intelligeons" un objet, lorsque nous l'intégrons intellectuellement, psychologiquement, nous en saisissons la forme de tel sorte que nous pouvons toujours penser cet objet même en son absence. C'est l'aire transitionnelle de Donald Winnicott, c'est le "noème" de Husserl, qui est l'objet tel qu'on le pense et le phénomène, la forme de l'objet tel qu'il nous apparaît.

Le mot intentionnalité signifie que la conscience est toujours dirigée vers une chose (au sens psychologique, philosophique), elle donne accès à l'objet pour soi.

"En faisant varier, ne serait-ce qu'en imagination, les diverses manières qu'à l'objet de se donner sous la forme de phénomènes, c'est à dire en le considérant sous différentes perspectives, (...) on cherche le dévoilement progressif du processus intentionnel de la conscience" : c'est la variation déictique.

L'intentionnalité de la conscience semble atteindre sa forme la plus élaborée dans le concept de volonté par son faisceau spécifique d'intentionnalités fondé en raison et engageant corporellement autant que moralement. 

Vouloir c'est décider en raison, se mouvoir physiquement et consentir moralement.

L'intentionnalité c'est donc penser la chose, l'objet, dans son entièreté et l'ensemble des sensations/images qu'elle suscite en nous et surtout, c'est être conscient de ce processus.

 

Infographie analyse comportementale

 

 

How to become a murder ?

Par Le 14/02/2022

According to the theory of Donald Winnicott, our apprehension of life, our motivations, our actions are the consequence of our intra-family relationship. The relationship with the parents, the relationship with the mother and the father are the breeding ground for our ability to adapt, to create, to transform aggressiveness into a positive force.

The benevolence of the family structure and the social interactions are therefore important factors of the child.

Holding is also important but the mother must not substitute her own desire for that of her child.

It’s a physical and psychological protection against threats. A fusion mother, ambivalent, who conveys her fears, makes her baby feel her own shortcomings. Her baby will develop his mindset consequently. Parents have to be reliable and predictables to generate a positive experience which doesn’t distort reality.  

Douglas, Ressler and Burgess have interviewed a population of murderers. According to them, the social links has failed or has been selective. Parents have ignored, relativized or normalized certain behaviors. So, they enhanced these cognitive and emotional distortions of the child.

Child distress due to physical and/or psychological trauma was neglected. Nor was he accompanied or protected. As a result of the abusive events, the child may experience a high level of emotional arousal and when this sustained level interacts with obsessive thoughts, the child’s perceptions and therefore behaviors with others may be altered and inappropriate.

When the child has been neglected and/or psychologically/physically abused, when the parental bond and response is failing, the child may not have an adequate emotional response. Memories of frightening and traumatic experiences shape thought patterns and behavioral responses. 

Faced with the parent’s inability to become role models, the child finds himself incapable of projecting and identifying himself. This incapacity of the parents comes from an absent father or an addict to alcohol and/or drugs, it is due to behavior that is itself abusive, it is due to intra-family violence which the child witnesses, it is due to a home that is not secure for the child.

For these reasons, the child does not develop any affective bond with his/her parents - “caretakers” - who will themselves have no influence on the child or the adolescent.

Acting out stimulates and reinforces the cognitive and emotional patterns of the child, but it also helps to reduce internal tensions and this is true for all acting outs. The red line will always exist for these children, but the only thing that allows them not to cross this limit is the capacity for resilience. This is strongly correlated with the creation of attainable, rewarding goals, generating responsibilities. If so, the child will be a stick of dynamite just waiting for a trigger to explode.


 

Comment devient-on meurtrier ?

Par Le 12/02/2022

Selon la théorie de Donald Winnicott, notre appréhension de la vie, nos motivations, nos passages à l’acte sont la conséquence de notre relation intra familiale. Le rapport aux parents, la relation à la mère et au père sont le terreau de notre capacité à nous adapter, à créer, à transformer l’agressivité en force positive.

La qualité de la structure de la famille et les interactions sociales sont donc des facteurs importants dans le développement de l’enfant.

Le holding est le fait de porter son enfant, que ce soit par la mère ou le père. “L’important est qu’elle ne substitue pas son propre désir au besoin de l’enfant” (A. Lefèvre).

C’est une protection autant physique que psychique, contre toute sorte de menace.

Une mère fusionnelle, ambivalente, qui transmet ses propres peurs, fait ressentir à son bébé ses propres manques. Il va donc se construire en conséquence.

Les parents doivent être fiables, sécurisants, sachant poser des limites. Ils doivent être stables et prévisibles afin de produire une expérience positive mais qui ne dénature pas la réalité (principe de réalité). 

Dans la population de meurtriers, interrogés par Douglas, Ressler et Burgess, ce lien social a échoué ou a été sélectif (“Sexual homicide - patterns and motives”). Les parents - “caretakers” - ont ignoré, rationalisé, relativisé voire normalisé certains comportements déviants. Ainsi, ils ont soutenu et renforcé ces distorsions cognitives et émotionnelles de l’enfant.

La détresse de l’enfant due à un traumatisme physique et/ou psychologique a été négligée. Il n’a pas non plus été accompagné, ni protégé. Consécutivement aux événements abusifs, l’enfant peut éprouver un niveau d’excitation émotionnelle élevé et lorsque ce niveau soutenu interagit avec des pensées obsédantes, les perceptions et donc les comportements de l’enfant avec les autres peuvent être modifiés et inappropriés. 

Lorsque l’enfant a été négligé et/ou abusé psychologiquement/physiquement, lorsque le lien et la réponse parentale sont défaillants, l’enfant peut ne pas avoir de réponse émotionnelle adéquate. Les souvenirs d’expériences effrayantes et traumatisantes façonnent les schémas de pensées et les réponses comportementales. 

Devant l’incapacité des parents à devenir des modèles, l’enfant se retrouve incapable de se projeter et de s’identifier. Cette incapacité des parents vient d’un père absent ou addict à l’alcool et/ou à la drogue, c’est dû à des comportements eux-mêmes abusifs, c’est dû à une violence intra familiale dont l’enfant est témoin, c’est dû à un foyer qui n’est pas sécurisant pour l’enfant.

Pour ces raisons, l’enfant ne développe aucun lien affectif avec son/ses parents - “caretaker” - qui n’auront eux-mêmes aucune influence ni sur l’enfant, ni sur l’adolescent. 

Le passage à l’acte permet ainsi de stimuler et de renforcer les schémas cognitifs et émotionnels de l’enfant, mais il permet aussi de réduire les tensions internes et c’est vrai pour tous les passages à l’acte.

La ligne rouge sera toujours existante pour ces enfants traumatisés mais la seule chose qui leur permette de ne pas franchir cette limite (c’est-à-dire d’enfreindre les règles et les lois sociales), c’est la capacité de résilience. Celle-ci est fortement corrélée à la création de buts atteignables, valorisants, générant ainsi des responsabilités. Le cas échéant, l’enfant sera un bâton de dynamite qui n’attend qu’un élément déclencheur pour exploser.


Modelisation homicide caractere sexuel


 

Les clignements de paupières : un élément gestuel important

Par Le 01/02/2022

En 1965, Jeremiah Denton, officier dans la Navy, est capturé par les nord-vietnamiens. Un an plus tard, il est forcé de participer à une interview de propagande destinée à être diffusée aux Etats-Unis.

Lors de cette interview, il prétexte les lumières aveuglantes pour cligner des paupières de façon anormale. Lors de la diffusion, la Navy comprend rapidement que ses prisonniers détenus au Vietnam sont torturés. Jeremiah Denton, par ses clignements de paupières, avait transmis un message en morse : T.O.R.T.U.R.E. 

Le clignement des paupières est un élément essentiel pour confirmer qu'une personne ressent effectivement une émotion, positive ou négative. Son intensité sera plus grande encore si l'émotion est spontanée que celle liée à un souvenir.

Il a plusieurs fonctions :

Spontané, la fermeture est fugace et ne gène pas la vision. Elle assure la redistribution du film lacrymal et débarasse le film des impuretés.

- Réflexe, il s'agit de protéger l'oeil. On distingue le réflexe sensitif, à la percussion, optico-palpébral, auriculo-palpébral.

- Volontaire, plus long que le clignement réflexe, les causes sont variables selon les personnes et le contexte (A. Faucher - Univ. Sherbrooke).

Ce dernier est intéressant à observer. Dans un environnement relativement neutre, dénué de toute charge émotionnelle, il est admis qu'une personne cligne en moyenne 15 à 20 fois par minute (Univ. College of London - Current Biology, 2005).

Etre attentif à cet élément gestuel permet d'adapter notre communication pour apaiser l'interlocuteur, lui permettre de se recentrer pour retrouver ses moyens. Cela peut également nous permettre de postuler que notre interlocuteur masque ou modifie une partie de la véracité de son discours. Dans ce cas, il clignera moins parce que cela nécessite beaucoup de ressources cognitives. La personne sera donc concentrée à travestir son discours et l'absence, ou une baisse du nombre de clignements, l'isole du monde extérieur lui permettant ainsi de se focaliser sur son discours.

Lien : 

Jeremiah Denton — Wikipédia (wikipedia.org)

Le saviez-vous ? Un prisonnier a transmis un message codé en morse lors d’une interview (dailygeekshow.com)

Jeremiah denton

 

 

Margaux Pinot, Alain Schmitt : analyse des conférences de presse

Par Le 05/12/2021

Je souhaitais vivement analyser ce fait de violences conjugales qui a eu lieu le week end dernier, entre Margaux Pinot et Alain Schmitt, tous deux en couple et judokas.

Un fait d’une violence inouïe dont a fait preuve Alain Schmitt à l’encontre de Margaux Pinot. Les stigmates impressionnants sur le visage de Margaux Pinot et son ITT de 10 jours témoignent sans équivoque du déferlement de violence.

Cependant, Alain Schmitt a été relaxé au grand étonnement de tous. Chacun a donné une conférence de presse pour relater sa version des faits. Occasion qui m’est offerte pour observer et analyser les deux stratégies de communication et quels sont les gestes qui pourraient être non congruents avec le discours.

Alain Schmitt apparaît avec un hématome sous l'œil droit. Ce qui me questionne, c’est son discours dissocié avec l’emploi du pronom “on”, formulation très impersonnelle. Il s’extrait, en tant que personne, de l’action. Dans le cadre d’une stratégie où le partage en responsabilité est visé, il a raison mais risqué car pas très fin. Son sourcil gauche est fréquemment surélevé par rapport à celui de droite, ce qui va dans le sens de la dissociation. 

Egalement, il ne cligne que peu des paupières alors que nous pourrions nous attendre à un minimum d’émotion… de type tristesse, peur… mais comme nous le verrons plus loin, l’émotion ressentie est toute autre.

Puisqu’il n’est pas dans l’émotion, il est dans le contrôle pour en dire le moins possible bien sûr, juste ce qu’il faut pour ne pas trop s’incriminer. Le geste qui illustre fort bien cela, c’est sa main droite (l’analyse) qui vient se poser sur son poignet gauche (la spontanéité) pour rester dans le paraître.

Ses lèvres sont contractées, ce qui traduit une colère contenue. Certains gestes sont quand même cohérents, lorsqu’il dit “je suis redescendu dans la voiture” (57sec), sa main droite illustre bien cela. 

Certains éléments semblent anachroniques comme lorsqu’il évoque sa lettre de démission… que vient faire ce détail dans une description des faits qui devraient traduire de l’émotion ? Alain Schmitt fait également des défocalisations actives, c'est-à-dire que son regard vient fixer un point devant lui lorsqu’il relate une action. Mais cela est fait en toute conscience, ce qui l’extrait encore un peu plus de l’action dont il souhaite se soustraire (1 min 16 sec). Cette façon de fixer son interlocuteur avec les sourcils hauts illustre un désir de voir si l’autre est sensible à ses mots. “Tu me crois quand je dis ça”... c’est ce que veut dire cet item.

Le point très important dans ce témoignage, et que je retrouve dans celui de Margaux Pinot, est à 1 minute 33 secondes : “je me retrouve dans le lit”, avec sa main droite qui vient gratter le côté droit de son nez. C’est un item qui indique que ce qu’il dit à ce moment-là le dérange. Et c’est précisément à ce moment-là que tout dérape.  Qu’a-t-il fait pour que Margaux Pinot le rejette et lui fasse perdre son sang froid ? 

Alain Schmitt montre malgré lui qu’il est très sensible à l’humiliation, “je me suis senti humilié”, (3 minutes 05 sec) dit-il en se pinçant le nez avec sa main gauche. C’est lui dans sa chair, alors est-ce que cela lui a rappelé des souvenirs traumatisants subis à l’adolescence ?  

Je peux également le constater lorsqu’il dit : “elle m’a agrippé le col” en se mordant la lèvre inférieure (3 minutes 26 sec), un item de colère contenue ou encore à 6 minutes 14 et 6 minutes 30 lorsqu’il laisse apparaître - dans ce qu’on appelle dans notre jargon de synergologue - une lèvre de chien. La partie droite de la lèvre supérieure se réhausse, laissant apparaître les dents.

Enfin, Alain Schmitt termine cette conférence de presse par un “voilà” qui marque la fin d’une séquence qui aurait très bien pu être un discours de départ en retraite.

La stratégie de Margaux Pinot est toute autre. Elle fait montre de détails et de pronoms personnels, “je”, “il”. Elle cligne des paupières plus qu’à la normale, ce qui montre une forte émotion. Son regard se défocalise passivement dans son discours, c’est-à-dire que son regard se perd mais inconsciemment parce qu'elle se met dans sa bulle pour revoir la scène. Elle s’y associe. Elle s’y revoit.

Les commissures de sa bouche sont tombantes, illustrant de la tristesse sur le mot “alcoolisé”. Malheureusement, cet item induit aussi une récurrence. 

Chaque fait qu’elle relate est ponctué par sa langue qui sort rapidement, symbole qu’elle ne souhaite pas forcément évoquer cela publiquement. 

A 2 minutes 11 secondes, lorsque Margaux Pinot évoque les nombreux propos dévalorisant qu’elle subit, son buste (pour la seule fois de la vidéo) part en arrière. Elle veut fuir ces propos qu’elle a entendu trop souvent et qui, non seulement la blesse, mais lui fait perdre toute confiance en elle. 

A 2 minutes 34 secondes : “il s’est approché du lit, il a fait un geste et je l’ai repoussé”. Cette phrase aurait pu être anodine si le déferlement de violence n’avait pas suivi. Ce geste de rejet qu’elle a eu a été le déclencheur du passage à l’acte. Par ce geste, elle prend l’ascendant sur lui et il ne le supporte pas. 

Mais quel geste a fait Alain Schmitt que Margaux Pinot a repoussé ? Quelle était l’intention d’Alain Schmitt ? Vouloir coucher avec elle et il se serait fait repousser ? Pour une personne qui souhaite avoir l’ascendant sur l’autre, pour quelqu’un qui se considère être un “bonhomme”, un “mec” dans tout le symbolisme du mâle viril, c’est insultant de se faire repousser, c’est intolérable. Si l’envie de lui faire perdre ses gonds était là, voici un levier tout trouvé !

Le geste d’amour qu’il aurait pu avoir eut été de la laisser partir. Mais dans notre société aux comportements violents, que ce soit dans l’éducation, dans la vie sociale, professionnelle, dans l’attitude de certains politiciens, dans les mots employés au quotidien, comment cela pourrait en être autrement ?

Lorsqu’un parent traite son jeune enfant d’idiot, d’imbécile voire de con parce qu’il n’a pas fait quelque chose qui apparaît logique pour le parent, c’est déjà de la violence qui s’imprime dans l’inconscient. C’est déjà le dévaloriser. Le soumettre. Le placer en position d’infériorité. La question est de savoir comment l’enfant va traiter cette information pour faire qu’elle ne l’affecte pas…

 

Les liens vers les vidéos :

Alain Schmitt, conférence de presse : L'ancien judoka Alain Schmitt donne sa version des faits - YouTube

Margaux Pinot, conférence de presse : Violences conjugales: le témoignage de Margaux Pinot en intégralité - YouTube

 

Alain schmitt Margaux pinot

Une question d'ego

Par Le 05/11/2021

Est-ce que l’impossibilité d’avoir un débat contradictoire ne viendrait-il pas d’un problème d’ego ? Est-ce que dans notre société hyper connectée et fondée sur l’individualisme, sur une éducation plus permissive et la sacralisation de l’enfant roi, fait que nous n’envisageons pas/plus que l’autre ait possiblement raison ? Et qu’il faille donc écouter ses arguments (autres que ceux entendus dans les émissions de téléréalités et de pseudo divertissements Hanounesques) pour autant qu’il y en ait (des arguments) ? Mais avant tout, qu’est-ce que l’ego et pourquoi serait-il mal placé ?

L’ego, c’est la conscience que l’on a de soi, c’est ce qu’on pense être notre personnalité. En psycho, l’ego peut être vu comme notre “moi”, c’est-à-dire une instance qui écoute nos pulsions, nos désirs, nos envies mais qui est chargée également de les réprimer, de les restreindre, de les rediriger dans la mesure où elle est en relation avec le monde extérieur. Ce monde extérieur qui est régenté par des REGLES de fonctionnement.

Ainsi, le “moi” accepte les désirs (du “ça”, réservoir des pulsions) uniquement s’ils peuvent s’exprimer conformément aux principes de réalité. C’est le médiateur.

Cependant, il y a une différence entre ce que je crois savoir de moi et ce que je suis vraiment. Notre ego est notre conscience qu’on a de nous-même mais elle est limitée, imparfaite et soumise à des déterminismes, le moi s’éloigne largement de notre être réel. Il est à la fois conscient et inconscient et par ses filtres sociaux, il met en place des stratégies comportementales et des mécanismes de défense pour trouver sa place dans la société. 

“Le moi est donc limité à notre personnalité : il est notre posture sociale, ou encore le personnage que nous nous sommes construit sur la base de nos instincts, de notre éducation, de notre psychologie, de notre vécu, de nos relations, de notre histoire personnelle, etc... C’est une carapace qui fonde le « je » que nous croyons être, et qui certes nous permet de survivre dans notre environnement, face aux autres.”

S’il a peur, s’il se sent menacé, alors il se protège, il se replie et a tendance à exclure tout ce qui ne va pas dans son sens. Alors on s’énerve parce qu’on entend un mot qui réveille quelque chose en nous (alors qu’en vrai, l’intention de l’autre n’était pas de nous heurter). Donc, si notre éducation et nos expériences de vie ne nous ont pas inculqué l’ouverture d’esprit et envisager que l’autre peut avoir un avis différent du nôtre, il ne peut exister d’échange contradictoire. C’est ce qui fait que lorsqu’une personne n’est pas d’accord et qu’elle le verbalise, alors la houle se lève et la communication s’interrompt. Et si la communication se rompt, alors tout s’arrête, chacun repart dans son monde imperméable et pauvre. 

Quelles solutions ? La réflexivité (j’envisage que l’autre ait raison), la communication non-violente, l’assertivité, l’authenticité et l’empathie. Encore une fois, si nous ne sommes pas compétents dans un domaine, il vaut mieux faire profil bas et aller se renseigner a posteriori sur le sujet, ce qui nous donnera des arguments pour la prochaine fois. Si un mot ou une intonation semble nous énerver ou nous interroger, on peut aussi demander à l’autre de préciser sa pensée ou de lui dire que son ton semble être un tantinet dur. Il suffit de dire les choses...

“Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes qui, l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir”, disait Henri Poincaré.

Réf. : “La différence entre le moi et le soi”, (jepense.org) ; Freud

 

Ego